samedi 31 août 2019

Dominique Bouhours. Remarques nouvelles sur la langue française (1682). Bel exemplaire dans son ancienne reliure en veau.


[Dominique Bouhours].

Remarques nouvelles sur la langue française. Troisième édition.

A Paris, chez Sébastien Mabre-Cramoisy, 1682

1 volume in-12 (16 x 10 cm) de (18)-600-(16) pages.

Reliure du début du XVIIIe siècle plein veau brun, dos à nerfs orné aux petits fers dorés, pièce de titre de maroquin rouge, tranches mouchetées rouges. Excellent état de conservation de la reliure. Intérieur très frais. Quelques rousseurs. Une nouvelle étiquette de libraire a été contrecollée en regard de la page de titre (au nom de Jean Baptiste Delespine imprimeur et libraire ordinaire du roi, rue St Jacques vis-à-vis la rue des Noyers, à la victoire et au palmier).

Nouvelle édition.



Dominique Bouhours, né le 15 mai 1628 à Paris où il est mort le 27 mai 1702, est un prêtre jésuite français, grammairien, historien, et écrivain religieux. Bel esprit, se voulant continuateur de Vaugelas, il a exercé une influence non négligeable sur des auteurs tels que Boileau, La Bruyère et Racine, qui lui envoyait ses pièces à corriger. D'autres lui ont reproché son esprit puriste ; une anecdote apocryphe veut qu'au moment de sa mort, il ait déclaré : « Je vais ou je vas mourir, l'un et l'autre se dit ou se disent. » (source : Wikipédia).

Il fut l'ami et le correspondant de Bussy-Rabutin. La première édition des Remarques nouvelles sur la langue française a paru pour la première fois en 1675. Une suite sera donnée à cet ouvrage en 1693. 

Les écrits de Bouhours sont toutefois précieux pour l'éclairage qu'ils fournissent sur les idées du temps [concernant l'évolution de la langue française] et la sagacité avec laquelle celui-ci identifie les mots pourvus d'une nouvelle acception ainsi que les mots à la mode (Georges Matoré, Histoire des dictionnaires français, Paris, Larousse, 1968, p. 75).



Provenance : ex libris armorié non identifié daté dans la gravure "mars 1764". Voir photo.

Bel exemplaire.

Prix : 250 euros

vendredi 30 août 2019

Jean Le Roux. La clef de Nostradamus, isagoge ou introduction au véritable sens des prophéties de ce fameux auteur, avec la critique touchant les sentiments et les interprétations de ceux qui ont ci-devant écrit sur cette matière. 1710. Bon exemplaire en condition d'époque.


[Jean Le Roux].

La clef de Nostradamus, isagoge ou introduction au véritable sens des prophéties de ce fameux auteur, avec la critique touchant les sentiments et les interprétations de ceux qui ont ci-devant écrit sur cette matière. Ouvrage très-curieux, et même très-utile à toutes les personnes qui veulent lire ou étudier avec progrès ces sortes de prophéties. Par un solitaire [Jean Le Roux].

A Paris, chez Pierre Giffart, 1710

1 volume in-12 (17,5 x 10 cm) de LI-(5)-469-(1)-2 pages.

Reliure de l'époque plein veau brun, dos à nerfs orné aux petits fers dorés, tranches mouchetées rouges. Reliure en bon état, solide, avec quelques traces d'usures, notamment des mors partiellement fendus/fendillés, usures aux coins, accroc à l'extrémité des coiffes, dorures au dos à nettoyer (encrassées par un ancien mauvais cirage à chaussure ...). Intérieur frais malgré quelques feuillets légèrement brunis et quelques rousseurs. Belles marges.

Edition originale et unique édition.

Exemplaire avec annotation manuscrite à la page 161 : R. de Louvicamp // VI // 6 // DCLXVIII. // DCLXXVIII. Cette annotation aurait servi à identifier les exemplaires originaux des exemplaires éventuellement contrefaits. Jules Le Roux était curé de Louvicamp (petite paroisse de Normandie située à mi-chemin entre Beauvais et Dieppe, du diocèse de Rouen).


D'après Benazra, Jean Le Roux aurait été le premier à tenter de prouver que le style barbare de Nostradamus n'était qu'une apparence, et qu'il fallait en rechercher l'origine dans les poètes latins.

"In 1710, a Normandy priest named Jean Le Roux declared that no one had yet fathomed Nostredame's peculiar mode of expression. Imagination had led rival interpreters astray. Le Roux's close philological study revealed, however, that Nostredame had mixed latin grammar with french sentence structure. Grounded in meticulous study and a commitment to order and clarity (rational tenets tha were central to the early Enlightenment), this insight enabled Le Roux to decode the quatrains." (in Nostradamus: How an Obscure Renaissance Astrologer Became the Modern Prophet of Doom, by Stéphane Gerson).

Références : Benazra, p. 284-290 ; Chomarat, 323 ; Gregorio 1710-002 ; Dorbon, 2661 ; Caillet II « ouvrage utile pour l’étude des prophéties de Nostradamus », 6579 ; Quérard, V-208 "livre curieux".

Ouvrage peu commun et curieux.

