vendredi 17 janvier 2020

Guillaume-Thomas Raynal. Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens dans les deux Indes (1775). Première édition au format in-quarto reliée à l'époque aux armes. Bel exemplaire.


[Raynal (Guillaume-Thomas). Diderot (Denis). Holbach (Baron d').].

Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des européens dans les deux Indes.

A Genève, chez les libraires associés, 1775

3 volume in-4 (26 x 20 cm) de (4)-IV-III-VIII-719, (4)-VIII-662 et (4)-VIII-658 pages. Portrait de l'auteur en frontispice du premier volume (dessiné par Cochin et gravé par L. Le Grand). Au tome I : 1 gravure hors-texte (livre I) + 1 grande carte repliée + 1 bandeau à l'eau-forte par Marillier + 1 gravure hors-texte (livre IV). Au tome II : 1 gravure hors-texte (livre VII) + 2 cartes repliées + 1 bandeau à l'eau-forte par Marillier + 1 gravure hors-texte (livre X). Au tome III : 1 gravure hors-texte (livre XIV) + 1 carte repliée + 1 bandeau à l'eau-forte par Marillier + 1 gravure hors-texte (livre XV) + 1 gravure hors-texte (livre XVIII). Soit 1 portrait, 7 gravures hors-texte (avant la lettre), 3 bandeaux et 4 cartes. Collationné complet.


Reliure de l'époque plein veau caramel, dos à nerfs orné aux petits fers, pièce de titre de maroquin rouge, pièce de tomaison de maroquin olive. Reliures très décoratives et solides. Usures de surface sur les plats du premier et deuxième volume (épidermures stoppées), petits manques de cuir et petite galerie sans gravité, petites piqûres de vers en queue du dos du premier volume. Malgré ces quelques défauts l'ensemble reste très décoratif et parfaitement solide. Intérieur très frais. A noter une mouillure en marge intérieure des trois premiers feuillets du premier volume et les derniers feuillets du même volume avec mouillure marginale saine (à quelques feuillets seulement).

Exemplaire relié à l'époque aux armes (en queue) d'un membre de la famille de Damas (?) ou d'Aubusson (?).

Première édition au format in-quarto.

Cette édition est bien complète en 3 volumes in-quarto (il n'y a pas d'atlas pour cette édition).

Elle reprend le corpus de l'édition en 7 volumes in-8, avec les passages supprimés réintégrés ici au bas des pages sous forme de variantes.


La première édition de ce magistral ouvrage a paru pour la première fois en 1770. "Véritable encyclopédie de l’anticolonialisme au XVIIIe siècle" ce texte entre dans la catégorie des "Voyages philosophiques" et représente un prétexte à des réflexions sur la "loi naturelle" et dénonce tout à la fois despotisme, cléricalisme, esclavage et colonialisme. L'ouvrage est toujours décrit par les commentateurs comme une « machine de guerre » contre le pouvoir en place. Pour la rédaction de cette encyclopédie Raynal eut recours à la collaboration de nombreux informateurs et collaborateurs écrivains tels que le Baron d'Holbach ou Diderot, à qui on attribue une part importante des textes.


Interdite en 1772, l’Histoire des deux Indes sera à nouveau publiée par l’abbé Raynal dans une nouvelle édition en 1774 qui est immédiatement mise à l’Index par le clergé. C’est en 1780 qu’il publie sa troisième édition de l'Histoire des deux Indes, encore plus virulente que les deux précédentes et qu’il avoue implicitement comme étant de lui en y faisant graver son portrait en frontispice. Condamné par le Parlement de Paris, l’ouvrage est brûlé par le bourreau en place publique, ce qui lui assure un succès considérable. L’Histoire des deux Indes a également été l’occasion de la Lettre apologétique de l’abbé Raynal à Monsieur Grimm (1781) de Diderot (qui aurait écrit au moins un tiers de l'ouvrage, selon Grimm). Dans cette lettre Diderot écrit : « Raynal est un historien comme il n'y en a point encore eu, et tant mieux pour lui, et tant pis pour l'histoire. Si l'histoire avait, dès les premiers temps, saisi et traîné par les cheveux les tyrans civils et les tyrans religieux, je ne crois pas qu'il en fussent devenus meilleurs; mais ils en auraient été plus détestés, et leurs malheureux sujets en seraient peut-être devenus moins patients... Le livre que j'aime et que les rois et leurs courtisans détestent, c'est le livre qui fait naître des Brutus... »


