mercredi 1 février 2023

John Fisher. Martin Luther. Assertionis Lutheranae Confutatio, per reverendum patrem Ionnem Roffensem Episcopum, academiae Cantabrigiensis Cancellarium. Anno M. D. XXIII. [Cologne, P. Quentell]. Rare édition, probablement la première ou la deuxième, de cet importante controverse primitive de la religion protestante.


[LUTHER | LUTHERANISME]. FISHER, John. LUTHER, Martin.

Assertionis Lutheranae Confutatio, per reverendum patrem Ionnem Roffensem Episcopum, academiae Cantabrigiensis Cancellarium. Anno M. D. XXIII.

Sans lieu ni nom, 1523 [Cologne, Petri Quentel ou Quentell].

1 volume petit in-4 (197 x 150 mm pour les marges | 20,3 x 15,5 cm) de 12 feuillets non chiffrés comprenant la page de titre, un index, la liste des articles commentés, suivent DCLVI pages (656 pages) paginées en chiffres romains. Le dernier feuillet qui reprend le même bois que la page de titre manque. Page de titre avec bandeau et vignette armoriée (armes d'Angleterre) gravés sur bois. Une lettrine historiée à la page I. Une autre lettrine gravée sur bois à la page VI. Texte imprimé en lettres rondes. Une piqure de vers en haut du bandeau de la page de titre, petite déchirure marginale sans manque. Quelques rousseurs claires. Papier de bonne qualité, plus ou moins teinté selon les cahiers. Collationné complet (hormis le dernier feuillet avec le même bois que la page de titre qui manque).

Cartonnage plein papier à la colle du XVIIIe siècle. Usures et petits manques à la reliure qui reste solide.


Edition parue la même année que l'édition parisienne donnée par Claude Chevallon (In-4, 190 f. ch. : [10] 1-180 ; sign. *10 A-Y8 Z4).

L'édition de Paris a-t-elle été publiée précédemment ou non à Cologne (P. Quentel, 1523). Notre édition comme celle de Paris contient le texte de l'« Assertio omnium articulorum...» de Luther (Wittemberg, 1520), que Fisher réfute.

Notre édition a été réimprimée par le même imprimeur en 1525. La mise en page est légèrement différente, mais l'impression suit le texte de notre édition. Le dernier feuillet donne le même bois aux armes d'Angleterre que celui de la page de titre, avec le nom de l'imprimeur, le lieu et la date d'impression (ce qui doit être le cas de notre exemplaire de 1523 pour lequel nous n'avons pu consulter un autre exemplaire de visu). Chez le même imprimeur nous avons aussi trouvé un tirage portant la date de 1524 au format in-folio (d'après le catalogue MDZ de la Münchener Digitalisierung Zentrum Digitale Bibliothek). Ces réimpressions en cascade à très peu de temps d'intervalle montrent combien ce texte a été demandé et lu pendant cette période. L'ouvrage fut encore réimprimé en 1558 et 1564. En France il fut également réimprimé de multiples fois, notamment par Charlotte Guillard en 1545. 











Une des premières réfutations catholiques de la doctrine de Luther, par saint John Fisher (1469-1535), chancelier de l'université de Cambridge et évêque de Rochester.

