lundi 16 décembre 2019

Octave Uzanne. Quelques-uns des livres contemporains en exemplaires choisis, curieux ou uniques, revêtus de reliures d'art et de fantaisie, etc. par un écrivain et bibliophile parisien [Octave Uzanne]. 1894. Bel exemplaire relié en pleine toile de fantaisie par Emile Carayon (l'un des relieurs favoris d'Octave Uzanne]. Rare.


[Octave Uzanne].

Notes pour la bibliographie du XIXe siècle. Quelques-uns des livres contemporains en exemplaires choisis, curieux ou uniques, revêtus de reliures d'art et de fantaisie, tirés de la bibliothèque d'un écrivain et bibliophile parisien dont le nom n'est pas un mystère [Octave Uzanne] et qui seront livrés aux enchères les vendredi et samedi 2 et 3 mars 1894 en l'hôtel des ventes, rue Drouot, salle n°10.

Paris, chez le libraire expert A. Durel, s.d. (1894) [achevé d'imprimer le 14 février 1894 chez P. Mouillot]

1 volume in-8 (22,7 x 14,6 cm) de XVII-185 pages. 

Reliure bradel pleine toile imprimée à petits motifs géométriques et floraux, titre et millésime dorés au dos, les deux plats de couverture ont été conservés en très bon état. Reliure bien conservée malgré quelques légères traces du temps, dos légèrement passé, intérieur frais avec quelques faibles rousseurs. Belle impression sur papier vergé rose. La page de titre reproduit l'ex libris d'Octave Uzanne (par Aglaus Bouvenne, 1882).

Tirage à 1.000 exemplaires distribués aux amateurs.

Notre exemplaire est imprimé sur papier vergé rose.

Il a été fait en outre un tirage de tête à 125 exemplaires sur papier mauve vélin et japon feutre, avec frontispice ajouté par Robida. Ces derniers exemplaires sont devenus pour ainsi dire introuvables.


Le catalogue s'ouvre sur un texte d'Octave Uzanne intitulé "A tous ceux qui recherchent la raison des choses, simple déclaration" dans lequel l'auteur bibliophile s'explique sur ses motivations à se séparer de ses trésors bibliophiliques uniques. Ce sont au total 474 lots qui sont proposés aux enchères. On y trouve des Maupassant avec envoi, des Rops, des Haraucourt, des Huysmans, des Cladel, des Richepin, et des Uzanne bien sur ! Des Uzanne en exemplaires uniques pour la plupart.


Notre exemplaire ne contient pas la liste des prix d'adjudication qui n'a été livrée aux amateurs qu'après la vente. Cette lacune indique clairement que notre exemplaire a été très probablement relié, par Emile Carayon, l'un des relieurs favoris d'Octave Uzanne lui-même, avant la vente même (soit entre le 14 février et le début de mars 1894).




Ce catalogue, reflet d'une époque bibliophilique, reflet surtout des goût du maître en la matière, est devenu rare. Un exemplaire tel que celui-ci, relié par Carayon, est une pièce de choix.

Prix : 600 euros


vendredi 13 décembre 2019

Louis Fédié. Le Comté de Razés et le diocèse d'Alet. Notices historiques. (Carcassonne, Lajoux frères, 1880). Edition originale très rare. [Rennes-le-Château. Abbé Bérenger Saunière.]


Louis Fédié.

Le Comté de Razés et le diocèse d'Alet. Notices historiques. Par Louis Fédié, membre de la Société des Arts et Sciences de Carcassonne, Ancien Conseiller Général de l'Aude.

Carcassonne, Lajoux Frères, libraire-éditeurs, 1880 [Carcassonne, imprimerie P. Polère]

1 volume in-8 (22,2 x 13,8 cm) de VII-416 pages.

Reliure strictement de l'époque demi-basane châtaigne, plats de papier marbré, doublures et gardes de papier marbré. Excellent état de l'ensemble. Bonne reliure solide et décorative. Intérieur parfait. Sans rousseurs.


Edition originale rare.

