mardi 31 janvier 2017

Bibliophilie : La Nouvelle Bibliopolis d'Octave Uzanne ou Voyage d'un novateur au Pays des Néo-Icono-Bibliomanes. Lithographies en couleurs d'H.P. Dillon. Un des 500 exemplaires sur vélin satiné dans une jolie reliure de l'époque signée Dodé.


Octave UZANNE - H. P. DILLON illustrateur

LES ÉVOLUTIONS DU BOUQUIN - LA NOUVELLE BIBLIOPOLIS. Voyage d'un novateur au Pays des Néo-Icono-Bibliomanes par Octave Uzanne. Lithographies en couleurs et marges décoratives de H. P. Dillon. Frontispice à l'eau-forte d'après Félicien Rops. Nombreuses illustrations dans le texte et hors-texte.

A Paris, chez Henri Floury, 1897 [achevé d'imprimer par Edouard Cretté à Corbeil le 9 novembre 1896]

1 volume in-8 (19,2 x 12,6 cm) de XX-254-(2) pages. Frontispice d'après Félicien Rops (volant). 8 lithographies en couleurs hors-texte par H.-P. Dillon (volantes).

Reliure de l'époque demi-maroquin Lavallière, dos lisse orné en long, tête dorée, non rogné, les deux plats de la couverture illustrée par Henri Thiriet sont conservés en excellent état (en deux parties, devant et à la fin du volume). Intérieur très frais. (Reliure signée Dodé). Dos assombri, coins légèrement frottés.



ÉDITION ORIGINALE IMPRIMÉE A 600 EXEMPLAIRES SEULEMENT.

CELUI-CI, UN DES 500 EXEMPLAIRES SUR PAPIER VÉLIN SATINÉ.



L'un des plus beaux livres de petit format, écrit, édité par Octave Uzanne, et dont la conception novatrice, tout en illustration pleine page avec encadrement lithographiés.



Voici le détail des chapitres : La Nouvelle Bibliopolis, le Symbolisme et la Littérature des Jeunes de Notre Heure (en guise d'avant-propos) ; La Bibliophilie Contemporaine (ses origines - ses étapes - ses tendances actuelles) ; Bibliophiles et Biblioscopes ; Physiologie du lecteur, un croquis en attendant un tableau (vingt dessins inédits de François Courboin) ; La monomanie des affiches (Précis historique - Les collectionneurs - les artistes français de l'affiche - les affiches à l'étranger) ; La renaissance de la reliure (la décoration extérieure des livres) ; Les ex libris modernes (notes succinctes sur l'art décoratif de ces marques de possession en France et à l'étranger).



BEL EXEMPLAIRE DANS UNE JOLIE RELIURE DÉCORATIVE SIGNÉE DE L'ÉPOQUE.

VENDU


lundi 30 janvier 2017

La Terre (1887) d'Emile Zola. Edition originale sur papier ordinaire. Reliure strictement de l'époque attribuable à Victor Champs. Bel exemplaire.


ZOLA (Emile).

LA TERRE.

Paris, Bibliothèque-Charpentier, 1887 [Imprimeries Réunies, A, rue Mignon, Paris]

1 volume in-12 (18,5 x 12 cm) de 519 pages.

Reliure de l'époque bradel demi-percaline, dos lisse, pièce de titre de cuir noir, fleuron doré au centre du dos, millésime doré en queue du dos, tête dorée, non rogné, relié sur brochure, plats et dos de couverture imprimée en jaune conservés (reliure non signée mais très probablement sortie des ateliers de Victor CHAMPS). Très bel exemplaire d'une remarquable fraîcheur, relié strictement à l'époque. Bon papier. Quelques rousseurs pâles.

ÉDITION ORIGINALE SUR PAPIER ORDINAIRE, SANS MENTION.

Le tirage de tête comprend 275 exemplaires sur Hollande, seul grand papier.



La Terre, publié pour la première fois en 1887, est le quinzième volume de la série Les Rougon-Macquart.

"De retour de la bataille de Solférino, le Provençal Jean Macquart s'est installé dans un village de la Beauce où il est devenu le valet du fermier Hourdequin. Mais quoiqu'il s'éprenne bientôt de Françoise, la nièce du vieux père Fouan, Jean reste un étranger pour la communauté villageoise : car le vrai drame qui va se jouer est celui de la terre que Louis Fouan a décidé de partager entre ses trois enfants. Qu'il s'agisse en effet de la terre ou de la sexualité, c'est le désir de possession brutale qui est au cœur de ce quinzième roman des Rougon-Macquart. Mais ce que souhaite surtout Zola, lorsqu'il fait paraître son livre en 1887, c'est brosser aussi complètement que possible un tableau de la campagne et de la paysannerie, décrite comme une sorte d'humanité primitive. Et parce qu'il n'écarte pas les formes les plus vives ni les plus frustes de cette vitalité élémentaire, son roman a heurté la critique." (quatrième de couverture, éd. Livre de Poche).