Prix : 950 euros

jeudi 29 août 2019

Dampierre de La Salle. Lettre d'un ancien munitionnaire des vivres des troupes du roi (1777). Bel exemplaire relié en veau à l'époque très bien conservé. Exemplaire de la bibliothèque du marquis de Monteynard.


[Jacques-Nicolas de Dampierre de La Salle].

Lettre d'un ancien munitionnaire des vivres des troupes du roi.

A La Haye, 1777

1 volume in-8 (20 x 13 cm) de 190-IX pages.

Reliure de l'époque plein veau brun marbré, dos lisse orné aux petits fers dorés, pièce de titre de maroquin rouge, tranches mouchetées de rouge. Ensemble en excellent état. Volume resté très frais. Quelques corrections d'époque à la plume, probablement de la main de l'auteur qui corrige ainsi quelques erreurs typographiques.

Edition originale et unique édition.


Cette longue lettre est adressée à l'auteur du Publicole français (ou Mémoire sur les moyens d'augmenter la richesse du Prince par l'aisance des Peuples). Le Publicole français a paru pour la première fois en 1776 et son auteur en est resté inconnu. Il y analyse les idées de Sully, de Richelieu et de Colbert, avec une étude parallèle entre la France, la Hollande et l'Angleterre ; et enfin il préconise de rendre sa place à l'agriculture, à l'origine de toute prospérité. La Lettre d'un ancien munitionnaire est quant à elle datée de Paris, 25 mars 1777. L'auteur de cette lettre commente de nombreux passages du Publicole français en insistant à chaque fois qu'il le peut sur le mal-fondé qui tendrait à prouver qu'il serait profitable au roi de prendre en charge la régie des vivres des armées quand elle était alors gérée par des entrepreneurs privés (munitionnaires). Et l'auteur de conclure : "Qu'un Publicole de votre trempe serait un homme dangereux si l'on le laissait faire !".


On trouve à la fin du volume une Note sur les régies des vivres et des objets de même nature. Cette note est un résumé chronologique de la régie des vivres des armées au cours du XVIIIe siècle.


L'auteur de cette Lettre d'un ancien munitionnaire serait l'oeuvre de Monsieur Dampierre de La Salle (1723-1793), intendant des vivres des armées. Sur le même thème il est également l'auteur d'un Mémoire sur une question relative aux vivres des troupes de terre. (publié en 1790). Il a publié par ailleurs une comédie intitulée Le Bienfait rendu ou Le Négociant (1763) plusieurs fois rééditée.

Référence : Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes, II, col. 1139.


Provenance : de la bibliothèque du marquis de Monteynard (1713-1791), secrétaire d'état à la guerre sous Louis XV, avec son bel ex libris armorié gravé à l'eau-forte. Il est intéressant de noter que ce volume avait toute sa place dans la bibliothèque d'un secrétaire d'état à la guerre. Le sujet était on ne peut plus intéressant pour le marquis de Monteynard. Une partie de la bibliothèque du marquis de Monteynard a été vendue le 28 mai 2004 à Paris, Drouot. 

Bel exemplaire de cet ouvrage peu commun.

Prix : 700 euros


mardi 27 août 2019

Bussy-Rabutin. Discours à ses enfants sur le bon usage des adversités, et les divers événements de sa vie (1694). Belle reliure romantique.


Roger de Rabutin, comte de Bussy, dit BUSSY-RABUTIN

Discours du comte de Bussy Rabutin à ses enfants sur le bon usage des adversités, et les divers événements de sa vie.

A Paris, chez Anisson, Directeur de l'Imprimerie Royale, 1694.

1 volume in-12 (16 x 10 cm - Hauteur des marges : 154 mm) de (10)-454-(6) pages.

Reliure plein maroquin violine à grain long, dos à faux-nerfs orné de filets dorés et roulette dorée en queue, titre doré, fers à froid, plats orné en leur centre d'un grand ombilic à froid et encadrés d'un filet doré avec fer doré dans les angles et roulette à froid, tranches dorées, superbes doublures et gardes de papier peint fleuri bicolore (reliure romantique vers 1825/1830). Reliure non signée mais tout à fait dans le goût d'une Simier ou d'un Thouvenin. Très bel état de conservation de la reliure, très fraîche. Intérieur frais malgré de petites taches rousseurs aux deux premiers et deux derniers feuillets. Signature ex libris du XVIIe ou du XVIIIe siècle sur le titre et d'autres feuillets.


Edition originale.

Un des exemplaires auquel on a ajouté l'épitaphe de Bussy-Rabutin (5 pages), reliée à la fin du volume. Le verso du dernier feuillet contient l'extrait du Privilège. Cette épitaphe est l'oeuvre de sa fille, Louise-Françoise de Rabutin, comtesse de Dalet. Les exemplaires que nous avions rencontrés jusque là de cette édition originale ne possédait pas cette épitaphe qui semble n'avoir été ajoutée qu'à une petite partie des exemplaires.



Ce volume a été achevé d'imprimer le 2 juin 1694. La même année et sans doute à quelques mois d'intervalle à peine paraissent au moins quatre éditions, celle-ci est la première. Au moins une contrefaçon hollandaise ou de province voit le jour quelques mois plus tard. C'est assez montrer le succès de cet ouvrage dès sa première publication. Il y aura encore plusieurs rééditions au cours du XVIIIe siècle, la dernière paraissant en 1730.