John Fisher est né en 1469 à Beverley, dans le Yorkshire, en Angleterre. Il a étudié à l'Université de Cambridge et a ensuite enseigné dans cette institution. En 1504, il a été nommé évêque de Rochester, et il a rapidement acquis une réputation de défenseur ardent de l'autorité de l'Église catholique. Fisher a été impliqué dans plusieurs controverses religieuses de son époque, notamment la question de la supériorité du pouvoir papal sur le pouvoir royal. Il a également critiqué les enseignements de la Réforme protestante, y compris ceux de Martin Luther. En 1534, Fisher a été arrêté pour avoir refusé de prêter allégeance au roi Henri VIII en tant que chef suprême de l'Église d'Angleterre. Il a été détenu en prison pendant plusieurs mois et a finalement été exécuté pour haute trahison en 1535. Il a été canonisé par l'Église catholique en 1935 en reconnaissance de sa défense de l'autorité de l'Église. John Fisher est considéré comme un martyr par les catholiques et est souvent honoré pour son engagement en faveur de la vérité religieuse et pour sa défense de l'autorité de l'Église catholique. Les Assertions de John Fisher représentaient une perspective critique sur les enseignements de la Réforme protestante. Fisher, en tant que défenseur de l'autorité de l'Église catholique, a critiqué les enseignements de Luther et a affirmé que ceux-ci étaient contraires à la doctrine catholique. Ces Assertions ont été importantes car elles ont contribué à la fragmentation de l'Église catholique et ont donné lieu à des débats publics sur les enseignements religieux de l'époque. Les positions de Fisher ont également été importantes pour déterminer les positions de différentes confessions religieuses au cours de la Réforme protestante. En fin de compte, les Assertions de Fisher envers Luther ont été importantes pour la compréhension de la Réforme protestante et pour la formation de nouvelles confessions religieuses. Elles ont également montré comment les différences d'opinion sur les enseignements religieux peuvent avoir des conséquences importantes sur les relations entre les individus et les institutions. (résumé établi pour la première fois avec le concours de l'intelligence artificielle Chat GPT le 1er février 2023)

La famille Quentel est une famille d'imprimeurs originaires de la région de Strasbourg. Henri Quentel, premier membre documenté de cette famille s'établit ensuite à Cologne vers 1479. Il mourut à Cologne en 1501. Son fils Pierre Quentel fut actif à Cologne entre 1518 et 1546 et renommé pour ses éditions in-folio des oeuvres de Denis le Chartreux.

Références : Adams, F-514 ; BM German, 543.




Edition rare, probablement la toute première édition ou la seconde de cette controverse majeure dans l'histoire du protestantisme et de la religion en Europe à cette période.

Bon exemplaire.

Prix : 3.800 euros

mardi 31 janvier 2023

Eric Allatini. Contes de Mon Père Le Jars. 12 compositions originales en couleurs contrecollées par Gerda Wegener. Tirage de luxe, un des 60 exemplaires sur Japon avec la signature autographe de l'artiste. Très bon exemplaire broché.


[ENFANTINA] ALLATINI, Eric (auteur). WEGENER, Gerda (illustratrice).

Contes de Mon Père Le Jars. Illustrations de Gerda Wegener.

L'édition française illustrée, Paris, 1919 (achevé d'imprimer le 15 mars 1919 sur les presses de Lucien de Matteis à Paris).

1 volume grand in-4 (32,7 x 25,3 cm), broché de 172-(4) pages, avec 12 compositions hors-texte contrecollées dans des encadrements imprimés, texte encadré, impression en rouge et noir avec ornements décoratifs et lettrines historiées. Couverture imprimée en noir et rouge (premier plat uniquement). Petite fente le long du dos de la couverture sans gravité, plats de couvertures en excellent état, intérieur parfait.

Edition originale.

Tirage de luxe à 650 exemplaires numérotés.

Celui-ci, un des 60 exemplaires sur fort Japon impérial avec la signature autographe de l'artiste à la justification.

Il a été tiré 2 exemplaires sur grand Japon avec chacun une aquarelle originale, 100 exemplaires sur Hollande vergé teinté et 488 exemplaires sur vélin teinté.




Ce superbe volume destiné aux enfants (très sages) contient les contes suivants : Violan et Violine, ou le Jardin de Fleurs mauves et violettes ; Fiaba ; La Péri Fleur de Tubéreuse, ou le dernier Conte de Perrault ; Les Métamorphoses d'un Champignon, ou Sang-Bouillant et Anémie.