Dans notre exemplaire une note manuscrite de l'époque révolutionnaire indique : "Le Parlement de Paris proscrivit, le 25 mai 1781, l'Histoire philosophique de l'abbé Raynal, et ordonna que cet ouvrage fût brûlé. Il décréta même l'auteur de prise de corps. L'abbé Raynal se vit donc forcé de s'enfuir précipitamment de France. Le 15 août 1790, l'Assemblée nationale, sur la rédaction proposée par les députés Voidel et Maloüet, annula, comme contraire aux droits naturels et imprescriptibles de l'homme, le décret lancé par le Parlement de Paris contre l'abbé Raynal et son Histoire philosophique (v. Oeuvres d'André Chénier, 2e vol., p. 119)." (note manuscrite ancienne sur le faux-titre du premier volume).


"It became a key text of the American Revolution, and Raynal became a correspondent of Franklin, Jefferson, and Adams."

"Un des ouvrages clefs de la crise de l'Ancien Régime" (Michel Delon, in En Français dans le texte)






"Celui qui abdique lâchement sa liberté, se voue au remords et à la plus grande misère qu’un être pensant et sensible puisse éprouver. S’il n’y a, sous le ciel, aucune puissance qui puisse changer mon organisation et m’abrutir, il n’y en a aucune qui puisse disposer de ma liberté. [...] L'esclavage est l'état d'un homme qui, par la force ou des conventions, a perdu la propriété de sa personne, et dont un maître peut disposer comme de la chose. [...] La liberté est la propriété de soi; on distingue trois sortes de libertés: la liberté naturelle, la liberté civile, la liberté politique; c'est-à-dire la liberté de l'homme, celle du citoyen et celle d'un peuple. [...] L'homme est aux prises avec la nature; sans cesse il la modifie, et sans cesse il est modifié. [...]." (extraits).

Provenance : A. Leclerc, 1885 (étiquette). Armes dorées en queue des dos (mariage - non identifiées  - non reconnu par O.H.R. qui les cite pourtant sous la planche n°888, figure n°3). Armoiries peut-être d'une ancienne famille de Bourgogne ? (provenance bourguignonne pour les volumes concernés). Par ailleurs O.H.R. les mentionne sur une Histoire de Bourgogne), peut-être les armes d'une branche de la famille de Damas (à la croix ancrée) ou d'Aubusson. Les présents volumes de Raynal ont été acquis également en Bourgogne ce qui laisserait supposer l'hypothèse "de Damas" plus pertinente.

Références : A. Feugère, Bibliographie critique de l'abbé Raynal, 40 ; En français dans le texte, 166 ;


Bel exemplaire relié aux armes à l'époque de cet ouvrage très important du Siècle des Lumières, dans son format le plus majestueux.

Prix : 3.000 euros

jeudi 16 janvier 2020

Beaumarchais. Le mariage de Figaro (1785). Exemplaire en grand papier vélin (grand in-8) avec la suite de Saint Quentin et un portrait avant la lettre, parfaitement établi en maroquin par Victor Champs. Rare et recherché.


Beaumarchais (Pierre-Augustin Caron de).

La folle journée, ou le mariage de Figaro. Comédie en cinq actes, en prose. Par M. de Beaumarchais. Représentée pour la première fois, par les Comédiens français ordinaires du Roi, le mardi 27 avril 1784.

De l'imprimerie de la Société Littéraire-Typographique [Kehl] ; Et se trouve à Paris, Chez Ruault, 1785

1 volume grand in-8 (237 x 155 mm. Hauteur des marges : 233 mm) de LI-(1)-199-(1) pages. Portrait de l'auteur en frontispice. 5 eaux-fortes hors-texte.


Reliure plein maroquin chocolat, dos à nerfs richement orné aux petits fers dorés, triple-filet doré en encadrement des plats, double-filet doré sur les coupes, jeu de filets et roulettes dorés en encadrement intérieur des plats, doublures et gardes de papier peigne, tranches dorées, couvertures en papier dominoté conservées en parfait état (doublées). Reliure signée Victor CHAMPS (vers 1880). Excellent état de l'ensemble. Dos légèrement passé, nerfs légèrement frottés et ternis. Quelques petites marques sans gravité. Intérieur très frais. Exemplaire sans le feuillet final d'errata qui ne se trouve pratiquement jamais dans cette édition.


Seconde édition originale, dite édition de Kehl, la plus belle des éditions anciennes.

Un des exemplaires tirés au format grand in-8 sur grand papier vélin teinté.

Portrait ajouté en tirage avant la lettre (publié à Paris chez Ménard et Desenne).

