mercredi 31 juillet 2019

Lettres de Marie Rabutin-Chantal, Marquise de Sévigné (1733). Une des premières éditions de la plus célèbre correspondance entre une mère et une fille. Edition peu commune.


Marie de RABUTIN-CHANTAL, marquise de SÉVIGNÉ.

LETTRES DE MARIE RABUTIN-CHANTAL, MARQUISE DE SÉVIGNÉ, A MADAME LA COMTESSE DE GRIGNAN SA FILLE. Tome premier [second et troisième].

Sans lieu ni nom, 1733

3 tomes reliés en 2 volumes in-12 (16,5 x 9 cm - Hauteur des marges : 161 mm) de 264, 144 et 252 pages.

Reliure plein veau brun de l'époque, dos ornés aux petits fers. Assez bon état de l'ensemble malgré la pièce de titre du premier volume manquante et de légères usures aux coins et aux coiffes. Reliures manipulées. Anciennes traces d'humidité en marge extérieure des feuillets au début et à la fin des deux volumes (le papier est légèrement fragilisé mais sans gavité). Cahiers légèrement déréglés (couture lâche). Sinon intérieur frais. Complet.

L'UNE DES PREMIÈRES ÉDITIONS DES LETTRES DE LA MARQUISE DE SÉVIGNÉ. 

REPRODUCTION PRATIQUEMENT PAGE POUR PAGE ET LIGNE POUR LIGNE DE LA TRÈS RARE ÉDITION DE 1728.


Cette édition est précisément décrite dans la Notice Bibliographique des éditions imprimées des Lettres de la marquise de Sévigné (Lettres de Madame de Sévigné, Édition des Grands Écrivains de la France, Tome XI, p. 441-442, n°7) : "Cette impression suit page pour page et à peu près ligne pour ligne (il n'y a que de rares et légères différences dans le contenu des lignes) l'édition de 1728. Elle sort des mêmes presses ; le caractère nous parait être identique ; il n'y a, outre la différence que nous avons remarquée ça et là dans la composition des lignes, d'autre variété que celle de quelques ornements, et d'un certain nombre de fautes typographiques que l'impression de 1733 ne reproduit pas ou qu'elle est seule à avoir. Une note de l'édition de Perrin de 1734 parle en ces termes de ces trois volumes de 1733 : "Il a paru, sur la fin de l'année 1733, une autre édition furtive des lettres de Mme de Sévigné, 3 vol. in-12, sans nom de ville ni d'imprimeur, où l'on a exactement copié les fautes des éditions de Rouen et de La Haye." La réimpression de 1738 ajoute : "Elle ne contient d'ailleurs que le même nombre de lettres." La critique de Perrin est fort juste ; mais c'est, nous l'avons vu, à l'impression de 1728 qu'elle doit remonter."


Cette édition, comme celle de 1728 qu'elle reproduit donc, contient la Préface de M. de Bussy (p. 5 à 9), la Lettre de Madame la Marquise de Simiane, à Monsieur le Comte de Bussy (p. 10 à 14), les 4 lettres adressées à M. de Coulanges, LXXIII lettres pour le tome I, le tome II commence avec la lettre LXXIV (mal chiffrée LXXVI) et se termine avec la lettre CV, on trouve à la suite une lettre adressée à son fils, Charles de Sévigné ; le troisième tome contient un avertissement de l'éditeur (p. 3 à 9), puis les lettres CVI à CLXXXIV.

Cette édition contient cinquante lettres tirées de l'édition de La Haye (Gosse et Neaulme, 1726, 2 vol. in-12), rangées dans un autre ordre.