"Ainsi, la Beauce, devant lui, déroula sa verdure, de novembre à juillet, depuis le moment où les pointes vertes se montrent, jusqu’à celui où les hautes tiges jaunissent. Sans sortir de sa maison, il la désirait sous ses yeux, il avait débarricadé la fenêtre de la cuisine, celle de derrière, qui donnait sur la plaine ; et il se plantait là, il voyait dix lieues de pays, la nappe immense, élargie, toute nue, sous la rondeur du ciel. Pas un arbre, rien que les poteaux télégraphiques de la route de Châteaudun à Orléans, filant droit, à perte de vue. D’abord, dans les grands carrés de terre brune, au ras du sol, il n’y eut qu’une ombre verdâtre, à peine sensible. Puis, ce vert tendre s’accentua, des pans de velours vert, d’un ton presque uniforme. Puis, les brins montèrent et s’épaissirent, chaque plante prit sa nuance, il distingua de loin le vert jaune du blé, le vert bleu de l’avoine, le vert gris du seigle, des pièces à l’infini, étalées dans tous les sens, parmi les plaques rouges des trèfles incarnat. C’était l’époque où la Beauce est belle de sa jeunesse, ainsi vêtue de printemps, unie et fraîche à l’œil, en sa monotonie. Les tiges grandirent encore, et ce fut la mer, la mer des céréales, roulante, profonde, sans bornes." (extrait du chapitre I de la troisième partie).

BEL EXEMPLAIRE DE L’ÉDITION ORIGINALE SUR PAPIER ORDINAIRE EN CONDITION STRICTEMENT D’ÉPOQUE.

Prix : 400 euros

Découvrez notre nouveau site internet ! https://www.lamourquibouquine.com/

samedi 28 janvier 2017

L'Argent (1891) d'Emile Zola. Edition originale sur papier ordinaire. Reliure strictement de l'époque signée Victor Champs. Bel exemplaire.

ZOLA (Emile).

L'ARGENT.

Paris, Bibliothèque-Charpentier, 1891 [Imprimeries Réunies, rue Mignon, Paris]

1 volume in-12 (18,5 x 12 cm) de 445-(1) pages. 15 pages de catalogue de la Bibliothèque-Charpentier, et divers.

Reliure de l'époque bradel demi-percaline à larges coins, dos lisse, pièce de titre de cuir marron, fleuron doré au centre du dos, millésime doré en queue du dos, tête dorée, non rogné, relié sur brochure, plats et dos de couverture imprimée en jaune conservés (reliure signée V. CHAMPS). Très bel exemplaire d'une remarquable fraîcheur, relié strictement à l'époque par Victor Champs, l'un des maîtres du cartonnage bradel de l'époque comme de la reliure de luxe. Papier uniformément teinté. Rare rousseurs.

ÉDITION ORIGINALE SUR PAPIER ORDINAIRE, SANS MENTION.

Le tirage de tête comprend 250 exemplaires sur Hollande, 30 exemplaires sur Japon et 5 peau de vélin.

L’Argent publié en 1891 est le dix-huitième volume de la série Les Rougon-Macquart.


"L'Argent est le premier grand western financier des temps modernes : bilans falsifiés, connivences politiques, fièvre spéculative, manipulations médiatiques, rumeurs, scandales, coups de bourse et coups de Jarnac, lutte à mort entre les loups-cerviers de la finance qui déjà rôdaient chez Balzac. S'inspirant de quelques faits divers retentissants, Zola décrit le culte nouveau du Veau d'or, la vie secrète de son temple, l'activité fiévreuse de ses desservants ; il dénombre ses élus et ses victimes. A l'heure des conflits économique planétaires, il faut revivre cette croisade et cette épopée du Capital. A l'heure où les audaces de la technologie bancaire nous font frémir, il faut relire cet hymne à la vie." (quatrième de couverture, éd. Livre de Poche).

" [...] Eh bien, sans la spéculation, on ne ferait pas d'affaires, ma chère amie... Pourquoi diable voulez-vous que je sorte mon argent, que je risque ma fortune, si vous ne me promettez pas une jouissance extraordinaire, un brusque bonheur qui m'ouvre le ciel ?... Avec la rémunération légitime et médiocre du travail, le sage équilibre des transactions quotidiennes, c'est un désert d'une platitude extrême que l'existence, un marais où toutes les forces dorment et croupissent ; tandis que, violemment, faites flamber un rêve à l'horizon, promettez qu'avec un sou on en gagnera cent, offrez à tous ces endormis de se mettre à la chasse de l'impossible, des millions conquis en deux heures, au milieu des plus effroyables casse-cou ; et la course commence, les énergies sont décuplées, la bousculade est telle, que, tout en suant uniquement pour leur plaisir, les gens arrivent parfois à faire des enfants, je veux dire des choses vivantes, grandes et belles... Ah ! dame ! il y a beaucoup de saletés inutiles, mais certainement le monde finirait sans elles. Alors, dit-elle, votre conclusion est qu'il faut s'y résigner, puisque cela est dans le plan de la nature... Vous avez raison, la vie n'est pas propre. [...]" (extrait du chapitre IV).

BEL EXEMPLAIRE DE L’ÉDITION ORIGINALE SUR PAPIER ORDINAIRE EN CONDITION STRICTEMENT D’ÉPOQUE.

Prix : 400 euros

Découvrez notre nouveau site internet ! https://www.lamourquibouquine.com/



vendredi 27 janvier 2017

La Bête humaine de Zola (1890). Edition originale sur papier ordinaire. Reliure strictement de l'époque signée Victor Champs. Bel exemplaire.


ZOLA (Emile).

LA BÊTE HUMAINE.

