vendredi 2 décembre 2022

Octave Uzanne. Voyage autour de sa chambre. Illustrations par Henri Caruchet (1896). Magnifique ouvrage de la période Symboliste et Art Nouveau. Tirage rare à 210 exemplaires seulement pour les Bibliophiles indépendants. Superbe exemplaire de la bibliothèque Léon Schuck relié en maroquin mosaïqué Art Nouveau par Marius-Michel.


Octave Uzanne / Henri Caruchet, illustrateur.

Voyage autour de sa chambre. Illustrations de Henri Caruchet gravées à l'eau-forte par Frédéric Massé, relevées d'aquarelles à la main.

Imprimé à Paris pour les Bibliophiles Indépendants, Henry Floury libraire, Paris, 1896 (Imprimerie Maire, 1897)

1 volume in-8 (27,5 x 21 cm), de 36 pages, toutes gravées à l'eau-forte (texte et encadrement illustré rehaussé à l'aquarelle), suite complète en noir des eaux-fortes avec remarques sans le texte.

Reliure de l'époque plein maroquin bleu nuit, dos à nerfs, plats décorés d'une mosaïque d'iris polychrome (premier plat) se prolongeant sur le deuxième plat (tiges), encadrement intérieur du même maroquin décoré dans les angles de fleurs mosaïquées et dorés, encadrement intérieur de filets dorés, doublures de soie brochée bleu ciel à motifs géométriques, gardes de papier peigne, tranches dorées sur témoins (relié sur brochure). Reliure signée MARIUS-MICHEL. Etui bordé (légèrement frotté. Le dos de la reliure est uniformément légèrement assombri. Les deux couvertures sont conservées en parfait état (dont la magnifique couverture illustrée par Henri Thiriet - voir photo). Le prospectus de l'édition est relié à la fin du volume.


Tirage uniques à 210 exemplaires.

Celui-ci imprimé pour M. Schuck (imprimé - exemplaire de souscription).

Superbe ouvrage magnifiquement illustré par Henri Caruchet dans le plus pur style Art Nouveau et Symboliste.





Le texte a été calligraphié par Antoine Barbier et reporté sur cuivre à l'eau-forte. Les compositions de Caruchet encadrent le texte. Toutes les pages ont été aquarellées à la main sous la direction d'Octave Uzanne. Le volume sort des presses de A. Maire, imprimeur taille-doucier à Paris.









Archétype du très beau livre de bibliophilie fin de siècle.

Provenance : de la bibliothèque de Léon Schuck (vendue en 1931 par Léopold Carteret). Il était membre des Sociétés "Les Cent Bibliophiles" ; "Les XX" , "Le Livre contemporain" et "Le Livre d'Art", etc. "Léon Schuck naquit dans le Midi (Marseille) ; il débuta dans une carrière qu'il devait suivre avec maîtrise ; la préoccupation de ses loisirs fut de réunir des livres" nous dit Carteret dans son Trésor du bibliophile, livres illustrés 1875-1945. Et il se plaça dès le départ parmi les novateurs. Le texte avant tout ! Durant sa longue carrière de bibliophile il va tout subordonner tous les éléments de sa bibliophile au choix des textes. Choix qu'il entendra suivre la seule inspiration de sa fantaisie et de son goût personnel. La vogue et le succès n'auront eu auprès de lui que peu d'emprise. Il vénérait Sainte-Beuve. A l'époque de la Société du Livre (1904), il collabora avec Beraldi, Conquet et Pelletan pour produire la fine fleur du livre illustré de l'époque. Ses choix ne furent pas confus, au contraire, M. Schuck alliait l'élégance et l'unité du goût dans ses choix. M. Schuck ne s'intéressa pas aux livres anciens. M. Schuck tomba malade un peu avant 1913 et on ne trouve presque plus de livres postérieurs à cette date dans sa bibliothèque. Dix années de cruelles souffrances l'épuisèrent peu à peu. Il ne rechercha plus de nouveaux livres. Peu de temps avant de mourir il nota dans un de ses cahiers intimes, d'après Michel de Montaigne : "C'est la meilleure munition que j'aye trouvée à cet humain voyage."