On sait que la première édition des lettres de Mme de Sévigné date de 1725 et a été donnée subrepticement en une mince plaquette de 75 pages regroupant seulement quelques lettres pour la plupart incorrectement retranscrites et fragmentaires (31 fragments). Cette première édition rarissime et quasi mythique n’était connue qu’à 2 ou 3 exemplaires à la fin du XIXè siècle, il ne semble pas qu’on en est répertorié d’autres depuis. Les bibliographes considèrent donc comme véritable seconde édition originale l’édition dite de Rouen publiée en 1726 par les soins du fils de Roger de Bussy-Rabutin (cousin indiscret de la Marquise). On a beaucoup tergiversé pour savoir s’il s’agissait du fils aîné (Amé-Nicolas de comte Bussy-Rabutin) ou bien du cadet, futur évêque de Luçon, abbé de Bussy. Cette édition furtive, désavouée par la petite-fille de Mme de Sévigné, Mme de Simiane, fille de Mme de Grignan, est très rare et les exemplaires en reliure de l’époque en bonne condition se rencontrent difficilement. Les éditions suivantes de 1726, 1728 et 1733 sont également peu communes et reprennent avec des variantes la première édition dite de Rouen en gros caractères citée plus haut. Seule l'édition de La Haye, très rare, apporte de nouvelles lettres (qui se retrouvent dans l'édition de 1728 et 1733 comme nous venons de le voir ci-dessus). Il faudra attendre 1734-1736 avec l'édition pourtant mutilée donnée par les soins du Chevalier Perrin pour avoir à disposition plusieurs centaines de nouvelles lettres. L'édition de 1818, puis l'édition de 1862, données par Monmerqué, puis Charles Capmas (supplément "Lettres inédites" de 1876), donneront un panorama complet du génie épistolaire de la marquise de Sévigné.


BON EXEMPLAIRE DE CETTE ÉDITION RARE DES LETTRES DE MADAME LA MARQUISE DE SÉVIGNÉ, EN CONDITION D’ÉPOQUE.

Prix : 1.000 euros


lundi 29 juillet 2019

J.-K. Huysmans. Charles Jouas (artiste). René Kieffer (relieur). Trois églises. La symbolique de Notre-Dame de Paris. Saint-Germain l'Auxerrois. Sain-Merry. Editions René Kieffer, 1920. Superbe exemplaire (1/20 ex.) avec trois états des eaux-fortes et une importante aquarelle originale.


J.-K. Huysmans / Charles Jouas / René Kieffer

Trois églises. La symbolique de Notre-Dame. Saint-Merry. Saint-Germain l'Auxerrois. Eaux-fortes de Ch. Jouas.

Editions René Kieffer, relieur d'art, Paris, 1920

1 volume in-4 (29 x 20,5 cm) de 163-(4) pages. 21 compositions de Charles Jouas gravées à l'eau-forte.

Reliure de luxe par le relieur-éditeur René Kieffer maroquin vert sombre, dos et plats entièrement ornés à froid de grandes plaques historiées, encadrement intérieur de maroquin (20 mm) avec fleurons dorés dans les angles et roulette dorée, doublures ornées d'un tirage sur soie d'une eau-forte de l'artiste (les deux doublures sont différentes), doubles-gardes de papier décoré et marbré, tête dorée, non rogné pour les autres tranches, couverture conservée (les deux plats et le dos). Reliure à l'état proche du neuf, parfaitement conservée. Intérieur d'une très grande fraîcheur.



Tirage de luxe à 260 exemplaires seulement.

Celui-ci, un des 20 exemplaires contenant trois états des eaux-fortes et une aquarelle originale de l'illustrateur.



Tous les exemplaires ont été tirés sur grand vélin de cuve à l'exception des 10 exemplaires sur Japon ancien à la forme (exemplaires d'artiste).



Aquarelle et crayon original par Charles Jouas (Tour nord de Notre-Dame de Paris)


L'aquarelle originale pleine page (22 x 12 cm) représente la tour nord de Notre-Dame de Paris (avec gargouille en premier plan).



Trois églises a paru pour la première fois en 1908 (Paris, Plon). Ce texte est alors publié en même temps que "Trois primitifs". Avec Notre-Dame de Paris, Huysmans célèbre la symbolique gothique du lieu, en dégage la mystique et le divin. Il s'attache aussi a en dégager une symbolique occulte. Saint-Germain l'Auxerrois et Saint-Merry sont décrits de même dans un souci de description historique et symbolique. Les gargouilles, la crypte, les pierres, les rues avoisinantes, les prêtres, etc.



Ce livre est le livre d'art et d'histoire d'un converti au catholicisme.

Charles Jouas (1866-1942) est très habile dessinateur d'architecture. Les cathédrales, les monuments en général, sont parmi ses plus belles réalisations. Ses dessins originaux importants sont aujourd'hui très recherchés des amateurs.



« La cathédrale était donc un ensemble, une synthèse ; elle embrassait tout ; elle était une bible, un catéchisme, une classe de morale, un cours d’histoire et elle remplaçait le texte par l’image pour les ignorants. » (extrait).

« Un des meilleurs livres de Jouas. Ouvrage très coté avec les états » (Carteret).