Paris, Bibliothèque-Charpentier, 1890 [Imprimeries Réunies A, rue Mignon, Paris]

1 volume in-12 (19,5 x 13 cm) de 415 pages. 8 pages de catalogue de la Bibliothèque-Charpentier.

Reliure de l'époque bradel demi-percaline à larges coins, dos lisse, pièce de titre de cuir marron, fleuron doré au centre du dos, millésime doré en queue du dos, tête dorée, non rogné, relié sur brochure, plats et dos de couverture imprimée en jaune conservés (reliure signée V. CHAMPS). Très bel exemplaire d'une remarquable fraîcheur, relié strictement à l'époque par Victor Champs, l'un des maîtres du cartonnage bradel de l'époque comme de la reliure de luxe. Papier uniformément teinté. Rare rousseurs.

ÉDITION ORIGINALE SUR PAPIER ORDINAIRE, SANS MENTION.

Le tirage de tête comprend 250 exemplaires sur Hollande.

La Bête humaine publié en 1890 est le dix-septième volume de la série Les Rougon-Macquart. Il est le résultat de la fusion d'un roman sur la justice et d'un roman sur le monde ferroviaire, ce qui n'était pas dans le dessein initial de l'auteur.

Un mécanicien de locomotive, tourmenté par une lourde hérédité, et qui ne s'entend vraiment qu'avec sa machine... Une femme qui semble née pour faire le malheur de tous les hommes qui l'approchent... Un juge pétri de préjugés, prêt à renier la justice au profit de l'intérêt social ou politique... Tels sont les personnages de ce drame, un des plus sombres qu'ait imaginés le romancier des Rougon-Macquart. Vivante et précise comme un reportage, puissante comme une épopée, son évocation du monde des chemins de fer au moment de leur âge d'or va de pair avec la vision d'une humanité en proie à ses démons héréditaires et sociaux - l'alcoolisme, la misère -, et chez qui la jalousie et la convoitise charnelle portent le meurtre comme la nuée porte l'orage.

« L'essentiel de La Bête humaine, c'est l'instinct de mort dans le personnage principal, la fêlure cérébrale de Jacques Lantier, mécanicien de locomotive. Jeune homme, il pressent si bien la manière dont l'instinct de mort se déguise sous tous les appétits, l'Idée de mort sous toutes les idées fixes, la grande hérédité sous la petite, qu'il se tient à l'écart : d'abord des femmes, mais aussi du vin, de l'argent, des ambitions qu'il pourrait avoir légitimement. Il a renoncé aux instincts ; son seul objet, c'est la machine. Ce qu'il sait, c'est que la fêlure introduit la mort dans tous les instincts, poursuit son travail en eux, par eux ; et que, à l'origine ou au bout de tout instinct, il s'agit de tuer, et peut-être aussi d'être tué. » Gilles Deleuze. 

BEL EXEMPLAIRE DE L’ÉDITION ORIGINALE SUR PAPIER ORDINAIRE EN CONDITION STRICTEMENT D’ÉPOQUE.

Prix : 400 euros

Découvrez notre nouveau site internet ! https://www.lamourquibouquine.com/

mardi 24 janvier 2017

Les Lettres de Madame de Maintenon publiées par La Beaumelle (1756). 7 tomes reliés en 4 volumes in-12. Bel exemplaire.


MAINTENON (Madame de) - [LA BEAUMELLE, publicateur]

LETTRES DE MADAME DE MAINTENON, à divers [Monsieur d'Aubigné son père, à l'abbé Gobelin, à Madame Brinon, Madame de la Vieuville, aux Dames de Saint Louis, à la Marquise de Villette, à Madame la Comtesse de Saint-Geran, à Monsieur le Cardinal de Noailles, à divers seigneurs et ministres, etc. [suivies de] : LETTRES ÉCRITES A MADAME DE MAINTENON, par le Clergé de France, par les Princes, Signeurs, Dames, etc., à Mesdames la Duchesse de Ventadour, à la Marquise de Dangeau et à Madame de Caylus, enfin des lettres de piété et de direction à Madame de Maintenon par M. Godet Desmarais évêque de Chartres.

A Glascow, Aux dépens des Libraires associés [La Haye, Gosse], 1756

7 tomes reliés en 4 volumes petits in-12 (15 x 8,5 cm) de (1)-368, (2)-340-(1), (2)-363-(2), VIII-386, (2)-380-(3), (2)-380 et VIII-310 pages et 72 feuillets blancs reliés à la suite du tome septième. On trouve reliée à la fin du dernier volume une gravure ancienne repliée (qui n'a visiblement rien à voir avec l'édition, mais qui est très jolie). Le premier faux-titre manque.

Reliure de l'époque plein veau fauve marbré et glacé, dos lisses ornés, pièces de titres de maroquin rouge, tranches marbrées. Bel ensemble avec quelques petits défauts d'usage et quelques traces d'anciennes restaurations (coiffe inférieure du premier volume arrachée, petit accroc à la pièce de titre du même volume), légères usures et retouches aux coins. Intérieur frais, quelques feuillets plus ou moins jaunis. Beau papier vergé fin.

NOUVELLE ÉDITION.