Exemplaire comprenant la suite des 5 très belles figures de la seconde suite dessinée par St Quentin et gravée par Liénard, Halbou et Lingé, sur papier vélin également, avec la lettre.




Cette édition a toujours été très prisée par les bibliophiles et notamment par les plus grands bibliophiles du XIXe siècle (second Empire notamment) qui ont fait de superbes et rares exemplaires de ce livre emblématique de la bibliophilie glorieuse. Le catalogue de la librairie Morgand et Fatout réunit sur une vingtaine d'année plus d'une trentaine d'exemplaires d'exception de cette édition dite de Kehl (exemplaires somptueusement reliés, avec pièces ajoutées, sur grand papier, etc). Ces exemplaires atteignaient alors des prix faramineux.

« Beaumarchais a fait imprimer cette édition à Kehl, avec les caractères de son édition de Voltaire, pour atténuer autant que possible le dommage que lui causaient les nombreuses contrefaçons de sa pièce. Les figures sont un peu plus grandes que celles de l'édition précédente et sont gravées avec plus de soin et de goût. [...]. Cette édition aussi a été tirée sur papier vélin, très grand in-8 (300 à 400 fr.). (Cohen).



« L’originale parut sans figures. On y ajouta presque aussitôt cinq planches, dessinées par St Quentin, et gravées les quatre premières par Malapeau, la dernière par Roi. Il se trouve donc des exemplaires avec, et d’autres sans les figures […] L’édition imprimée à Kehl avec les caractères (caractères neufs de Baskerville) qui servaient pour le Voltaire, présente les mêmes 5 figures dessinées par St Quentin pour l’originale, mais plus grandes, plus belles et gravées (actes 1, 3 et 5) par Liénard, (acte 2) par Halbou, (acte 4) par Lingée ». (Tchemerzine).

Il faut noter que cette édition, imprimée avec de superbes caractères neufs (Baskerville) sur un splendide papier vélin, fait figure d'objet étrange dans la bibliophilie du XVIIIe siècle finissant. Tant cette édition est "belle" et "neuve" qu'on pourrait croire avoir à faire à un fac-similé moderne, récent. Il n'en est rien. Ce livre imprimé il y a 235 ans est tout bonnement bluffant ! Y compris aux yeux du libraire et de l'amateur du XXIe siècle.

"Après avoir efficacement secondé le comte Almaviva dans le Barbier de Séville, Figaro s'apprête à épouser Suzanne, la femme de chambre de la Comtesse. Mais le Comte a bien changé : désirant user d'un certain "droit du seigneur" qu'il a lui-même aboli, il tente de retarder le mariage. A mesure que les obstacles s'enchaînent, l'opposition entre le maître et le valet s'intensifié, menaçant la gaieté de cette "folle journée". Avec cette pièce jugée révolutionnaire, longtemps interdite par Louis XVI, Beaumarchais offre une satire incisive des privilèges nobiliaires et plaide en faveur de la liberté - de toutes les libertés." (couverture de Julien Brogard, éditions J'ai Lu).




Provenance : de la bibliothèque de A. Hénin, orfèvre à Paris (seconde moitié du XIXe siècle). Ex-libris gravé par E. Valton représentant une fenêtre ouverte sur le battant de laquelle sont gravées les lettres A.H. et au dessous une table avec des livres ouverts ou fermés et une feuille de papier sur la quelle on lit : J'ai lu Manuel des ouvriers". Signature E. Valton, 1880.


Références : Cordier, Bibliographie des éditions des ouvrages de Beaumarchais, n°129 ; Tchemerzine, I, p. 492 ; Cohen 124-126 ; Le Petit, pp. 568-570.





Bel exemplaire parfaitement établi par Victor Champs de cette édition toujours très recherchée comme ici en belle condition sur papier vélin avec la suite des belles figures de Saint Quentin.

Prix : 3.500 euros


vendredi 10 janvier 2020

Amours des Dames illustres de France et l'Histoire amoureuse des Gaules de Bussy-Rabutin (1703). Belle édition ancienne du plus célèbre des recueils satyrico-historiques du Grand Siècle. Les amours de la cour de Louis XIV au grand jour. Bel exemplaire parfaitement établi par Hardy. L'une des éditions les plus complètes de ce recueil.


Roger de RABUTIN comte de BUSSY, dit BUSSY-RABUTIN.