Ce volume, dans ce tirage, avec les suites et une importante aquarelle originale de Notre-Dame, parfaitement conservé dans une luxueuse reliure de l'éditeur René Kieffer, est une merveille.

Prix : 5.000 euros


vendredi 26 juillet 2019

Célestin de Soissons. [Manuel du confesseur]. Décisions brèves, et claires, des principales difficultés qui arrivent ordinairement au sacré tribunal de la confession (1638). Bon exemplaire en condition d'époque.


[Célestin de Soissons]

Décisions brèves, et claires, des principales difficultés qui arrivent ordinairement au sacré tribunal de la confession. Avec un Traité du jugement extérieur, régulier et légitime, ou pratique criminelle selon l'usage des congrégations religieuses. Dressé par le T.R.P.F.C. de Soissons, vicaire général des religieux du Tiers Ordre Saint François, de l'étroite observance.

A Paris, chez Georges Josse, 1638

1 fort volume in-8 (17,5 x 11 cm) de (8)-706-(66) pages.



Reliure strictement de l'époque plein parchemin, titre à l'encre au dos (passé). Salissures au parchemin, trous de lacets (absents), intérieur collationné complet et en bon état (page de titre légèrement effrangée en marge supérieure, quelques coins repliés). Papier en bon état. Rares et claires rousseurs. Petits travaux de vers dans la marge basse de quelques feuillets. Un bord du deuxième plat rongé. Bon état général.

Edition originale.

Cet épais manuel du parfait confesseur mérite toute l'attention des curieux. On y trouve toutes sortes de prescriptions et remèdes utiles aux confesseurs comme au pécheurs. Les premiers pouvant y puiser moult bonnes remontrances et observances avec la condamnation ad hoc ; les seconds pouvant déjouer habilement toutes les sortes d'enfers pavés de bonnes ou de mauvaises intentions en sachant à l'avance les fautes et les les pièges à éviter tendus par le divin. Un must entre Dieu et Diable en somme ! (NDLR).

L'épître qui se trouve en tête, adressée à Jean-François de Gondi, premier archevêque de Paris, est signée F. Célectin de Soissons. Les Approbations datent d'octobre 1637. L'impression a dû avoir lieu à la fin de l'année 1637 ou au tout début de l'année 1638. Il semblerait que cet ouvrage ait été réédité une seconde fois en 1656 chez le même libraire (Georges Josse). Ce même auteur, Célestin de Soissons, aurait donné en 1635 un premier ouvrage intitulé Compendrum Theologiae moralis (chez J. et L. Heuqueville). Seule la Bnf semble posséder un exemplaire de notre édition de 1638 des Décisions brèves etc (CCfr).




On sait très peu de choses sur le franciscain Célestin de Soissons. Il fut un théologien que nous avons pu voir désigné sous le vocable de "profond". C'est dire sa science des Écritures Saintes. Cependant les différents dictionnaires consultés ne le cite qu'à peine. C'est le Père Edouard d'Alençon qui en dit le plus long sur lui. Il nous indique qu'il était religieux du tiers ordre régulier dans la province d'Aquitaine, dont il fut quelques années supérieur. Selon Wadding il aurait aussi donné un Tractatus de judicio regulari et un Decisiones casuum conscientiae.

Dans ces Décisions brèves on trouve des cas pratiques et questions aussi variés que : Si la pollution qui est arrivée en dormant peut empêcher la communion ; Savoir si un prêtre qui est riche, ou qui a un bon bénéfice, peut prendre quelque chose pour dire la messe ; S'il est permis de révéler la confession pour la sûreté de la personne des rois ; De l'empêchement du crime ; De l'empêchement de l'impuissance ; Comment se doivent comporter les mariés quand après le mariage il survient une impuissance perpétuelle ; Du divorce ; De l'obligation des mariés pour le devoir conjugal ; De pollutione (en latin pour éviter que la langue vulgaire ne révèle le contenu de ce chapitre aux simple peuple qui ne savait pas le latin) ; De tactibus inter conjugatos (en latin pour éviter que la langue vulgaire ne révèle le contenu de ce chapitre aux simple peuple qui ne savait pas le latin) ; Des attouchements, baisers, embrassements et paroles deshonnêtes, entre personnes qui ne sont pas mariée ; Si la femme enceinte peut prendre des médicaments avec péril de faire mourir son fruit ; Des obligations de la femme envers son mari ; S'il est permis de tuer un larron pour empêcher qu'il n'emporte les biens ;   Est-il permis de tuer un innocent ; S'il est permis de se tuer soi-même (suicide) ; Du duel ; De la satisfaction pour l'adultère ; S'il est permis de manger de la chair humaine quand on est réduit en extrême nécessité ; etc.