Une première édition en 2 volumes seulement paru en novembre 1752 sous l'adresse de Nancy (Francfort). Cette édition d'essai précédée de la Vie de Madame de Maintenon (1 volume) a été faite aux frais de La Beaumelle. Cette troisième édition a été donnée d'après la première édition de La Beaumelle. Aux mêmes dates La Beaumelle donna également des Mémoires pour servir à l'histoire de Madame de Maintenon. La publication de ces Mémoires fit grand bruit dès leur parution. Considérés comme apocryphes ils furent alors accusés d'avoir à jamais noirci l'image de Madame de Maintenon, rendue responsable de la révocation de l'Edit de Nantes. Pour avoir écrit Mes Pensées, ouvrage séditieux, La Beaumelle, âgé de seulement 28 ans, est embastillé (deux fois de suite en quelques années). Voltaire fut alors son plus impitoyable ennemi. La Beaumelle fut accusé d'avoir inventé, corrigé et modifier un grand nombre de lettres. Il faudra attendre 1865 et Théophile Lavallée avec son édition de la Correspondance générale de Madame de Maintenon pour avoir un corpus scientifique fiable.

Cette édition des Lettres de Madame de Maintenon n'est précédée d'aucune préface ni introduction, sans doute par mesure de prudence. Ne cherchons pas dans cette importante correspondance les lettres adressées par le Roi Louis XIV à Madame de Maintenon, cette dernière les aurait brûlées presque toutes sans exception de sa propre main. Perte irréparable ...

BEL EXEMPLAIRE.

Prix : 400 euros

Découvrez notre nouveau site internet ! https://www.lamourquibouquine.com/



vendredi 20 janvier 2017

Les Amours pastorales de Daphnis et Chloé par Longus (1745). Exemplaire en maroquin rouge décoré de l'époque. Très bel exemplaire.

LONGUS.

LES AMOURS PASTORALES DE DAPHNIS ET CHLOÉ.

S.l.n.d., 1745

1 volume in-12 (15,5 x 10 cm) de (10)-159-XX pages. 8 figures hors-texte gravées sur cuivre par J.-B. Scotin (4 sont signées), 1 fleuron de titre à l'eau-forte, 4 bandeaux à l'eau-forte (amours jouant dans différentes situations), 1 frontispice gravé (non signé).

Reliure de l'époque plein maroquin vieux rouge, plats décorés "à la dentelle" avec roulettes dorées fleurdelisées, guirlandes et glands, filet doré sur les coupes, dos orné aux petits fers dorés, pièce de titre de maroquin lavallière, roulette dorée en encadrement intérieur des plats, tranches dorées, doublures et gardes de papier peigne. Belle et fine reliure de l'époque très bien conservée. Intérieur frais avec quelques taches sans gravité, petit manque de papier à l'angle d'un feuillet sans atteinte au texte. La gravure hors-texte p. 53 provient d'un autre exemplaire de même édition et de même tirage.

NOUVELLE ÉDITION.



Il s'agit d'une réimpression de l'édition de 1731 (Paris, Coustelier) avec les mêmes gravures par Scotin. Cette édition est joliment imprimée sur beau papier vergé en petits caractères avec de belles marges. A la fin on trouve XX pages de Notes par Lancelot. Curieusement notre exemplaire n'a pas les 4 culs-de-lampe qui devraient s'y trouver (autre tirage ?).

Longus (appelé parfois également Longos) est un auteur grec qui a probablement vécu au iie ou iiie siècle de notre ère, connu pour son roman Daphnis et Chloé. On ne sait pratiquement rien sur Longus. On présume qu'il est né à Lesbos et qu'il a vécu à l'époque d'Hadrien. On lui attribue le roman intitulé Daphnis et Chloé, parfois présenté sous le titre de « Pastorales de Longus ». Dans le bref prologue, l'auteur met en scène la conception de son roman en se montrant inspiré par un tableau vu à Lesbos, dans le bois sacré des Nymphes ; mais ce prologue fait tout autant partie de la fiction que l'intrigue du roman proprement dit, selon un procédé que l'on retrouve dans d'autres prologues de romans grecs (par exemple Leucippé et Clitophon d'Achille Tatius), et on ne peut pas en déduire avec certitude que Longus était lui-même originaire de Lesbos. Le choix de cette île comme cadre de l'intrigue peut tout aussi bien avoir été guidé par une référence à la poétesse archaïque Sappho, qui en était originaire et fait partie des principales inspirations de l'auteur. Il est manifeste, par les allusions présentes dans le roman, que Longus connaissait bien la poésie grecque archaïque (Sappho) et hellénistique, en particulier la poésie pastorale (Théocrite), le théâtre grec antique et la littérature de l'époque romaine (notamment les Bucoliques de Virgile) : il s'en inspire et en joue dans la composition de son intrigue, les noms et caractères des personnages, les descriptions et les symboles présents dans le roman. (source : Wikipédia).

Référence : Cohen, Guide de l'amateur de livres à vignettes du XVIIIe siècle, 269. Bulletin Morgand et Fatout, (1876, n°656, maroquin rouge, 100 francs)

TRÈS JOLI SPÉCIMEN DE RELIURE DÉCORÉE EN MAROQUIN DU XVIIIe SIÈCLE.

Prix : 1.800 euros

Découvrez notre nouveau site internet ! https://www.lamourquibouquine.com/


Bibliophilie et Bibliographie : Le Livre Moderne d'Octave Uzanne, revue du monde littéraire et des Bibliophiles contemporains (1890-1891). 1 des 20 ex. de tête sur papier du Japon avec eaux-fortes ajoutées (Félicien Rops, Albert Robida, etc). Bel exemplaire en maroquin décoré de Pétrus Ruban.