Eric Allatini est né à Salonique le 1er juin 1886. Sa famille était d'origine italienne mais établie depuis longtemps dans cette ville grecque. Sa famille émigre en France alors qu'il n'a que 12 ans (1898). Il se retrouve ensuite au lycée de Marseille. A l'âge de 20 ans il voyage en Autriche puis en Italie pour suivre les affaires de son père (qui a fait fortune dans l'industrie de la minoterie). Cependant l'amour de l'art et de la musique prend le dessus et il revient rapidement en France. Il écrit alors un livret d'opéra (1911) intitulé Les Saintes Maries de la Mer, mis en musique par Darius Milhaud. La guerre éclate en 1914 et il s'engage. De retour de permission en décembre 1916 il épouse Hélène Kann, jeune femme passionnée d'art et de littérature tout comme lui. A la fin de la première guerre mondiale le couple Allatini s'installe dans un joli petit hôtel particulier d'Auteuil où ils reçoivent de nombreux intellectuels français et italiens. S'y croisèrent Anatole France, Pirandello, les frères Reinach, et bien d'autres. En mars 1919 paraît ce superbe volume intitulé les Contes de Mon Père Le Jars, avec de splendides illustrations par Gerda Wegener. Ces contes étaient dédiés et écrits pour ses enfants. Il publiera en 1929 un second volume de contes "pour adultes" cette fois, intitulé Sur Talons Rouges, également illustré par Gerda Wegener. Au moment de la déclaration de guerre en 1939 leur hôtel particulier de la rue Mallet-Stevens devient un abri sûr pour qui a la vie menacée, quelque soit sa nation, sa race ou sa religion. Cette activité clandestine durera jusqu'en octobre 1942, jour de l'arrestation d'Eric Allatini par la Gestapo. Enfermé à la prison du Cherche-Midi puis transféré trois mois plus tard à Compiègne, puis à Romainville, il finit à Drancy (où sa femme est également détenue), dernière étape française avant la mort. Dans les premiers mois de 1943, le couple est emmené avec des centaines d'autres dans des wagons macabres vers Auschwitz. On ne sait pas la date exacte de leur mort. (résumé d'après Anthologie des écrivains morts à la guerre 1939-1945, pp. 7-10).

Ce superbe ouvrage est heureusement là aujourd'hui pour nous rappeler Eric Allatini à notre mémoire.











Gerda Wegener est une peintre danoise connue pour ses portraits féministes réalisés dans un style singulier Art déco. Ses peintures sont considérées radicales pour l’époque en raison de son engagement pour les genres, l’identité et la sexualité. Elle inverse le modèle historique artistique traditionnel où les hommes peignent les femmes seulement à travers leur propre regard. Les peintures de Wegener sont souvent teintées d’érotisme et d’admiration pour ses sujets féminins, les montrant comme des figures puissantes qui rencontrent le regard du spectateur. Née Gerda Marie Fredrikke Gottlieb le 15 mars 1886 à Hammelev au Danemark, elle déménage à Copenhague pour étudier à la Royal Danish Academy of Fine Arts et rencontre son futur mari et muse Einar Wegener, qui deviendra Lili Elbe (premier transgenre de l'histoire). Le couple se marie en 1904 et s’installe à Paris en 1912. Les portraits d’Elbe lui apportent la célébrité, tout comme ses illustrations érotiques et ses mosaïques en verre de mécènes parisiens, et remporte deux médailles d’or pour son travail lors de l’Exposition universelle en 1925. Après la mort d’Elbe, Wegener ne retrouve pas de partenaire qui la soutienne autant. Elle retourne au Danemark et meurt le 28 juillet 1940 à Frederiksberg à l’âge de 54 ans.

Cet ouvrage est la réunion esthétique de destins trop tôt brisés.

Très bon exemplaire du rare tirage sur Japon, signé par Gerda Wegener.

NDLR : cet exemplaire mériterait une luxueuse reliure que nous préférons laisser à la discrétion du futur acquéreur.