Ce court récit autobiographique (nous n'en doutons pas), a été publié une première fois dans le volume intitulé Le Calendrier de Vénus, en 1880. Sous le même titre Voyage autour de sa chambre, Octave Uzanne nous conte cette histoire malheureuse. Qu’est-ce que ce Voyage autour de sa chambre ? Comme l’indique tout à fait explicitement le sous-titre donné par Octave Uzanne en 1880 : Réminiscence. Du latin reminisci (se souvenir) et de menimi (avoir présent à l'esprit). Le narrateur (Octave Uzanne) se souvient de ses premières amours de dix-huit ans. Mais pas n’importe quels amours, un amour, celui d’une seule, disparue dans la fleur de l’âge. « (…) mignardes hantises de mes dix-huit ans » écrit-il. Ce texte est une complainte à l’amour perdu : « Une ancienne chanson d'amour voltige dans la solitude ; dans ce nid charmant où l'on était si bien à deux, il ne reste que des rêves de volupté indécise et la sarabande enlaçante, mystérieuse et sinistre des souvenirs, ces revenants de l'âme qu'on évoque, qu'on chasse et qu'on appelle encore. » C’est un récit charnel où il évoque les « caresses friponnes d'autrefois ». Cet amour était mortel et mortifère : « quand je jetai mon cœur dans ton âme avec la furie des désirs qui se cabrent et l'impétuosité des prurits cuisants, quand je m'agenouillai pour la prime fois devant ta beauté absorbante, quand nos lèvres allangouries se donnèrent la becquée divine, alors, j'aurais dû cesser de vivre ; j'étais Dieu dans la Création ! » Qui pouvait bien être cette « blonde » aux « longues tresses blondes dont parfois dans sa nudité, elle se faisait un manteau d'or. » ? Nous ne le saurons sans doute jamais. Quelle est la part du rêve et de la réalité ? Le narrateur (Octave Uzanne ?) a aimé ! aimé à perdre la raison, dans ses premières années de virilité. Mais « la mort, en surprenant la pauvrette a fauché mon âme avec la sienne » écrit-il. « O la seule amante aimée, je reviens chaque jour faire ce tendre voyage autour de ta chambre ». Confession ? Romanesque ?



Superbe exemplaire parfaitement établi par Marius-Michel en maroquin mosaïqué dans plus pur style Art Nouveau provenant d'une prestigieuse bibliothèque (Léon Schuck).

Prix : 6.500 euros

Gustave Flaubert. Madame Bovary, moeurs de province. Paris, imprimé pour la Société du Livre d'Art, par l'Imprimerie nationale, 1912. 52 eaux-fortes en couleurs par Henri Jourdain. Superbe exemplaire parfaitement établi par Joli fils en maroquin décoré et doublé.



FLAUBERT, Gustave. JOURDAIN, Henri (illustrateur).

Madame Bovary, mœurs de province. Eaux-fortes en couleurs de Henri Jourdain.

Paris, imprimé pour la Société du Livre d'Art, par l'Imprimerie nationale, 1912

1 volume in-4 (28,5 x 21,5 cm) de (8)-375-(1) pages. 52 eaux-fortes en couleurs tirées autour du texte en différentes tailles.

Reliure strictement de l'époque plein maroquin bleu nuit, dos à nerfs, caissons encadrés de filets dorés enchevêtrés, plats encadrés d'un large jeu de filets dorés entrecroisés, double-filet doré sur les coupes, doublures de maroquin havane encadrées d'un jeu de filets droits, gardes de tabis bleu nuit et de papier marbré, tranches dorées (reliure signée JOLY FILS). Superbe exemplaire très frais. Intérieur très frais avec les décharges habituelles en regard des eaux-fortes (assez peu prégnantes).



Nouvelle édition.

Tirage unique à 150 exemplaires seulement tous sur papier vélin de cuve filigrané au nom de la Société.

Celui-ci, un des 20 exemplaires réservés aux membres correspondants de la Société du Livre d'Art.