Octave UZANNE - Félicien Rops, Albert Robida, etc., illustrateurs

LE LIVRE MODERNE, Revue du monde littéraire et des Bibliophiles contemporains, publiée par Octave Uzanne. Premier volume (janvier-juin 1890). Deuxième volume (juillet-décembre 1890). Troisième volume (janvier-juin 1891). Quatrième volume (juillet-décembre 1891). Table (1892).

Paris, Maison Quantin, 1890-1891

5 tomes reliés en 4 volumes grands in-8 (25,3 x 16,5 cm), 431, 399, 384, 384 et 155 pages pour la table. Très nombreuses illustrations hors-texte.

Reliure de l'époque demi-maroquin rouge à coins, dos lisses ornés mosaïqués (reliure non signée mais exécutée par Pétrus RUBAN à l'identique des autres reliures de luxe faites par le même relieur sur cet ouvrage). Très bon état, exemplaire décoratif malgré quelques petits défauts (coins légèrement usés retouchés, un coin recollé avec trace sombre, mors parfois légèrement frottés avec retouches). Intérieur immaculé. Toutes les couvertures de livraison illustrées ont été reliées à la fin de chaque volume, en très bon état.



TIRAGE DE LUXE A 20 EXEMPLAIRES SUR PAPIER DU JAPON.

Le détail du tirage est le suivant : 1.000 ex. sur papier vergé des Vosges ; 20 ex. sur papier du Japon ; 15 ex. sur paiper de Chine et 15 ex. sur papier Whatman. Les 50 ex. de luxe sont les seuls à être enrichis d'estampes supplémentaires.

Le détail des épreuves supplémentaires peut être communiqué sur demande. On trouve dans ces 4 volumes deux belles estampes rares de Féliciens Rops (La Daphnée et Le Grimoire), des portraits inédits, des estampes de Robida, un frontispice pour les Fleurs du Mal de Baudelaire (2 états), etc.

Il a été ajouté à cet exemplaire 2 tirages de carte de voeux d'Octave Uzanne par Félicien Rops (la Daphnée et le bureau d'Octave Uzanne), deux autres cartes de voeux ainsi qu'un ex libris pour Le Livre Moderne et resté vierge (contrecollé).

La reliure qui recouvre cet exemplaire de luxe est une reliure "éditeur" dans le sens où Pétrus Ruban a relié presque tous les exemplaires du tirage de luxe (nous avons pu en consulter d'autres). Pétrus Ruban a également relié les exemplaires de luxe de la revue L'Art et l'Idée publiée par Octave Uzanne en 1892 (2 volumes).



Cette revue succède directement aux 10 années du Livre dirigé par Octave Uzanne de 1880 à 1889. Cette nouvelle revue, dans un format plus ramassé, plus artistique encore que la précédente, est avant tout une revue critique sur la littérature des années 1890 et 1891. Octave Uzanne, comme il l'a souligné lui-même, s'est fait beaucoup d'ennemis avec cette revue et le ton très libre qui la sert à chaque page. Octave Uzanne a été aidé dans on œuvre par le dévoué érudit et ex-communard Bernard-Henri Gausseron. L'ensemble des 4 volumes est un panorama complet des belles lettres françaises pendant ces 2 années. Zola et les naturalistes sont étrillés comme jamais ! Les symbolistes et certains auteurs émergent de la foule des auteurs jugés sans intérêt par Octave Uzanne. C'est encore une fois (avec l'Art et l'Idée) une revue d'art et d'idées qui montre tout le talent de directeur artistique d'un Octave Uzanne intransigeant et esthète sans concession.

La Tabledigée par Mourlevat, publiée en 1892, a été reliée à la fin du quatrième volume, et est également tirée sur Japon (très rare).

Renseignements complémentaires sur demande.



RARISSIME ET BEL EXEMPLAIRE DE CHOIX SUR JAPON AVEC LES EAUX-FORTES AJOUTÉES.

Prix : 3.500 euros

Découvrez notre nouveau site internet ! https://www.lamourquibouquine.com/



mercredi 18 janvier 2017

Bibliophilie et Bibliomanie : Ma République par Paul Lacroix (1902). Edition bibliophilique publiée par Léopold Carteret successeur de Léon Conquet. Bel exemplaire dans une fine reliure.


LACROIX, Paul (le Bibliophile Jacob). - RUDAUX, Edmond (illustrateur).

MA RÉPUBLIQUE. Précédée d'un à-propos de l'auteur. Sept eaux-fortes originales de Ed. Rudaux.

Paris, Libairie L. Conquet, L. Carteret et Cie Successeurs, 1902

1 volume in-8 (20 x 14 cm) de 150-(1) pages dont les XLIII premières pages sont chiffrées en romain et constitue l'à-propos de Lacroix. 7 eaux-fortes originales hors-texte par Ed. Rudaux.

Reliure demi-maroquin janséniste lie de vin à larges coins, dos à nerfs, tête dorée, non rogné, papier de doublure et de garde peigne imprimé, couvertures conservées (reliure récente de qualité).

TIRAGE SUR BEAU PAPIER DE CUVE A PETIT NOMBRE.