Prix : 2.000 euros

lundi 30 janvier 2023

Colette. Jean Berque. Le Blé en Herbe (1946). Superbe livre illustré moderne. Exemxemplaire accompagné d'un monotype signé par l'artiste. Bel exemplaire.


COLETTE. BERQUE, jean (illustrateur).

Le blé en herbe. Cuivres originaux de Jean Berque.

Paris, 1946 [chez l'artiste]

1 volume in-folio (32,5 x 25,5 cm), en feuilles, de 186-(1) pages. 23 cuivres hors-texte en couleurs, 1 cuivre en couverture (9,5 x 9,5 cm). Couverture en papier fort d'Auvergne vert d'eau. Intérieur à l'état proche du neuf. Petites déchirures sans manque aux mors de couverture (sans gravité et peu visible).

Cette édition du Blé en Herbe de Colette a été réalisée aux dépens de l'artiste (Jean Berque), et a été tirée à 200 exemplaires sur Vélin de Rives (BFK) : 25 ex. avec suite monochrome et aquarelle. 25 ex. avec suite monochrome. 150 ex. sans suite. 10 ex. hors commerce nominatifs (exemplaires d'artiste). Volume achevé d'imprimer à Paris le 20 octobre 1946 par G. Girard, maître-imprimeur et par P. Durupt, taille-doucier.

Un des 150 exemplaires accompagné d'un monotype (tirage unique) légendé et signé par l'artiste.



"Toute leur enfance les a unis, l'adolescence les sépare". Phil, 16 ans, et Vinca, 15 ans, amis de toujours, passent tous leurs étés en Bretagne. Tout naturellement, l'amour s'installe entre ces deux complices inséparables, un amour qui grandit plus vite qu'eux. Et cet été-là, Vinca et Phil découvrent leurs différences et leurs incompréhensions. L'insouciance et la confiance font alors place à la souffrance et à la trahison. Ces amours adolescentes révèlent à Vinca et à Phil ce qu'ils sont désormais et ne seront jamais plus. Et ces vacances s'achèvent sur un adieu à l'enfance, amer et nostalgique. Avec délicatesse, Colette excelle à évoquer l'éveil de la sensualité, la douloureuse initiation à l'amour et à la vie." (Présentation éd. J'ai Lu, 2000).

Le Blé en Herbe a paru pour la première fois en 1923. Raconter les amours d'adolescents, la découverte des corps et la sensualité, relevait à cette époque de l'interdit ou pour le moins du sulfureux. Certains y trouveront pourtant encore trop de pudeur, trop de champêtre, les amoureux de Colette seront ravis. L'interprétation due au talent de l'illustrateur Jean Berque (1896-1954) est à la hauteur de cette très belle édition de bibliophiles. Le tirage des cuivres en couleurs est d'un superbe rendu, sur beau papier épais, très blanc. La sensualité ainsi que le champêtre des paysages sont tous deux parfaitement représentés ici.















Jean Berque né à Reims en 1896 et est mort à Paris en 1954. Peintre et illustrateur, on lui doit de très belles illustrations libres ou moins libres. Il a illustré plusieurs ouvrages de Pierre Louÿs (Aphrodite, Les Chansons de Bilitis, Trois filles de leur mère). Il était élève des Nabis, Félix Vallotton, Maurice Denis et Paul Sérusier. Il fut un des premiers membres de l’Union rémoise des Arts décoratifs. Il réalisé le chemin de croix de l'église Saint-Nicaise de Reims. Réputé pour ses nus, il exposa au Salon d'automne de 1924 à 1928 et au Salon des Tuileries entre 1927 et 1934. Il est surtout connu comme illustrateur de livres et collabora avec François-Louis Schmied, Philippe Gonin et les frères Gonin, de Lausanne. Il illustra notamment des ouvrages d’André Gide, Pierre Louÿs, Colette, Montherlant, André Maurois, Paul Claudel, Anna de Noailles et Paul-Jean Toulet.




Bel exemplaire de cette très belle édition illustrée contemporaine de l'auteur.