Ouvrage très recherché des amateurs de l'histoire mystérieuse de Rennes-le-Château et du Trésor supposé de l'abbé Saunière. Cet ouvrage, dont les données sont aujourd'hui très controversées, donnait Rennes-le-Château comme une grande place forte antique riche de plusieurs milliers d'habitants. On sait aujourd'hui que les données recueillies par Louis Fédié étaient en grandes parties erronées du fait, notamment, de mauvaises traductions des anciens textes. Néanmoins, il s'agit de l'un des premiers ouvrages à donner des informations précises sur le Comté de Razés et ses environs. On y trouve de nombreuses notices sur les villages environnants Rennes ainsi que sur les seigneuries locales. 

Plusieurs fois réimprimés ces dernières décennies, du fait du succès grandissant du mythe du trésor de Rennes-le-Château, cette première édition est devenue pour ainsi dire introuvable, et par conséquent très recherchée.




Bel exemplaire, très pur, en condition d'époque.

Prix : 1.150 euros




George Cattermole. Evenings at Haddon Hall, a Series of Romantic Tales of the Olden Time. 1850. Bound by RIVIERE. Bel exemplaire dans une fine reliure anglaise signée.


George Cattermole (illustrator).

Evenings at Haddon Hall, a Series of Romantic Tales of the Olden Time. With illustrations by George Cattermole.

London, Henry G. Bohn, 1850 (Printed by G. Barclay).

1 volume in-12 (18,2 x 12 cm) de 432 pages. 24 gravures sur acier hors-texte.

Reliure de l'époque plein maroquin lavallière, dos à nerf orné aux petits fers dorés, jeu de filets dorés en encadrement des plats, roulette dorée sur les coupes, double-filet doré en encadrement intérieur des plats, tranches dorées (reliure signée RIVIERE). Quelques légères traces et marques à la reliure qui est en excellent état par ailleurs. Intérieur très frais imprimé sur beau papier resté bien blanc. Rares rousseurs. Edition anglaise (texte en anglais).




Cattermole, George (1800-1868), watercolour painter and illustrator, was largely employed by publishers, illustrating the Waverley Novels and the Historical Annual of his brother Richard Cattermole, and many other volumes besides. He was a friend of Charles Dickens, and collaborated on illustrations for The Old Curiosity Shop and Barnaby Rudge. Cattermole illustrated numerous books. Evenings at Haddon Hall, edited by the baroness de Calabrella, contained twenty-four fancy subjects.



Robert Riviere (1802-1882), issu d'une famille d'artiste français, était un autodidacte en matière de reliure d'art. Il s'installa à Londres dès 1840. Il travailla alors rapidement pour la famille royale d'Angleterre, la famille du duc de Devonshire et plusieurs grands collectionneurs de l'époque. C'est avec son neveu, P. Calkin, qu'à partir de 1880, la firme prend le nom de "Riviere & Son".



Jolie reliure. Bel exemplaire.

VENDU

jeudi 12 décembre 2019

Poésies de François Sarasin. Préface et notes par Octave Uzanne. Exemplaire sur Chine (15 exemplaires) offert par Octave Uzanne à son imprimeur-éditeur Damase Jouaust (1877). Bel exemplaire en reliure signée de Pierson.



[Octave Uzanne]. François Sarasin.

Poésies de François Sarasin augmentées de documents nouveaux et de pièces inédites publiées avec notices, préface et notes par Octave Uzanne. Portrait d'après Robert Nanteuil.

Paris, Librairie des Bibliophiles [Damase Jouaust], 1877

1 volume in-12 (19,5 x 12 cm) de XLIV-281-(2) pages. Frontispice gravé. Portrait gravé. Vignette gravée à l'eau-forte tirée hors-texte.

Reliure bradel de l'époque pleine percaline verte, pièce de titre en cuir noir, fleuron doré, millésime en queue, relié sur brochure, non rogné (reliure signée PIERSON). Très bon état, reliure fraîche. Intérieur très frais, en grande partie non coupé (jamais lu). Pratiquement sans rousseurs (ce qui est fort rare pour ce papier).