EXEMPLAIRE OFFERT A M. BESANÇON.

Le texte a été imprimé par A. Lahure et les gravures par Ch. Witmann.



Ce volume est précédé d'un opuscule du Bibliophile Jacob paru pour la première fois en 1880 et intitulé "Les amateurs de vieux livres". On y trouve de jolies considérations sur les bouquinistes, les étalagistes, les épiciers, les bibliomanes, les bibliophiles et les bouquineurs. A la suite se trouve la nouvelle intitulé "Ma République" publiée pour la première fois en 1861.

"J'avais eu le bonheur d'être éloigné de Paris pendant la meilleure partie de la Terreur. Le général Dugommier, qui aimait les livres, tout républicain qu'il fût, me fit venir auprès de lui à l'armée des Pyrénées, pour l'amour des livres, quoiqu'il n'eût pas de bibliothèque à me donner en garde." (extrait).

Volume entièrement consacré à l'amour des livres, à la passion bibliophile voire bibliomaniaque. Paul Lacroix, polygraphe et bibliographe émérite, un temps conservateur de la bibliothèque de l'Arsenal, sait à merveille, plus que quiconque à l'époque, transmettre la vibration.

SUPERBE OUVRAGE.

Prix : 350 euros

Découvrez notre nouveau site internet ! https://www.lamourquibouquine.com/



Album à colorier patriotique par Carlègle (1916). Bel exemplaire en cartonnage éditeur décoré. Un coq gaulois sème la panique dans la famille du pasteur Knack !

CARLEGLE

C'EST UN OISEAU QUI VIENT DE FRANCE.

Se trouve à Paris à la Société Littéraire de France, 116 Bd St-Germain, 1916 [achevé d'imprimer par Durand 18 rue Séguier à Paris le 5 novembre 1916.]

1 volume in-4 à l'italienne (27,5 x 19 cm) de 2 feuillets non chiffrés, 56 pages chiffrées et 1 feuillet non chiffré d'achevé d'imprimer.

Cartonnage pleine toile lie de vin de l'éditeur, premier plat illustré d'une gravure aquarellée contrecollée tirée sur papier vergé. Très bon état. Intérieur frais imprimé sur papier légèrement jauni (papier vélin). Quelques légères traces à la reliure.

ÉDITION ORIGINALE.

RARE LIVRE DE "COLORIAGE" PAR CARLEGLE.

Le volume s'ouvre sur un Avis aux jeunes coloristes : "Le papier sur lequel cet album est imprimé supporte les couleurs à l'aquarelle. Il est recommandé aux jeunes amateurs qui voudraient s'amuser à colorier ce livre, de n'employer que des teintes franches et vives ainsi qu'on l'a fait pour le dessin de la couverture."

Le présent exemplaire est resté intact, non colorié. Il n'était de toute évidence destiné qu'aux grands enfants ...

Cet album plein d'humour patriotique publié en pleine grande guerre décrit l'arrivée d'un coq français dans la basse-cour du pasteur Knack. Celui-ci s'agite, s'ébroue, trompette, vole l'assiette du dogue allemand attaché par une lourde chaîne, tire la queue des canards, etc. Les ennuis ne font que commencer pour le pasteur Knack et son coq gaulois !

Le texte et les dessins sont de l'illustrateur Carlègle (1877-1937). De son vrai nom Charles Emile Egli, né en suisse et Aigle et naturalisé français, il a illustré des journaux satiriques tel que L’Assiette au beurre, Le Rire, Demain ou La Vie Parisienne, mais aussi L'Illustration, et de nombreux livres et textes, classiques ou contemporains comme La Fontaine, Ronsard, Verlaine, Henri de Régnier, etc.

BEL EXEMPLAIRE.

Prix : 200 euros

Découvrez notre nouveau site internet ! https://www.lamourquibouquine.com/



mardi 17 janvier 2017

Le Livre Moderne d'Octave Uzanne, revue du monde littéraire et des Bibliophiles contemporains (1890-1891). 1 des 1.000 exemplaires sur papier vergé des Vosges. Très bel exemplaire en maroquin décoré de Pétrus Ruban.


Octave UZANNE - Félicien Rops, Albert Robida, etc., illustrateurs

LE LIVRE MODERNE, Revue du monde littéraire et des Bibliophiles contemporains, publiée par Octave Uzanne. Premier volume (janvier-juin 1890). Deuxième volume (juillet-décembre 1890). Troisième volume (janvier-juin 1891). Quatrième volume (juillet-décembre 1891). Table (1892).

Paris, Maison Quantin, 1890-1891

4 volumes grands in-8 (24 x 16,5 cm), 431, 399, 384, 384 et 155 pages pour la table. Nombreuses illustrations hors-texte.

Reliure de l'époque demi-maroquin havane à coins, dos lisses ornés mosaïqués (reliure signée Pétrus RUBAN). Excellent état, reliures très fraîches à l'état proche du neuf. Légers frottements. Intérieur immaculé (quelques feuillets en contact avec les couvertures acides ont bruni). Toutes les couvertures de livraison illustrées ont été reliées à la fin de chaque volume, à l'état de neuf. Le volume de table publié en 1892 part Michel Mourlevat a été relié à la fin du dernier volume (bien complet des couvertures).



ÉDITION ORIGINALE.