On trouve, page 223-231, une lettre en vers de Bussy à sa cousine, la marquise de Sévigné, datée du 21 octobre 1646, qui n'a jamais été réunie aux Lettres publiées de la marquise. On n'en trouve qu'un fragment dans les Mémoires de Bussy (1696).

Doit-on systématiquement parler de la cousine pour mettre en valeur le cousin ? Bussy-Rabutin a son propre mérite et pas des moindres. Suite à la publication clandestine de son Histoire amoureuse des Gaules en 1665, Bussy-Rabutin devra vivre exilé dans son château de Bourgogne pendant plus de 17 années.


Ce Discours adressé à ses enfants si l'on en croit le titre, après avoir passé en revue quelques illustres malheureux (Saint-Louis, le roi Jean, le Maréchal de Bassompierre, Enguerrand de Marigny, Boëce, Bélisaire, David, Le Maréchal de Gyé, Philippe de Comines, François premier, Samblançay, Le Duc de Bellegarde, La Chastre), passe à l'histoire malheureuse de l'auteur (de la page 169 à 454). Le véritable destinataire du Discours est Louis XIV, comme Bussy le dit au père Bouhours "C'est pour le Roi uniquement, et pour madame de Maintenon, vous et le père de la Chaise." Bussy-Rabutin ne désespéra jamais de pouvoir rentrer à nouveau en grâce aux yeux de Louis XIV.

Bussy-Rabutin de conclure : "Il n'y a rien de plus malheureux que le bonheur des gens qui vivent au gré de leurs passions."

Bussy-Rabutin meurt le 9 avril 1693. Ce livre est le premier publié au lendemain de sa disparition, par le Père Bouhours ami intime de Bussy. On constate en effet d'après l'extrait du privilège que la demande de lettres patentes a été faite dès le début de février 1694. Les enfants de Bussy n'eurent apparemment aucune part à cette publication. Les éditeurs modifièrent notablement le manuscrit original qui est actuellement conservé à la Bibliothèque Mazarine.


Provenance : exemplaire provenant initialement de la bibliothèque de Noël André Dreux, avocat.

Référence : Rochebilière 2145. Tchémerzine 169. L'exemplaire de la bibliothèque Marcel Bellanger (25 mars 2004 - Drouot, Paris, n°9 adjugé 700 euros, veau époque coins fatigués). Référence électronique consultée le 10/04/2010 : http://www.bussy-rabutin.com/255.html (extrait de l'introduction de la réédition de 2000 aux Editions de l'Armançon, par Christophe Blanquie).


Bel exemplaire de l'édition originale dans une belle reliure romantique d'excellente facture.

Prix : 1.150 euros

samedi 24 août 2019

Anonyme (Bussy-Rabutin ?). La vie de la duchesse de La Valière [La Vallière] où l'on voit une relation curieuse de ses amours et de sa pénitence (1695). Bel exemplaire très bien relié.


Anonyme. [le plus souvent attribué sans preuve à Bussy-Rabutin. Roger de Rabutin, comte de Bussy].

La vie de la duchesse de La Valière [La Vallière] où l'on voit une relation curieuse de ses amours et de sa pénitence. Par * * *.

A Cologne, chez Jean de La Vérité, 1695

1 volume petit in-12 (14 x 7,5 cm) de 311 pages, frontispice gravé à l'eau-forte et titre imprimé en rouge et noir.

Reliure plein veau blond glacé, dos lisse orné aux petits fers dorés (vases et roulettes en guise de faux-nerfs, millésime doré en queue), pièce de titre de maroquin vert, roulette dorée en encadrement des plats, tranches rouges. Fine reliure (non signée) exécutée entre 1800 et 1810. Excellent état de la reliure restée très fraîche, intérieur frais. Petites fissures du papier sans gravité en marge du frontispice et en marge d'un ou deux feuillet (dont un avec une petite et ancienne réparation), le tout sans perte de texte.



Première édition.

On donne ce texte comme une adaptation ou un développement de l'Histoire du Palais-Royal ou les Amours de Madame de La Vallière (publié en 1667). Ce texte diffère pourtant en tous points de ce premier texte qui est toujours attribué (sans preuves) à Bussy-Rabutin, l'auteur malheureux de l'Histoire amoureuse des Gaules (1665).

Le frontispice est curieux. On y voit la duchesse de La Vallière assise aux côtés du roi Louis XIV. A l'arrière-plan on distingue une religieuse en train de parler avec une autre dans un couvent.



Ce texte a été réimprimé en 1708 notamment et même partiellement dans les "Galanteries de la cour de France sous le règne de Louis Le Grand" qui forme le deuxième volume des "Intrigues galantes de la cour de France" (1695). On trouve page 303 un passage qui parle d'un "manuscrit qui fut imprimé à Paris en 1680". Ce passage prouve qu'il ne s'agit pas d'une réimpression d'un texte déjà publié dans les années 1670. L'auteur écrit, à la fin du volume : "Malgré la retraite de Madame de la Valière, et la piété qu'elle faisait dans son couvent on ne laissa pas de mettre sur son compte la plupart des intrigues qui se firent alors pour ruiner la Montespan dans l'esprit du Roi. [...]".