Bon exemplaire en condition d'époque de ce livre rare.

Prix : 500 euros

Aslan. Lingerie-Sexy. Catalogue publicitaire entièrement illustré par Aslan (vers 1960-1965). Enseigne Cannoise (Cannes).


ASLAN (ou Alain ASLAN de son vrai nom Alain GOURDON)

Lingerie-Sexy 

Imprimerie La Rousse, Monaco, s.d. (vers 1960-1965)

1 plaquette 21 x 13,5 cm

Couverture en couleurs signée Aslan en bas à droite dans l'impression.

Parfait état.




Dans la catégorie des non-livres si chère à la librairie GODON (Lille) qui leur a consacré plusieurs catalogues très remarqués des bibliophiles curieux et désireux de sortir des sentiers battus, voici une petite perle (ou pépite, c'est selon votre goût) que nous venons juste de découvrir hier en fouillant dans nos cartons.

Il s'agit d'un petit catalogue intitulé simplement Lingerie-Sexy. La première de couverture est illustré d'une grande composition signée Aslan. Ce format 21 x 13,5 cm simplement agrafé et composé de 10 feuillets (20 pages) y compris la couverture est entièrement illustré de modèles de lingerie sexy tous dessinés par Aslan. Ce catalogue est un outil publicitaire de la société C.O.P. à Cannes, 13, rue Marcellin Berthelot. On y trouve 43 modèles de lingerie différents, tous plutôt sexy. En troisième de couverture se trouve le bon de commande (ici resté vierge). On notera des modèles de sous-vêtements, de nuisettes et autres culottes fendues aux noms évocateurs tels : Pervers (soutien-gorge découvert), Vaporeux (long déshabillé transparent), Rêve d'amour (long déshabillé transparent), Divinité (chemise de nuit en nylon vaporeux), Minimum (cache-sexe), Aguichante (nuisette nylon), ou encore les modèles Geisha, Ingénue, Saut du lit, Exciting ou encore Saut du lit, Pile ou face (culotte ouverte des deux côtés), etc.

Aucune date ne figure sur ce catalogue. Les coiffures des modèles laissent supposer une date située autour de 1960-1965. Cette plaquette a été imprimée à Monaco par l'imprimerie La Rousse.

Seule l'illustration de couverture en couleurs est signée par l'artiste en bas à droite. Les autres illustrations sont en noir et sont inédites puisqu'elles ont été spécialement dessinées par Aslan pour représenter au plus réaliste les modèles de lingerie de l'enseigne Cannoise.

Aslan, ou Alain Aslan, de son vrai nom Alain Gourdon est né à Lormont (Gironde) le 23 mai 1930 et mort le 11 février 2014 à Sainte-Adèle au Canada. Il était peintre, illustrateur et sculpteur. Il est surtout connu en France pour ses pin-up parues dans la revue Lui entre 1963 et 1981. Son frère aîné, Michel Gourdon, également illustrateur, a réalisé entre 1950 et 1978 la plupart des couvertures des romans policiers publiés aux Éditions Fleuve noir.

Ce petit catalogue publicitaire est une perle en cela qu'il réunit l'éphémère à la beauté de l'objet papier à double usage commercial et esthétique. L'exemplaire que nous vous montrons a eu les honneurs d'une protection toute sa vie durant, c'est dire qu'il est en parfait état de conservation. Une simple note énigmatique au feutre sur le bon de commande marqué LI:2. Nous ne saurons jamais ce que cela signifiait pour celui ou celle qui l'a tracée.

Nous avons donné une version numérisée de ce catalogue sur le Bibliomane moderne (tapez Aslan).


Rare.

Prix : 150 euros

dimanche 7 juillet 2019

Bouquinistes et Bouquineurs. Physiologie des quais de Paris par Octave Uzanne (1893). Edition originale. Exemplaire sur vélin satiné (1.500 ex.) relié à l'époque plein tissu pour le bibliophile Alidor Delzant.


Octave UZANNE

BOUQUINISTES ET BOUQUINEURS. PHYSIOLOGIE DES QUAIS DE PARIS DU PONT ROYAL AU PONT SULLY par Octave Uzanne. Illustrations d'Emile Mas. Eau-forte frontispice de Manesse.