TIRAGE A 1.000 EXEMPLAIRES SUR PAPIER VERGÉ DES VOSGES.

Le détail du tirage est le suivant : 1.000 ex. sur papier vergé des Vosges ; 20 ex. sur papier du Japon ; 15 ex. sur papier de Chine et 15 ex. sur papier Whatman. Les 50 ex. de luxe sont les seuls à être enrichis d'estampes supplémentaires.

La reliure "luxe" qui recouvre cet exemplaire est une reliure "éditeur" dans le sens où Pétrus Ruban a relié presque tous les exemplaires du tirage de luxe (nous avons pu en consulter d'autres). Pétrus Ruban a également relié les exemplaires de luxe de la revue L'Art et l'Idée publiée par Octave Uzanne en 1892 (2 volumes).



Cette revue succède directement aux 10 années du Livre dirigé par Octave Uzanne de 1880 à 1889. Cette nouvelle revue, dans un format plus ramassé, plus artistique encore que la précédente, est avant tout une revue critique sur la littérature des années 1890 et 1891. Octave Uzanne, comme il l'a souligné lui-même, s'est fait beaucoup d'ennemis avec cette revue et le ton très libre qui la sert à chaque page. Octave Uzanne a été aidé dans on oeuvre par le dévoué érudit et ex-communard Bernard-Henri Gausseron. L'ensemble des 4 volumes est un panorama complet des belles lettres françaises pendant ces 2 années. Zola et les naturalistes sont étrillés comme jamais ! Les symbolistes et certains auteurs émergent de la foule des auteurs jugés sans intérêt par Octave Uzanne. C'est encore une fois (avec l'Art et l'Idée) une revue d'art et d'idées qui montre tout le talent de directeur artistique d'un Octave Uzanne intransigeant et esthète sans concession.



TRÈS BEL EXEMPLAIRE DE CET OUVRAGE PEU COMMUN EN RELIURE DE PETRUS RUBAN.

Prix : 1.400 euros

Découvrez notre nouveau site internet ! https://www.lamourquibouquine.com/


Rarissime Notice sur la marquise de Créquy (1855) imprimée à seulement 25 exemplaires. Superbe exemplaire relié en maroquin décoré de Fauconnier.


PERCHERON (Achille)

NOTICE SUR LA MARQUISE DE CREQUY.

Paris, 1855 [Imprimerie de Gustave Gratiot, 30, rue Mazarine, Paris]

1 volume in-12 (18 x 12 cm) de 86 pages. Portrait de la marquise de Créquy (avec armoiries) tiré sur papier de Chine en frontispice. Papier vélin.

Reliure de l'époque plein maroquin vert, dos à nerfs avec filets dorés en encadrement des caissons, plats richement décorés d'un encadrement de filets dorés et jeu de filets entrecroisés en losanges occupant le centre des plats, double-filet doré sur les coupes, encadrement intérieur de maroquin avec jeu de roulettes dorées, doublure et gardes de papier peigne, tranches dorées. A noter que sur les plats il a été teinté en noir un encadrement délimité par deux filets minces (imitant ainsi la mosaïque de cuir). Reliure signée FAUCONNIER dans la dentelle intérieure (partie haute du premier contre-plat).

ÉDITION ORIGINALE RARISSIME.

TIRAGE UNIQUE A 25 EXEMPLAIRES SEULEMENT.

Celui-ci ne porte pas de numéro.



Renée-Caroline-Victoire de Froullay de Tessé, Marquise de Créquy, née au Château de Montflaux à Saint-Denis-de-Gastines le 19 octobre 1714 et morte à Paris le 3 février 1803, est une femme de lettres française célèbre par son esprit. Elle se marie le 18 mai 1737, à la chapelle de l'hôtel de Lesdiguières, 10 rue de la Cerisaie, dans le IVe arrondissement de Paris, avec Louis de Blanchefort de Créquy, marquis de Créquy 1686-1741 (l'hôtel de Lesdiguières disparut en 1878). Leur fils est Charles-Marie de Créquy. Elle perd son mari dès 1741. Ses salons furent longtemps, et sous les régimes les plus différents, le rendez-vous de la bonne société. Les savoureux Souvenirs de la Marquise de Créquy, censés être de sa plume, semblent dus plutôt à celle de Maurice Cousin de Courchamps, ou du moins c'est à ce dernier, qui en brodant sur la trame de banals souvenirs véridiques, que nous devons les parties les plus géniales. Leur témoignage sur la noblesse du règne de Louis XV vient souvent contredire la mythologie forgée par les familles arrivées de la Monarchie de Juillet. On y voit défiler des personnages de grande et petite noblesse comme Madame de Maintenon ou Madame d'Urfé, des personnalités comme Voltaire ou Jean-Jacques Rousseau, mais aussi des aventuriers du XVIIIe comme le Comte de Saint-Germain, le Comte de Cagliostro, Casanova ou le Chevalier de Saint-George. Se fondant sur les références aux sources fictives citées par l'auteur pour appuyer ses dires, Quérard y voit un document apocryphe. Toujours est-il qu'on a là une fresque précise et colorée, à la fois légère et profonde, toujours juste et spirituelle, de la haute société de la fin de l'Ancien Régime. Contrairement à Saint-Simon, ou à La Bruyère, il n'y a chez Victoire de Froulay aucune aigreur ; le ton de conversation de sa plume, perlé d'une verve légère, toujours très juste, est sans doute le même que celui qui faisait de son salon l'un des plus recherchés de Paris. (source : Wikipédia).