Edition originale.

Tirage total à 517 exemplaires dont 500 exemplaires sur papier de Hollande, 15 ex. sur Chine et 2 ex. sur parchemin.

Celui-ci, un des 15 exemplaires sur papier de Chine. Les gravures sont ici toutes en trois états (noir, bistre et sanguine).


Exemplaire de dédicace offert par l'auteur à son éditeur-imprimeur Damase Jouaust : "à mon illustre imprimeur D. Jouaust. Souvenir cordial. Octave Uzanne."

Octave Uzanne est âgé de 26 ans à peine lorsqu'il publie ce volume. Il a publié son premier ouvrage chez D. Jouaust en 1875 (Poésies de Benserade). Uzanne poursuit avec ce volume sont exploration des petits poètes des ruelles du XVIIe siècle. Uzanne orne ces éditions de préfaces et de notes intéressantes sur ces poètes gaillards et précieux. Si la diffusion de ces volumes de bibliophilie est restreinte, ils permettront néanmoins à Octave Uzanne de se faire un nom de le monde des lettres parisiennes.


La reliure est signée par le relieur PIERSON, spécialiste de ce genre de reliure cartonnage modeste et néanmoins solide et assez élégant. Sans doute la reliure a-t-elle été commandée par Octave Uzanne pour offrir l'exemplaire. Le volume porte contrecollé au verso du premier plat l'ex libris gravé de Damase Jouaust.


Provenance : de la bibliothèque de l'imprimeur-éditeur Damase Jouaust, avec son ex libris gravé.

Émouvant exemplaire.

Prix : 400 euros


mercredi 11 décembre 2019

"à Monsieur D. Jouaust souvenir amical d'un novice et remerciements d'avoir su donner à ma fantaisie de réimprimer Benserade, un luxe typographique digne d'un meilleur poète" (Octave Uzanne, 12 avril 1875).

"à Monsieur D. Jouaust souvenir amical d'un novice et remerciements d'avoir su donner à ma fantaisie de réimprimer Benserade, un luxe typographique digne d'un meilleur poète" (Octave Uzanne, 12 avril 1875).



"Fit Fabricando Faber. [C'est en forgeant que l'on devient forgeron].

à Monsieur D. Jouaust souvenir
amical d'un novice, et remerciements
d'avoir su donner à ma fantaisie
de réimprimer Benserade, un luxe
typographique digne d'un meilleur
poète.

Octave Uzanne

Paris 12 avril 1875"


Frontispice composé et gravé par Adolphe Lalauze.



Page de titre de l'édition.
Poésies de Benserade publiées par Octave Uzanne.

Paris, Librairie des Bibliophiles, 1875

[volume achevé d'imprimer le 20 mars 1875 par D. Jouaust imprimeur à Paris].

Tirage total à 517 exemplaires :

500 ex. sur papier de Hollande
15 ex. sur papier de Chine
2 ex. sur parchemin


Le présent exemplaire, que le jeune Octave Uzanne (il n'a pas encore 24 ans) offre à son éditeur-imprimeur Damase Jouaust, est un des 15 exemplaires sur papier de Chine. Le frontispice de Lalauze est en un seul état (définitif sur Chine) et le portrait de Benserade est en 2 états (noir et sanguine). Le volume a été relié pleine percaline verte, pièce de titre en tête du dos sur cuir noir, fleuron doré au centre du dos, millésime doré en queue. La reliure est signée par le relieur PIERSON, spécialiste de ce genre de reliure cartonnage modeste et néanmoins solide et assez élégant. Sans doute la reliure a-t-elle été commandée par Octave Uzanne pour offrir l'exemplaire. Le volume porte contrecollé au verso du premier plat l'ex libris gravé de Damase Jouaust.