Françoise-Louise de La Baume Le Blanc, demoiselle puis duchesse de La Vallière et de Vaujours, est une aristocrate française née à Tours le 6 août 1644 et morte à Paris le 6 juin 1710. Elle fut la première maîtresse officielle de Louis XIV. Elle le quitte pour se retirer au Carmel. Leur amour début en 1662. Louise aura quatre enfants du roi, dont seuls les deux derniers survivent et sont légitimés. Leur liaison s'achève en 1667. En 1670, après une longue maladie – peut-être une fausse couche – qui lui fait entrevoir la mort, Louise se tourne vers la religion, rédigeant d'émouvantes Réflexions sur la miséricorde de Dieu. Elle prononce ses vœux perpétuels en 1675. Elle prend alors le nom de Louise de la Miséricorde. Elle mourut le 6 juin 1710 à l'âge de 65 ans, après 36 ans de vie religieuse. Elle fut inhumée dans le cimetière de son couvent.



A la lecture de ce livre on se rend vite compte du respect que l'auteur avait pour Madame de La Vallière. Loin d'être un pamphlet qui donnerait une image déplorable des amours du roi pour une favorite passagère, il faut y voir plutôt un récit chronologique assez détaillé et neutre. Les reproches qu'on a pu lire vont surtout à la Montespan ou même à la Maintenon qui ne sont pas épargnées de quelques remarques bien senties.

Provenance : de la bibliothèque du vicomte Albin de Marin de Montmarin (1839-1916) avec son ex libris armorié gravé à l'eau-forte par Agry (non signée). GMN. Répertoire général des ex-libris français : M0811. 

Bel exemplaire dans une fine reliure "Empire". Rare aussi bien relié.

Prix : 1.250 euros

vendredi 23 août 2019

Edme-François Darigrand. L'Anti-Financier ou Relevé de quelques-unes des malversations dont se rendent journellement coupables les Fermiers-Généraux, et des vexations qu'ils commettent dans les Provinces (1764). Bien complet du Supplément. Tel que paru.


[Edme-François Darigrand]

L'Anti-Financier, ou Relevé de quelques-unes des malversations dont se rendent journellement coupables les Fermiers-Généraux, et des vexations qu'ils commettent dans les Provinces : servant de réfutation d'un écrit intitulé : Lettre servant de Réponse aux Remontrances du Parlement de Bordeaux, précédée d'une Épître au Parlement de France, accompagnée de Notes historiques. [suivi de :] Supplément à l'Anti-Financier.

A Amsterdam, 1764

1 volume in-8 (21 x 13,5 cm), broché, 100 + 26 pages. Frontispice allégorique gravé à l'eau-forte. Impression en petits caractères serrés. Sous sa simple couverture de papier crème de l'époque, non rogné, dos nu d'origine, sans titre apparent sur la couverture. Tel que paru et tel qu'il circulait à l'époque sous le manteau.

L'explication de l'estampe qu'on trouve en regard donne une idée complète du fond de l'ouvrage. Le frontispice montre le Roi Louis XV accordant à la France un édit portant création d'un impôt unique, et la suppression de tous les droits actuels, ainsi que des traitants [les fermiers généraux, collecteurs d'impôts]. La France à genoux reçoit ce bienfait ; elle tient la main de l'Abondance qui est appuyée contre une colonne de son Temple, pour preuve de son éternelle résidence dans ce Royaume fortuné. La Justice, sur les marches du piédestal, qui porte la statue du Roi, force les Financiers à restituer. Un Financier verse son or avec répugnance ; un Laboureur l'amasse : ce qui signifie que l'or, qui engraissait les Traitants, tournera dorénavant au profit de l'agriculture, et soulagera les campagnes. L'amour des peuples, figuré par des génies, attache à une pyramide élevée devant le Temple de la Renommée, le médaillon du siècle de Louis XV, avec ceux des siècles d'Auguste, de Titus, et de tous les grands princes qui ont illustré leurs règnes par leur bienfaisance. La Renommée part pour instruire l'Univers de ce grand événement.



Ouvrage saisi et condamné au feu.

Ce pamphlet politique dénonçant les abus des Fermiers Généraux et demandant la mise en place d'un impôt unique pour remplacer les nombreux impôts qui étouffaient alors les paysans français, a paru pour la première fois en 1763 (Amsterdam, i.e. Paris, Lambert). La Réponse aux Remontrances du Parlement de Bordeaux ne se trouvent pas dans cette première édition.


"Rallié à la cause physiocratique, l'auteur préconise l'abolition des Fermes et propose de rétablir l'égalité au moyen d'un impôt unique perçu sans arbitraire par les communautés elles-mêmes." (Stourm). Cet écrit valut à l'auteur et à l'imprimeur Lambert un séjour à la Bastille. L'auteur était avocat au Parlement de Paris après avoir été aux Gabelles, en d'autres termes il savait très bien son sujet. L'Anti-Financier connut un grand succès et fut diffusé sous le manteau encore plusieurs années. Il fut largement commenté à l'époque.