Achille Percheron était le fils de l'exécuteur testamentaire de la marquise de Créquy.

Bien que de peu de pages, cet opuscule est très important puisqu'il dénonce la supercherie concernant la publication des soi-disant Souvenirs de la marquise de Créquy publiés pour la première fois en 18534-1835 puis en 1855 (10 tomes in-18). Ces souvenirs ont été en réalité rédigés par Cousen, comte de Courchamps.

Le relieur Fauconnier, bien qu'à l'évidence un très-habile relieur de son temps, ne figure pas dans le Dictionnaire de Fléty.

Références : Le Quérard, Archives d'histoire littéraire, n°650 ; Bibliographie de la France, 1855, p. 474, n°4180 (qui indique bien un tirage à 25 exemplaires) ; localisation : (Bnf, Réserve et BM de Moulins, Allier).

SUPERBE EXEMPLAIRE FINEMENT RELIÉ A L'ÉPOQUE.

Prix : 1.200 euros

Découvrez notre nouveau site internet ! https://www.lamourquibouquine.com/



lundi 16 janvier 2017

Le Chandelier, comédie par Alfred de Musset (1848). Maroquin de Cuzin. Superbe exemplaire de belle provenance.


MUSSET, Alfred de.

LE CHANDELIER. Comédie en 3 actes par Alfred de Musset. Représentée pour la première fois, à Pars, au Théâtre-Historique le jeudi 10 août 1848.

Paris, Charpentier, Libraire-Éditeur, 1848

1 volume in-12 (18 x 12 cm) de 72 pages.

Reliure plein maroquin rouge janséniste, jeu de roulettes dorées en encadrement intérieur des plats, tranches dorées, gardes et doublures de papier peigne, couverture conservée (les deux plats). Reliure signée CUZIN (vers 1880). Excellent état de l'ensemble, très frais.

PREMIÈRE ÉDITION SÉPARÉE.

BEAU TIRAGE SUR PAPIER VÉLIN.



Cette pièce fut tout d'abord publiée en volume en 1840 dans Comédies et Proverbes.

Cette histoire est celle du chandelier qui brûle les doigts de celui qui l’avait allumé : le notaire maître André est courroucé contre sa femme, la jeune et jolie Jacqueline, car un de ses clercs a vu un homme escalader son balcon. Il veut en acquérir la preuve pour mener la coupable en justice. Il entre dans la chambre de sa femme qui dort ou fait semblant de dormir. Menacée du contenu du pot à eau de sa toilette, elle se réveille et se justifie des soupçons de son mari avec tant d’adresse et d’énergie que maître André tombe à ses genoux, lui demande pardon de ses injures et s’en retourne sans vouloir faire de perquisition dans la chambre à coucher. À peine est-il parti que Jacqueline ouvre vite une armoire pour en faire sortir, tout brisé, le capitaine Clavaroche, son amant. Il suggère à Jacqueline, pour détourner les soupçons de son mari, de choisir « un chandelier », c’est-à-dire un jeune homme dont elle se fera aimer en feignant pour lui un certain attachement et qui sera par suite surveillé, tandis que le véritable amant jouira en paix de sa conquête. Forcée d’avoir recours à cet expédient, Jacqueline choisit, pour tenir le rôle de l’obligeant porte-flambeau, Fortunio, troisième clerc de son mari. Or il se trouve justement que Fortunio aime Jacqueline à la folie. Il remplit donc parfaitement son rôle pendant que Clavaroche rit de sa naïveté, le fait chanter à table et le désigne perfidement à la jalousie de maître André. Lorsqu’une conversation surprise par hasard lui révèle que Clavaroche est le véritable amant de Jacqueline, le désespoir envahit le jeune Fortunio. Comme le notaire, dont les pièges à loup mis pour surprendre l’amant de sa femme n’ont attrapé qu’un chat, a de nouveaux soupçons qu’il prétend éclaircir en se cachant la nuit dans l’étude, Clavaroche, qui s’est aperçu que Jacqueline commençait à s’éprendre du jeune clerc, conseille à celle-ci d’écrire à Fortunio pour lui donner, à minuit, rendez-vous au jardin. Jacqueline envoie le billet, mais émue par les déclarations de Fortunio, elle craint que maître André n’agisse trop brutalement avec lui et le fait venir dans sa chambre. Fortunio se présente et accable la jeune femme de reproches : il savait tout et, malgré cela, serait allé à minuit se dévouer et mourir pour elle. Touchée, Jacqueline ne peut résister à ce témoignage d’amour et se jette dans les bras du clerc qui, triomphant, dit à son tour à l’officier penaud : « Chantez donc, M. Clavaroche ! ».

Provenance : Jules Noilly (ex libris - n°934 du catalogue de la vente de sa bibliothèque) ; Simone André Maurois (ex libris). Exemplaire vendu le 2 juillet 1954 par Vidal-Mégret (estimation 6.000 francs), avec notice contrecollée (et fiche de la maison de vente).

BEL EXEMPLAIRE FINEMENT RELIÉ EN MAROQUIN.

Prix : 1.100 euros

Découvrez notre nouveau site internet ! https://www.lamourquibouquine.com/