Les Poésies Benserade sont le premier volume publié en librairie par le jeune Octave Uzanne. Un an auparavant, en 1874, Il n'est encore rien ou à peu près. En juillet 1874 il s'apprête à visiter la Suisse et le nord de l'Italie sac au dos. Comme nous l'avions relevé d'après une lettre autographe en notre possession, début novembre 1873 Octave Uzanne est sans emploi, sans savoir ce qu'il fera : "Toutes les démarches que j'ai faites jusqu'à ce jour, pour trouver un poste vacant de secrétaire, ont été infructueuses." Les Poésies de Benserade marque donc pour Octave Uzanne le véritable point de départ de sa carrière d'homme de lettres. D'autres volumes dits des Petits poètes du XVIIe siècle suivront chez le même éditeur.

1 volume 19,5 x 12 cm, reliure bradel pleine percaline verte de l'époque signée PIERSON. Très bon état. Quelques frottements à la reliure. Intérieur parfait, sans rousseurs (ce qui est rare pour un papier de Chine).

RARE ET UNIQUE EXEMPLAIRE DE DÉDICACE, D'UN TOUT JEUNE AUTEUR A SON PREMIER ÉDITEUR-IMPRIMEUR.

Prix : 500 euros

lundi 9 décembre 2019

Frederic M. Halford. Making a Fishery. Dry-Fly fishing (pêche à la mouche). 1902. Deuxième édition. Bel exemplaire en cartonnage éditeur.


Frederic M. Halford.

The Halford Dry-Fly Series. Volume III. Making a Fishery. By Frederic M. Halford ("Detached Badger" of "The Field"), author of "Floating Flies and How to Dress them" "Dry-Fly Fishing in Theory and Practice" and "Dry-Fly Entomology".

London, Vinton and Co. Limited, 1902

1 volume in-8 (22 x 15 cm) de 212 pages. Portrait photographique de l'auteur. 4 Planches.

Cartonnage éditeur pleine toile bleue. Excellent état. Coins légèrement pliés.

Deuxième édition.

La première édition date de 1895.

Contents : Selection - Tenure - Management - Weeds - Poachers - Netting - Wiring - Stocking - The Stew - Grayling - Distribution.

Texte original en anglais. Tout ce qu'un pêcheur (à la mouche) doit savoir pour organiser une partie de pêche réussie.


Frederic Michael Halford (13 April 1844 – 5 March 1914), pseudonym Detached Badger, was a wealthy and influential British angler and fly fishing author. Halford is most noted for his development and promotion of the dry fly technique on English chalk streams. He is generally accepted as "The Father of Modern Dry Fly Fishing." John Waller Hills, A History of Fly Fishing for Trout (1921) called Halford "The Historian of the Dry Fly".

Bel exemplaire.

Prix : 195 euros

jeudi 5 décembre 2019

Louis Blanc. Révélations historiques en réponse au livre de Lord Normanby, intitulé A Year of Revolution in Paris. 1859. Première édition française. Très bon exemplaire.


Louis Blanc.

Révélations historiques en réponse au livre de Lord Normanby, intitulé A Year of Revolution in Paris. Ouvrage d'abord publié en anglais par l'auteur, et, dans la traduction en français faite par lui-même, augmenté de près d'un volume.

Bruxelles, Méline, Cans et Compagnie, 1859.

2 volumes in-12 (18 x 12 cm) brochés de 340 et 361 pages. Couvertures jaunes imprimées replacées au centre de couvertures refaites, dos habilement titré en noir. Exemplaire aux couvertures refaites, solides et propres, intérieur frais pratiquement sans rousseurs, papier légèrement teinté.

Première édition française.

Comme indiqué sur les titres et les couvertures, cet ouvrage a été publié pour la première fois en anglais par Louis Blanc en 1858, à Londres, chez Chapman and Hall (1 volume in-8).


Louis Blanc (1811-1882) fut membre du gouvernement provisoire de 1848. Socialiste et républicain, il participe à la campagne des Banquets en faveur du suffrage universel et se distingue, après la Révolution de 1848, en proposant la création des Ateliers sociaux afin de rendre effectif le droit au travail. Il est finalement contraint de s'exiler à Londres après les Journées de Juin car tenu pour responsable de l'émeute du 15 mai. Il y demeura jusqu'à la fin de la guerre franco-prussienne de 1870, entrant de nouveau à l'Assemblée nationale en 1871, où il siège une dizaine d'années à l'extrême gauche.