Il ne faut pas s'attendre à voir dans les illustrations de ce volume Madame Bovary ou les personnages du roman de Flaubert. En effet, Henri Jourdain (1863-1931) était un illustrateur et peintre spécialiste des paysages. Ce sont donc 52 vues de la nature, autant de petits tableaux très détaillés des environs de Rouen, des lieux même du roman qui se trouvent parsemés ici au fil des pages. L'ensemble est superbe et très original. Tout Madame Bovary est donc ici rejetée dans l'imagination du lecteur qui ne voir jamais figuré aucun personnage du roman.

"J'ai le regard penché sur les mousses de moisissure de l'âme. Il y loin de là aux flamboiements mythologiques et théologiques de Saint Antoine. Et de même que le sujet est différent, j'écris dans un tout autre procédé. Je veux qu'il n'y ait pas dans mon livre un seul mouvement, ni une seule réflexion de l'auteur." (Lettre de G. Flaubert à Louise Colet, 8 février 1852).

"Madame Bovary n'a rien de vrai. C'est une histoire totalement inventée ; je n'y ai rien ni de mes sentiments, ni de mon existence. L'illusion (s'il y en a une) vient au contraire de l'impersonnalité de l'œuvre. C'est un de mes principes, qu'il ne faut pas s'écrire. L'artiste doit être dans son œuvre comme Dieu dans la création, invisible et tout puissant ; qu'on le sente partout, mais qu'on ne le voie pas." (Lettre de G. Flaubert à Mlle Leroyer de Chantepie, 18 mars 1857).

La première édition en volume de Madame Bovary publiée en 1857 est aujourd'hui un des livres les plus recherchés de la littérature française du XIXe siècle.​


Superbe exemplaire en maroquin doublé de l'époque, condition la plus désirable.

Prix : 4.800 euros

jeudi 1 décembre 2022

Une aventure de Casanova illustrée par Sylvian Sauvage. Exemplaire réimposé in-4 (grand format) tiré à 75 exemplaires, avec les gravures en couleurs et une double suite et décomposition des couleurs. Très bel exemplaire dans une luxueuse reliure signée de l'époque.


CASANOVA, Giacomo. SylvainSAUVAGE, illustrateur.

UNE AVENTURE DE CASANOVA. Histoire complète de ses amours avec la belle C. C. et la religieuse de Muran. Compositions de S. Sauvage gravées avec la collaboration de E. Feltesse.

Se trouve, 16, rue Cassini [chez l'artiste], Paris, 1926

2 volumes réimposés in-4 (23,5 x 19,5 cm, le texte est justifié 14 x 7 cm, 156-(1) et 124-(2) pages, 33 compositions gravées dont 2 premiers plats de couvertures, 2 frontispices, 2 pages de titre, 13 hors-texte, 12 en-têtes et 2 culs-de-lampes tirés hors-texte. Les deux suites sont reliées à la fin de chaque volume.

Reliure de l'époque plein maroquin lie de vin, dos à quatre nerfs doubles, encadrement intérieur de maroquin de même couleur décoré d'un jeu de fers dorés rocaille, tête dorée, non rogné (reliure signée J. QUEREUIL). Fine reliure de l'époque en excellent état. Intérieur très frais.


Tirage à 543 exemplaires.

Celui-ci, un des 75 exemplaires sur papier d'Auvergne, le texte ayant été réimposé sur le format in-40 couronne, avec les gravures en couleurs, au repérage, contenant une suite de la décomposition des planches, la suite des planches en noir.


Sylvain Sauvage (1888-1948) excelle dans ce livre et donne toute la mesure de son talent. Superbe illustration Art Déco par un maître du genre qui illustrera Pierre Louÿs, le Marquis de Sade, Henri de Régnier, Voltaire, La Fontaine, Anatole France et bien d'autres encore. Les décors sont raffinés, les visages expressifs d'un simple trait, les scènes sont souvent joyeusement et délicatement érotiques, toutes de suggestion, sans avoir besoin de forcer jamais l'imagination.













Références : Carteret IV, 92 : "Édition recherchée et appréciée" ; Mahé I, 424. 

Ouvrage recherché de la période Art Déco.

Bijou bibliophilique ici dans le majestueux format in-4 et joliment relié à l'époque.















Très bel exemplaire.

Prix : 3.800 euros