Avec un monotype signé.

Prix : 800 euros

mercredi 25 janvier 2023

Les intrigues galantes de la cour de France, depuis le commencement de la monarchie (de Pharamond à Louis XIV). Cologne, Pierre Marteau, 1694. Edition originale. Belle reliure ancienne en vélin décoré. Ouvrage curieux.


VANEL ou VANNEL, Claude ou Jean.

Intrigues galantes de la cour de France, depuis le commencement de la monarchie.

A Cologne, Chez Pierre Marteau, 1694 (Hollande)

2 tomes reliés en 1 fort volume in-12 (14,7 x 9 cm) de (2)-317-(5) et 290-(2) pages.

Reliure plein vélin ivoire, dos lisse orné de filets et fleurons dorés, pièce de titre de maroquin rouge, date dorée en queue, filet doré en encadrement des plats. Reliure exécutée vers 1850 à l'imitation des vélins hollandais de l'époque. Exemplaire à belles marges. Notre exemplaire ne contient pas de frontispices gravés (ce qui n'est pas anormal). Vélin légèrement sali.

Edition originale.


Pages de titre à la sphère.

Cet ouvrage a également paru sous le titre Galanteries des rois de France (Cologne, Pierre Marteau).

Récit des amours des hommes qui ont régné sur la France, depuis Pharamond et jusqu'à Louis XIV.

Dans les Lettres de Pierre Bayle on apprend que les frontispices ont été fait pour la remise en vente du même ouvrage en 1698 (titre différent mentionnant nouvelle édition néanmoins identique en tous points à cette première édition de 1694).








Ouvrage aussitôt saisi sur ordre de La Reynie, premier lieutenant général de police, comme en atteste une lettre du comte de Pontchartain à Bérulle en date du 31 juillet 1694 : "Il y a quelques jours qu'on avoit commencé d'imprimer à Paris, un livre intitulé : Les Intrigues galantes de la cour de France, et il a esté aussytost saisy par M. de la Reynie. Le roy a esté bien surpris d'apprendre que ce mesme livre ayt esté imprimé à Lyon, et vendu publiquement sans aucun privilége ny autre permission. S. M. ordonne de vous escrire de faire saisir ce livre, d'en faire supprimer les exemplaires, et de faire connoistre aux magistrats qui ont la police à Lyon le tort qu'ils ont de souffrir un abus de cette qualité."

"Livre rare, vendu 22 francs à la vente Caillard" (Bulletin du Bouquiniste, A. Aubry).

« Il faut connoître les véritables causes des principaux evénemens [… ] Ce qu’on attribue à la politique, n’a eu pour fondement que l’aveugle complaisance des Roys pour leurs maîtresses, ou pour leurs favoris : & lors qu’on les a cru n’avoir en tête que le bien de leur État, ils ne songeoient qu’à vanger des querelles d’amour » (extrait)

Derrière chaque grand homme se cache une femme. Les histoires d'amour, de cœur ou d'autre chose moins avouable, ne sont jamais bien éloignées des grandes décisions d'état et de leurs serviteurs.







Référence : A. Sauvy, Livres saisis à Paris entre 1678 et 1701, n°456 (2 éditions à la sphère ont paru la même année 1694) ; Jules Gay, Bibliographie des ouvrages relatifs à l'amour et aux femmes, tome II, éd. 1897, col. 673 "récit des amours réels ou supposés des rois de France, mais toujours très curieux à connaître" ; Catalogue de la librairie Auguste Fontaire, 1877, n°1098 "ouvrage curieux" (sans figures signalées, vélin doré dos orné, pourrait être notre exemplaire) coté 40 francs ; Jean Gay, Saisie de livres prohibés faite aux couvents des Jacobins et des Cordeliers (1876), p. 61 "L'auteur est peu estimé, mais le livre est recherché".

Bel exemplaire à grandes marges habillé d'une jolie reliure ancienne.

Prix : 650 euros