Louis Blanc fut promoteur de l'aphorisme communiste De chacun selon ses facultés à chacun selon ses besoins : « L'égalité n'est donc que la proportionnalité, et elle n'existera d'une manière véritable que lorsque chacun […] produira selon ses facultés et consommera selon ses besoins. » (Organisation du travail, 1839) repris par Étienne Cabet (Voyage en Icarie, 1840) puis plus tard par les communistes libertaires.

« La révolution de 1789 fut certainement une révolution socialiste (…) puisqu’elle modifia la constitution économique de la société au profit d’une classe très nombreuse et très intéressante de travailleurs ; mais la révolution de 1789 laissa beaucoup à faire pour la classe la plus nombreuse et la plus pauvre ! (…) Elle déblaya la route de la liberté ; mais elle laissa sans solution la question, très importante pourtant, de savoir si beaucoup de ceux qui étaient à l’entrée de la route n’étaient pas condamnés par les circonstances du point de départ à l’impuissance de la parcourir. » (Louis Blanc).

« Est-il vrai, oui ou non, que tous les hommes apportent en naissant un droit à vivre ? Est-il vrai, oui ou non, que le pouvoir de travailler est le moyen de réalisation du droit de vivre ? Est-il vrai, oui ou non, que si quelques-uns parviennent à s’emparer de tous les instruments de travail, à accaparer le pouvoir de travailler, les autres seront condamnés, par cela même, ou à se faire esclaves des premiers, ou à mourir ? » (Louis Blanc).

Très bon exemplaire de cette première édition française publiée en Belgique (pour échapper à la censure) de ce texte profondément historique et propagateur de la pensée socialiste révolutionnaire.

Référence : Revue britannique, 1859, pp. 125-132.

Prix : 250 euros

mercredi 4 décembre 2019

Nicolas-Edme Rétif de la Bretonne [Restif de la Bretone]. La Malédiction Paternelle (1780). Edition originale rare. Très bon exemplaire.


Nicolas-Edme Rétif de la Bretonne [Restif de la Bretone]

La Malédiction Paternelle : Lettres sincères et véritables de N. ******, à ses parents, ses amis, et ses maîtresses, avec les réponses : Recueillies et publiées par Thimothée Joly, son exécuteur testamentaire.

Imprimé à Leipsick, Par Buschel, marchand-libraire et se trouve à Paris chés la Dame Veuve Duchesne, 1780

3 parties reliées en 3 volumes in-12 (17 x 10,5 cm) de 830 pages (pagination continue) et 5 feuillets non chiffrés (catalogue et présentation d'ouvrages de Rétif).


Reliure bradel demi-percaline chocolat, pièces de titre et millésime en cuir noir, plats, doublures et gardes de papier marbré (reliure vers 1880). Exemplaire non rogné (tranches irrégulières), tranches ébarbées, belles marges. Reliures très bien conservées, dos décoratifs et propres, coins légèrement frottés/usés, intérieur frais. Rares rousseurs. Petites réparations en marge de quelques feuillets. Collationné complet.



Edition originale et unique édition ancienne.