"Cet ouvrage, dont la première édition est de 1763, a fait beaucoup de bruit ; on le recherchait avec d'autant plus d'empressement, que la police faisait les perquisitions les plus vives pour le supprimer. Aussi a-t-il conduit son auteur à la Bastille le 4 janvier 1763, ainsi que le libraire Lambert. Il n'est pas possible de s'exprimer avec plus de véhémence contre les fermiers-généraux, contre les receveurs des tailles, et en général contre tous les employés de la régie. Darigrand combat avec force le mode de perception de ces sortes d'impôts trop multipliés alors, qui mettaient les particuliers à la merci d'une nuée de sbires rongeurs, connus, dans le temps, sous la dénomination ridicule de rats-de-cave. Il peint avec horreur les vexations auxquelles tout père de famille était exposé de leur part dans certaines provinces. Il cite beaucoup de faits révoltants, qui sont peut-être exagérés sous sa plume vindicative. Darigrand , avocat au parlement de Paris, écrivait avec chaleur ; son style est nerveux : il avait été employé dans la ferme générale ; quelques mécontentements allumèrent sa bile, et il l'épancha avec amertume dans l'ouvrage en question. On voulut lui fermer la bouche en lui donnant une place avantageuse dans la même partie ; mais il la refusa. Il est mort en 1771." (G. Peignot, Dictionnaire des principaux livres condamnés au feu, supprimés ou censurés, pp. 90-91).

L'idée d'un impôt unique a été initiée par les Physiocrates dès la seconde moitié du XVIIIe siècle. C'est François Quesnay, chef des physiocrates et médecin de Louis XV, qui e propose dès 1760 dans ses Maximes générales du Gouvernement économique d'un royaume agricole. Puisque toutes les taxes reposent en définitive sur le produit de la terre, seul le loyer de la terre devrait être imposé. Son contemporain Adam Smith reprend l'idée et David Ricardo la développe en 1817 dans Des principes de l'économie politique et de l'impôt. L'économiste américain Henry George rend populaire cette proposition avec la publication de Progrès et pauvreté en 1879. On pouvait aussi remonter à 1707 et Vauban et son Projet d'une dixme royale (également favorable à un impôt unique et juste). Vauban paiera alors également de sa réputation pour la témérité de ses idées. De nos jours, en 2019, l'impôt unique (en France) est-il de mise ? L'impôt sur le revenu payé par tous ? égalitaire ? sans autres impôts ? (que sont alors toutes les autres taxes ?).

Le Supplément à l'Anti-Financier est sous-titré : Exposé de quelques nouveaux abus commis par les employés dans la partie des Domaines et Contrôles.

Rare dans cette condition, tel que paru à l'époque.

Prix : 395 euros

jeudi 22 août 2019

Le Conseiller du Bibliophile, revue de bibliophilie dirigéé par Camille Grellet et Octave Uzanne, rédacteur en chef (1876-1877). Rare revue bibliophilique. Tirage à 50 ex. sur Hollande.


COLLECTIF [Camille GRELLET, directeur - Octave UZANNE, rédacteur, rédacteur en chef - Joseph Uzanne, rédacteur, etc.]

LE CONSEILLER DU BIBLIOPHILE. Publication destinée aux amateurs de livres rares et curieux et de belles éditions. Directeur, M. C. Grellet, bibliophile. Première.

Paris, Aux bureaux du Conseiller du Bibliophile, Rue du Sommerard, n°16, 1876-1877

2 parties reliées en 1 volume in-8 (24 x 16 cm) de 360-VIII pages.

Cartonnage papier imprimé de l'époque, dos toilé. Cartonnage légèrement usagé. Intérieur frais. Quelques feuillets se détachent (ficelle rompue). Collationné complet. Le portrait gravé de Charles Monselet est ici en 3 états. Un poème est en 2 états.



Tirage unique à petit nombre.

Celui-ci, un des 50 exemplaires numérotés tirés sur papier de Hollande avec titre imprimé en rouge et noir.

Exemplaire offert à l'artiste graveur Adolphe Lalauze : "Offert à Monsieur Ad. Lalauze pour son collaborateur et ami, le Directeur du Conseiller du Bibliophile, [signé] Camille Grellet."



Cette revue éphémère compte 14 livraisons pour cette première année qui court jusqu'en mars 1877. Il manque à notre exemplaire les livraisons d'avril à juin 1877 (3 livraisons) qui forment le complément et la fin de cette revue rare.


Comme il est indiqué dans un avis, le premier numéro du Conseiller du Bibliophile a été tiré à 1.600 exemplaires et chacun des autres à 500 exemplaires seulement. Il est même fort probable que les dernières livraisons n'ont été tirées qu'à 300 exemplaires ou moins. Ce qui fait de ce recueil complet de toutes les livraisons requises une rareté bibliographique.



C'est la mort brutale de M. Grellet, son directeur, qui marqua la fin de cette sympathique revue bibliophile. Octave Uzanne, sans doute peu de temps après le lancement de cette revue, en devient le rédacteur en chef. Il y publia ses premiers textes. On en retrouvera plusieurs publiés dans les Caprices d'un Bibliophile en 1878. A la fin d'un autre exemplaire on a trouvé relié un document imprimé daté du 24 novembre 1877 et qui informait les souscripteurs de l'arrêt de la revue. Octave Uzanne signait alors en tant que rédacteur en chef du Conseiller du Bibliophile.


Cette revue éphémère marque les débuts en tant que bibliophile-bibliographe revuiste d'Octave Uzanne, secondé par son frère Joseph qui participa activement à cette aventure éditoriale.