Paris, Ancienne Maison Quantin, Librairies-Imprimeries Réunies, May et Motteroz, 1893

1 volume grand in-8 (26 x 16,5 cm), XI-318-(1) pages. Frontispice.

Reliure de l'époque plein tissu fleuri, pièce de titre au dos, gardes de papier peigne. Très jolie reliure à rabats plein tissu donc le bas des plats et du dos ont été mouillés anciennement, sans que cela n'affecte la qualité du tissu et la solidité de la reliure (auréoles, cernes à faire restaurer. Rousseurs sur quelques feuillets. Très frais. Relié sur brochure, non rogné.

ÉDITION ORIGINALE.

TIRAGE A 1.600 EXEMPLAIRES.

CELUI-CI, 1 des 1.500 EXEMPLAIRES SUR VÉLIN. 


Provenance : Alidor Delzant (1848-1905) avec son très bel ex libris gravé à l'eau-forte. Alidor Delzant fut avocat, collectionneur et bibliophile. Il fut l'ami et l'exécuteur testamataire des frères Goncourt. 


Ouvrage controversé d'Octave Uzanne, dans lequel celui-ci fait l'historique des bouquinistes de Paris, notamment ceux encore en activité ou qui l'ont été après la second Empire. Octave Uzanne aura retenu bien souvent des anecdotes graveleuses voire douteuses concernant bon nombre de ces hommes du livre, pour certains rudement traités.


C'est le bouquiniste-bibliographe Antoine Laporte (maltraité plus qu'à son tour) qui répondra à ce livre par un pamphlet intitulé "Les bouquinistes et les quais de Paris tels qu'ils sont : Réfutation du pamphlet d'O. Uzanne." (Paris, chez tous les bouquinistes des Quais, 1893).


Pour l'anecdote bibliographique, les exemplaires invendus de cette édition seront proposés avec une nouvelle préface et un nouveau frontispice (nouveau titre et nouvelle couverture - tirage à 500 ex. - correspondant sans doute aux invendus de cette édition de 1893) en 1896. Cette manipulation éditoriale de la part d'Octave Uzanne est une première et il ne renouvellera pas ce type d'opération pour le moins malhonnête. 


Très bon exemplaire dans une reliure originale de belle provenance.

Prix : 500 euros

vendredi 5 juillet 2019

H. de Balzac. La Physiologie du Mariage (1838). Première édition Charpentier marquant les débuts du format in-18. Très bel exemplaire dans une jolie reliure de l'époque.


Honoré de BALZAC

PHYSIOLOGIE DU MARIAGE ou méditations de philosophie éclectique sur le bonheur et le malheur conjugal, par H. de Balzac. Nouvelle édition, semblable à celle de la Physiologie du goût publiée par le même éditeur.


Paris, Charpentier, Libraire-éditeur, 1838. [Imprimerie d'Ad. Everat et Cie].

1 volume in-18 (18 x 12 cm) de XXII-408-(2) pages.

Reliure demi-chagrin vert sombre, dos à faux-nerfs, fers rocailles romantiques, filets perlés, filets à froid, plats de papier chagriné, doublures et gardes de papier marbré (reliure de l'époque). Reliure en excellent état. Peu de rousseurs. Infimes frottements sur les coins et coupes.

Nouvelle édition. Première édition dans ce format dit "format Charpentier".


L'édition originale de la Physiologie du mariage de Balzac parait à la fin de décembre 1829 sous la date de 1830, en 2 volumes in-8. Une deuxième édition voit le jour en 1834, également en 2 volumes in-8. On trouve ensuite les quatre éditions Charpentier. La première en 1838, la nôtre, inaugure avec quelques autres premiers titres le lancement de la Bibliothèque Charpentier dans le format in-18 anglais, dit format Charpentier, puis viennent les éditions de 1840, 1843 et 1848. C'est pour contrecarrer la contrefaçon belge que Gervais Charpentier crée sa collection in-18, de typographie compacte et à bon marché. Une contrefaçon belge parait d'ailleurs en 1834 à Bruxelles chez Méline.