"Lorsque paraît La Malédiction paternelle, en août 1779, sous le millésime de 1780, Rétif est déjà un auteur confirmé. Il publie régulièrement depuis 1767 (La Famille vertueuse est sa première œuvre) et en une douzaine d’années il a produit 44 volumes in-12 sous 19 titres. Beaucoup ne se distinguent guère des ouvrages du temps, ni par leur facture (recours à la forme épistolaire), ni par leur idéologie morale. Ce conformisme littéraire n’a valu à l’écrivain qu’un accueil médiocre, mais trois œuvres lui ont tout de même permis d’acquérir quelque notoriété, parce qu’elles sortent, chacune à leur manière, des sentiers battus de la littérature. Il y eut d’abord Le Pornographe (1769), « Projet de règlement pour les prostituées », traité inséré dans le cadre d’un roman épistolaire, puis, sous le même millésime, Le Pied de Fanchette, roman enjoué et parodique, au titre discrètement érotique, objet de plusieurs éditions et contrefaçons jusqu’à la fin du XVIII e siècle. Mais le succès le plus décisif est venu en 1775 avec Le Paysan perverti : « Cet ouvrage, qui m’a donné une existence dans le monde, fut la source de ma réputation et me procura une considération dont tous les bons esprits me donnent encore des marques », écrit Rétif dans Mes Ouvrages ; de fait, il restera durablement, en dépit d’autres succès (notamment avec les volumes de nouvelles des Contemporaines), « l’auteur du Paysan perverti ». [...] Rétif va alors prendre conscience qu’il doit exploiter résolument la veine autobiographique, et plus précisément son parcours singulier de paysan bourguignon devenu ouvrier parisien dans l’imprimerie. Ce n’est pas qu’il n’ait précédemment nourri ses histoires de souvenirs personnels, mais il convient désormais de mettre mieux en valeur ses origines, son enfance, son adolescence. Il s’y essaye avec L’École des pères (1776), mais l’ambition didactique de l’ouvrage dilue quelque peu les traits du tableau rural. Il s’éloigne ensuite de cette inspiration avec Le Quadragénaire (1777) et Le Nouvel Abeilard (1778), deux romans qui ne se font guère remarquer. Or s’affirme de plus en plus le succès du Paysan perverti. Rétif est alors convaincu que la reconnaissance de son génie littéraire passe par la mise en œuvre du thème campagnard, domaine où il a, sur tous les autres littérateurs, l’avantage d’une expérience authentique. De là, en 1779, la publication de La Vie de mon père, avec en page de titre cette indication significative : « par l’auteur du Paysan perverti ». À La Vie de mon père succède immédiatement La Malédiction paternelle. [...] La Malédiction paternelle inaugure incontestablement une nouvelle époque dans la carrière littéraire de Rétif, celle où il s’engage dans l’autobiographie proprement dite. [...] Dans La Malédiction paternelle, la figure du père reproduit les traits de Pierre et non ceux d’Edme : cette autorité impérieuse, cette volonté de choisir l’épouse de son fils. [...] Le manuscrit de La Malédiction paternelle n’existe plus, sans doute depuis l’impression de l’ouvrage, selon les habitudes du temps. Il n’y a pas eu, du vivant de l’auteur, d’autres éditions que celle de 1779. [...] La seule façon d’échapper à la conscience coupable, de surmonter le sentiment de subir une malédiction, est d’écrire, de publier, d’accomplir pleinement cette vocation intellectuelle qui l’a détourné de sa destinée de paysan. À cet égard, La Malédiction paternelle est une œuvre cruciale : elle ressaisit une matière romanesque déjà mise en œuvre dans des ouvrages précédents (Le Quadragénaire, Les Nouveaux Mémoires d’un homme de qualité) et féconde les livres à venir. Rétif a souligné lui-même cette fonction matricielle : la Malédiction « est la préface naturelle des Contemporaines ». [...]" (extraits de l'Introduction à l'édition critique donnée par Pierre Testud, La Malédiction Paternelle, Ed. Champion, 2006).





Références : P. Lacroix, pp. 159-162 "Les plus jolis dessins que Binet ait jamais faits se trouvent dans ce roman ; ils égalent ceux de Marillier et peut-être ceux de Moreau." ; Rives-Childs pp. 253-256 "La Malédiction paternelle, qui fut singulièrement négligée par les biographes de Restif, est un des plus importants de ses ouvrages, à part Monsieur Nicolas et les Nuits de Paris, pour l'histoire de sa vie."

Très bon exemplaire de cet ouvrage rare de Rétif de la Bretonne.

Prix : 2.750 euros