Bon exemplaire de dédicace, rare sur Hollande avec plusieurs états supplémentaires des gravures.

Prix : 600 euros


Jean d'Ormesson. Dieu, sa vie, son oeuvre. Roman (1980). Edition originale. 1/55 ex. sur vélin d'Arches. Broché, tel que paru. "Le livre est l'hésitation de Dieu avant de créer le Monde."


Jean d'Ormesson.

Dieu, sa vie, son oeuvre. Roman.

Gallimard, Paris, 1980

1 volume in-8 (21,7 x 14,6 cm), broché, 497 pages. Exemplaire à l'état proche du neuf, non coupé (à l'exception des 4 premiers feuillets).

Edition originale.

Celui-ci, un des 55 exemplaires sur vélin d'Arches (après 35 exemplaires sur vergé blanc de Hollande).


Qui de mieux pour parler de ce livre sinon Jean d'Ormesson lui-même : "le thème du livre est extrêmement simple. Personne n'oblige Dieu à créer le monde, il le créé par un libre choix. Le livre est l'hésitation de Dieu avant de créer le Monde. Le livre se termine à la création du Monde, après nous tombons dans l'anecdote [...] Non, Dieu n'est pas un sujet de roman. Et en plus je ne suis même pas sûr qu'on ait le droit de parler de Dieu. [...] Dans toute la mystique juive on ne parle pas de Dieu. On parle à Dieu. Et c'est presque ma justification pour avoir fait un roman. Parce qu'on ne peut pas parler de Dieu. On ne peut rien dire de Dieu. On peut peut-être faire de la fiction sur Dieu, c'est tout ce qu'on peut faire. Parce que Dieu est entièrement hors de notre atteinte. Et je dirais que faire un roman sur Dieu est presque une forme de respect parce qu'on ne peut rien en dire. [...]. On peut être tenté de me présenter soit comme un poète, soit comme un philosophe, soit comme un mystique, et évidemment je crois que je suis obligé de récuser ces trois vocables flatteurs. [...]." (extrait de l'émission télévisée Apostrophes, animée par Bernard Pivot, diffusée le 16 janvier 1981).

Ce volume a été achevé d'imprimé le 15 décembre 1980.



Dieu est au centre de la création littéraire et philosophique de Jean d'Ormesson.

Jean d'Ormesson, académicien depuis 1973, est décédé le 5 décembre 2017 et un hommage national lui a été rendu par le président de la République française Emmanuel Macron, qui dépose un crayon sur son cercueil après avoir prononcé un discours saluant un écrivain qui constituait un « antidote à la grisaille des jours ».


Bel exemplaire, tel que paru du tirage de tête (deuxième grand papier).

Prix : 450 euros


mercredi 21 août 2019

William Tooke. Histoire de l'Empire de Russie, sous le règne de Catherine II (1801). 6 volumes brochés. Edition originale française estimée.


William Tooke (auteur). Bassinet (traducteur).

Histoire de l'Empire de Russie, sous le règne de Catherine II, et à la fin du dix-huitième siècle ; Par le Révérend M. Tooke, Membre de la Société Royale de Londres, de l'Académie impériale des Sciences, et de la Société libre d'Economie de Saint-Pétersbourg. Traduite de l'anglais, sur la deuxième édition, par M. S... avec les corrections de M. Imirnove, aumonier et secrétaire de l'Ambassade de Russie à Londres ; et revue par M. Leclerc, ancien Capitaine au service de France.

De l'imprimerie de Crapelet, A Paris, chez Maradan, An X - 1801.

6 volumes in-8 brochés (21 x 13,5 cm) de XX-400, (4)-451, (4)-464, (4)-432, (4)-419 et (4)-384 pages. Couvertures d'origine en papier à la colle à rayure horizontales, pièces de titre en papier d'origine imprimées au dos. Papier des dos en partie fendu ou déchiré avec quelques petits  manques, plats bien conservés avec traces d'usage, intérieur frais avec de rares et légères mouillures à quelques feuillets seulement, le tout sans conséquence.


Première et unique édition française de cette importante histoire de Russie.

Cette traduction est l'oeuvre de l'abbé Alexandre-Joseph de Bassinet (1733-1813). Elle paraît l'année même de la mort du Tsar Paul Ier. Elle traite de la géographie, de l'économie, des peuples et coutumes de la Russie. Le révérend Tooke avait passé 20 ans en Russie en tant que chapelain de l'église anglicane de St-Pétersbourg (à Cronstadt).

"Très complaisant en général pour les Russes et très indulgent pour leurs institutions." 

Il s'agit d'une compilation des meilleurs travaux des savants russes du XVIIIe siècle. Cette histoire est très estimée. Elle marque le renouveau de l'attrait de l'Europe occidentale pour la mystérieuse Russie encore sous le régime du servage (aboli seulement en 1861). Ces volumes paraissent dix ans avant le début de la campagne de Russie décidées par l'empereur Napoléon Premier et son échec magistral face à un peuple déterminé, courageux et aguerri.


Exemplaire provenant de la bibliothèque d'Henry Saint-Pierre Lesperet (1761-1847), chaque volume portant sa signature autographe sur la page de titre. Homme de loi à Plaisance, il est administrateur du département sous la Révolution. Rallié au coup d'état du 18 brumaire, il est député du Gers de 1800 à 1811. Il est fait chevalier d'Empire en 1811.