La publication de la Physiologie du mariage fit scandale, mais le Tout-Paris le considéra comme un événement et le succès pour Balzac fut sans précédent, d’autant plus qu’on voulait savoir qui se cachait sous la signature anonyme du jeune célibataire qui devint aussitôt un auteur à la mode (1830). A la fois essai, méditation, et récit, le texte oscille entre l’étude de mœurs et le traité analytique. C’est d’ailleurs dans ce dernier genre que la cinquième édition de l’ouvrage (Furne) classera l’œuvre en 1846 dans la section Études analytiques de la Comédie humaine. Mais malgré son caractère osé (pour l’époque), sa structure peu conforme au roman balzacien, la Physiologie jette les fondations de la Comédie humaine.


Quelques aphorismes Balzaciens sur la femme et le mairage : Une femme honnête est essentiellement mariée. Une femme honnête à moins de quarante ans. Une femme mariée dont les faveurs sont payables n’est pas une femme honnête. Quand un homme a gagné vingt mille livres de rente, sa femme est une femme honnête, quel que soit le genre de commerce auquel il a dû sa fortune. Une femme honnête est celle que l’on craint de compromettre. La femme d’un banquier est toujours une femme honnête ; mais une femme assise dans un comptoir ne peut l’être qu’autant que son mari fait un commerce très-étendu et qu’elle ne loge pas au-dessus de sa boutique.


Un volume savoureux où l'humour grinçant et réaliste est présent à chaque ligne.

Très bel exemplaire conservé dans son élégante première reliure romantique de l'époque.


Provenance : ex libris P. A. A. Aguiraud et Gérard Charpentier.

De cette édition les exemplaires se trouvent, mais la plupart du temps en mauvais état de conservation

Cette édition au format in-18 de la Physiologie du mariage de Balzac marque une date importante dans l'histoire de l'édition au XIXe siècle.

Prix : 650 euros


jeudi 4 juillet 2019

La plus rare des éditions anciennes des Lettres de la marquise de Sévigné (La Haye, Neaulme et Gosse, 1726). « cette édition est d’une très grande rareté. ». Bel exemplaire.


MARQUISE DE SÉVIGNÉ (MARIE DE RABUTIN-CHANTAL)

LETTRES DE MADAME RABUTIN-CHANTAL, MARQUISE DE SÉVIGNÉ, à Madame la comtesse de Grignan, sa fille. Tome premier et deuxième (complet).

A La Haye, chez P. Gosse, J. Neaulme & comp., 1726.

2 volumes in-12 (16,5 x 10,5 cm) de (20)-344-(1) et (2)-298-(13) pages. Titres imprimés en rouge et noir.

Reliures plein vélin ivoire à couture apparentes, pièces de titre de cuir rouge aux dos, tranches rouges. Reliure récente à l'imitation des reliures hollandaises du temps. Intérieur en très bon état, frais malgré quelques rousseurs sans gravité par endroits.

IMPORTANTE ÉDITION EN PARTIE ORIGINALE.

TRÈS RARE ÉDITION HOLLANDAISE PARUE LA MÊME ANNÉE QUE L’ÉDITION ORIGINALE EN GROS CARACTÈRE PUBLIÉE A ROUEN, MAIS CONTENANT 43 LETTRES OU FRAGMENTS DE LETTRES DE PLUS.


Cette édition, postérieure de quelques semaines ou quelques mois à celle de Rouen et à ses contrefaçons, contient 177 lettres ou fragments de lettres ; le tome 1 se termine par la lettre XCV. Les 4 lettres à Coulanges sont ici rejetées au tome II (p. 235 à 244). Cette impression reproduit, avec quelques variantes, la préface de l’édition de Rouen et la fait précéder d’un avertissement de 8 pages qui fait la critique de l’édition antérieure de la même année et relève les avantages de la nouvelle.


La comparaison du contenu de l’une et l’autre des premières éditions (Rouen et La Haye) ne permet guère de douter qu’il y eût des copies diverses des originaux communiqués par Mme de Simiane. Cette édition de La Haye aurait été donnée par un certain J. J. Gendebien (d’après une note de l’exemplaire Walckenaer). On trouve à la fin du deuxième volume un important catalogue des livres en vente chez P. Gosse (compris dans la pagination et étrangement placé avant la table).

Références : Tchémerzine V, 320 : « cette édition est d’une très grande rareté. » ; Edition des Grands Écrivains de la France, Lettres de Mme de Sévigné, tome XI.


BEL EXEMPLAIRE DE CETTE TRÈS RARE ÉDITION PRIMITIVE DES CÉLÈBRES LETTRES DE LA MARQUISE DE SÉVIGNÉ.

Prix : 3.500 euros