Agréable exemplaire conservé dans son brochage d'origine.

Prix : 900 euros

mardi 20 août 2019

Le Chevalier de Méré. Maximes, sentences et réflexions morales et politiques (1687). Rare. Bel exemplaire relié en maroquin dans la seconde moitié du XIXe siècle.


Méré, Chevalier de (Georges Brossin ? Antoine Gombaud ?).

Maximes, sentences et réflexions morales et politiques.

A Paris, au Palais, chez Guillaume Cavelier, 1687

1 volume in-12 (15,5 x 9,5 cm. Hauteur des marges : 152 mm) de (16)-248 pages.

Reliure plein maroquin grenat, dos à nerfs orné aux petits fers dorés, tranches dorées, triple-filet doré en encadrement des plats, filet doré perlé sur les coupes, large encadrement de roulettes dorées en doublure, doublures et gardes de papier marbré, doubles-gardes. Très bon état de la reliure. Intérieur frais, qui n'a pas été lavé. Quelques légères taches sans conséquence à quelques feuillets. La reliure n'est étonnamment pas signée mais est dans le goût des reliures de luxe du second Empire (vers 1870/1880).


Edition originale posthume rare.

Cette rareté est attestée par le libraire Damascène Morgand qui précise : "Cette édition se rencontre le plus souvent sous la date de 1687". L'exemplaire relié en veau à l'époque est donné avec la date de 1686, aussi à Paris chez Guillaume Cavelier (Morgand, Bulletin, n°14.925). L'Extrait du Privilège nous apprend que l'édition a été partagée entre Estienne Du Castin et Guillaume Cavelier. Par ailleurs le Privilège a été donné à Versailles le 10 janvier 1687 et enregistré le 15 janvier 1687. L'auteur y est à moitié dévoilé sous le nom de Chevalier de M... [Méré]. L’Épître à Monseigneur le marquis de Seignelay, ministre et secrétaire d'état (Jean-Baptiste Antoine Colbert, marquis de Seignelay, fils du grand Colbert), est signée des initiales : L. C D. M. [Le Chevalier De Méré].


La mode des Maximes et autres Sentences morales et politiques avait été lancée en 1664 par le succès des Maximes de La Rochefoucauld. Les éditions sans cesse augmentées se succèderont jusqu'en 1693. Le Chevalier de Méré fut-il un simple imitateur de La Rochefoucauld ? Qui était-il ? Sa biographie est embrouillée. George Brossin, chevalier de Méré serait né au début du XVIIe siècle (sans savoir exactement l'année). Originaire du Poitou, il devient à la capitale une sorte d'arbitre du bon goût et du bon ton. Son style précieux, ses relations à la cour, l'amènent à devenir l'intime de plusieurs beaux esprits de son temps (Pascal, Balzac, Ménage, la maréchale de Clérambault, etc.). Il aurait participé à l'éducation de la jeune fille qui deviendra Mme de Maintenon. Devenu vieux et obligé de fuir devant les créanciers (selon Michaud dans sa biographie universelle) il va finir ses jours dans son domaine du Poitou où il meurt en janvier 1685. "C'était un homme de beaucoup d'esprit, qui avait fait des livres qui ne lui faisaient pas beaucoup d'honneur" (Mémoires de Dangeau). Michaud cite Dreux du Radier qui indique qu'on lui attribue des Réflexions, Sentences et Réflexions morales et politiques (Paris, 1687, in-12), notre ouvrage. Mme de Sévigné qui ne mâchait pas ses mots déplorait son chien de style. On donne aussi cet ouvrage à un certain Antoine Gombaud, dit le « chevalier de Méré ». Qu'en est-il vraiment ?


On ne sait pas la date de rédaction de ces Maximes. Cependant l’Épître au marquis de Seignelay indique "feu monseigneur votre père" (Colbert). Or Colbert est mort le 6 septembre 1683. L'épître date donc d'après cette date et d'avant le décès de Méré qui serait advenu en janvier 1685 pour certains ou un peu plus tôt à la fin de l'année 1684 pour d'autres. Ce recueil a donc été composé, préparé pour une éventuelle impression, entre octobre 1683 et novembre 1684. Il contient des Maximes très certainement amassées au fil du temps entre 1660 et 1680. Une étude approfondie permettrait sans doute de connaître la genèse et l'histoire de ce recueil.






Ce volume contient environ 550 maximes (certaines sont mal numérotées et mal découpées d'une page à l'autre). Elles sont courtes pour la plupart et de ce que nous avons pu lire, fort justes et simplement énoncées (ce qui ne correspond pas au style affecté et précieux qu'on donne pour celui du Chevalier de Méré).

Un critique de son temps écrit : "Le Chevalier de Méré avait des idées singulières sur les matières de la morale comme sur celles du bel esprit. Il a soutenu qu'en certaines occasions, il est d'une grande âme de ne pas se déclarer pour le parti le plus juste, mais pour le parti le plus abandonné. Il ajoutait que quand la cause des malheureux ne serait pas bonne, on ferait bien de la croire telle." Rien que pour cette saillie lumineuse le chevalier de Méré mérite toute notre considération.

Référence : (Illustrations poitevines). Le chevalier de Méré, son véritable nom patronymique, sa famille, etc. Niort,; L. Clouzot, 1869. Plaquette d'une soixantaine de pages la plus détaillée sur cet auteur, sa vie et son oeuvre.


Bel exemplaire de ce petit volume rare.

Prix : 2.500 euros

lundi 19 août 2019

Poullain de Saint-Foix. Oeuvres complètes. Essais historiques sur Paris. Histoire de l'ordre du Saint-Esprit. Théâtre. 1778. Bel exemplaire relié en veau à l'époque.


Saint-Foix (Germain-François Poullain de).

Oeuvres complètes de M. de Saint-Foix, historiographe des Ordres du Roi.

A Paris, chez la veuve Duchesne, 1778 [de l'imprimerie de Claude Simon] [de l'imprimerie de Clousier].

6 volumes in-8 (20 x 13 cm) de XVI-594, 600, 479, 462, 472 et 524-(3) pages. 1 portrait de l'auteur en frontispice et 2 figures d'après Marillier.

Reliure de l'époque plein veau marbré caramel, dos à nerfs ornés aux petits fers dorés, pièce de titre de maroquin rouge, tomaison de maroquin olive, tranches marbrées. Excellent état de l'ensemble des volumes, reliures et intérieur. Très frais. Coins légèrement frottés.

Edition originale posthume des Œuvres complètes de l'auteur.


Les deux premiers volumes contiennent des pièces de théâtre (comédies, comédie-ballet et tragédie) ainsi que les Lettres turques. Les troisième, quatrième et cinquième volumes contiennent les Essais historiques sur Paris. Enfin le sixième et dernier volume contient l'Histoire de l'Ordre du Saint-Esprit.


Poullain servit jusqu’à trente-six ans dans les mousquetaires, se distinguant à Guastalla en 1734, puis il quitta l’armée et acheta une charge de maître des eaux et forêts à Rennes. Il avait publié en 1721 une première comédie, Pandore. En 1740, il décida de se consacrer aux lettres et vint s’installer à Paris où il devint un auteur à la mode. Il écrivit une vingtaine de comédies. D’un caractère querelleur, Poullain de Saint-Foix est aussi connu pour ses reparties et duels que pour ses productions littéraires. Ainsi un jour, au café Procope, un garde du roi entra et demanda une tasse de café au lait et un petit pain. Saint-Foix s’exclama : « Voilà un fichu dîner ! », et le répéta à plusieurs reprises, si bien que le garde finit par se fâcher et le provoquer en duel. Ils se battirent, Saint-Foix fut blessé et fit ce commentaire : « M’eussiez-vous tué, vous n’en auriez pas moins fait un mauvais dîner. » Il lui survint une autre aventure où, cette fois les rieurs ne furent pas du côté du spadassin : un jour qu’il s’était pris de querelle avec un provincial qu’il ne connaissait pas, au foyer de l’Opéra, Saint-Foix lui assigna un rendez-vous. « Quand on a affaire à moi, dit le provincial, on vient me trouver : c’est ma coutume. » Le lendemain, Saint-Foix se présente chez l’inconnu, qui l’invite à déjeuner. « — Il bien question de cela. Sortons ! — Je ne sors jamais sans avoir déjeuné : c’est ma coutume. » L’inconnu, toujours accompagné de Saint-Foix, entre dans un café, joue une partie d’échecs et va faire un tour de promenade aux Tuileries, en répétant à chaque chose : c’est ma coutume. Enfin, à bout de patience, Saint-Foix lui propose de passer aux Champs-Élysées. « — Pour quoi faire ? — Belle demande ! pour nous battre. — Nous battre ! s’écria l’autre. Y pensez-vous, Monsieur ? Convient-il à un trésorier de France, à un magistrat, de mettre l’épée à la main ? On nous prendrait pour des fous ! » L’aventure courut la ville. Dans une des répétitions de l’Oracle, l’actrice mademoiselle de Lamotte jouant la fée sur le ton d’une harengère, l’auteur lui arracha la baguette qu’elle tenait dans la main, et lui dit : « J’ai besoin d’une fée et non d’une sorcière. » L’actrice voulut insister et crier, mais Saint-Foix lui répondit : « Vous n’avez pas de voix ici : nous sommes au théâtre et non au sabbat. » Il fut nommé, en 1764, historiographe de l’ordre du Saint-Esprit. Il est le frère du juriste Auguste-Marie Poullain-Duparc. Les traits de Poullain de Saint-Foix nous restent fixés par le portrait gravé par Noël Le Mire (avec ornements de Clément-Pierre Marillier) d'après Claude Pougin de Saint-Aubin, en frontispice des Œuvres complètes de M. de Saint-Foix, historiographe des Ordres du Roi (6 volumes, Veuve Duchesne, Paris, 1778).


Son ouvrage Essais historiques sur Paris a pour objet « de faire connaître par des faits et des anecdotes le caractère, les mœurs et les coutumes » de la France. C’est une succession d’observations et d’anecdotes qui visent à montrer, par-delà les différences des usages, l’unité de l’espèce humaine. Pour autant, l’auteur se tient à bonne distance de l’esprit philosophique de son temps, n’hésitant pas à défendre, par exemple, l’immortalité de l’âme.


Bel exemplaire en condition d'époque.

Prix : 950 euros