AMOURS DES DAMES ILLUSTRES DE NOTRE SIÈCLE. Contenans l'Histoire amoureuse des Gaules et de France. L'Histoire des Dames de Sevigny, de Monglas et de Bussy. Les Maximes d'Amour. Les Amours de Madame de M. T. P. [Montespan]. Les Amours de Madame de la Valière. L'Histoire de l'Amour feinte du Roi pour Madame. La Princesse, ou les Amours de Madame. Le Perroquet, ou les Amours de Mademoiselle. Les Amours de Madame de Bagneux., de Madame de Brancas et de Mademoiselle de Fontange.

A Cologne, chez Jean Buhl, à l'enseigne de Cupidon [sans date], [frontispice gravé à la date de 1703].

1 fort volume petit in-12 (14 x 8 cm - Hauteur des marges : 137 mm) de 1 très joli frontispice gravé à l'eau-forte et représentant un angelot cupidon devant des jardins où évolue la cour de Louis XIV (ce frontispice est daté "à Cologne 1703"), (6)-587-(2) pages.


Reliure plein maroquin bleu nuit, dos à nerfs titré avec millésime doré, tranches dorées sur marbrure (Reliure du milieu du XIXe siècle signée HARDY). Reliure très bien conservée. Intérieur frais. Quelques légers frottements et marques à la reliure. Papier légèrement teinté. Rares rousseurs.


Nouvelle édition.


Ce volume contient les romans historico-satiriques suivants : Histoire amoureuse des Gaules (avec le Cantique Que Deodatus est heureux... (pp. 154-156), les Maximes d'Amour et la Lettre au Duc de Saint-Aignan) ; Alosie, ou les amours de M. D. M. T. P. [Montespan], Le Palais Royal, ou les amours de Madame de La Valière ; Histoire de l’amour feinte du roi pour Madame ; La Princesse, ou les amours de Madame ; Le Perroquet, ou les amours de Mademoiselle ; Junonie, ou les amours de Madame de Bagneux ; Les fausses prudes, ou les amours de Madame de Brancas et autres dames de la cour ; La déroute et l’adieu des filles de joie, de la ville et des faubourgs de Paris ; Le Passe-temps Royal ou les amours de Mademoiselle de Fontange.
  




Le volume contient bien "Alosie, ou les amours de M.T.P." (Madame de Montespan). Ce texte manque souvent à ce recueil.

Ce recueil a paru pour la première fois à la même adresse en 1680 avec le même frontispice gravé (toujours daté 1681). Il existe des éditions sous ce même titre en 1682, 1685, 1690, 1691, 1694, 1700, 1703, 1708, 1709, 1717, 1728, (1737) et 1740, ce qui prouve assez combien cet ouvrage a été recherché de son temps et même bien après.





On avait donné l’Histoire amoureuse des gaules à l’insu de Bussy-Rabutin dès 1665. On lui attribua à peu près toutes les productions scandaleuses de son temps. Dans ce recueil il n’est pas certain qu’il y ait, outre l'Histoire amoureuse des Gaules, un seul mot de la plume de Bussy. Bussy-Rabutin vivra 18 années en exil sur ses terres de Bourgogne. Certaines pièces seraient de Gatien de Courtilz de Sandras.

Références : Bulletin du bibliophile (1887), Description raisonnée de l’édition originale et des réimpressions d’un livre intitulé : Histoire amoureuse des gaules, par Roger de Rabutin, Comte de Bussy, pages 555-571. Brunet I, 244.


Provenance : Ex libris "Bona Fide Side Fraude" de la bibliothèque Amédée Rigaud. Il fut financier (agent de change) et bibliophile. Sa belle bibliothèque (environ 1.500 ouvrages choisis) fut vendue à sa mort survenue en 1874 (Catalogue de la bibliothèque de monsieur Amédée Rigaud, Paris, Aubry, 1874, n°853 "l'une des éditions les plus complètes").





Bel exemplaire bien établi par Hardy pour un grand bibliophile du XIXe siècle.

Prix : 1.100 euros

jeudi 9 janvier 2020

Les Quinze Joies de Mariage (1887, Jouaust). Un des 15 exemplaires sur Japon avec 5 états des eaux-fortes d'Adolphe Lalauze. Superbe exemplaire en maroquin doublé décoré.


Anonyme [Antoine de La Sale ou de La Salle].

Les Quinze Joies de Mariage. Avec des notes et un glossaire, par D. Jouaust et une préface de Louis Ulbach. Eaux-fortes par Ad. Lalauze.

Paris, Librairie des Bibliophiles [D. Jouaust éditeur imprimeur], 1887

1 volume in-8 (22,7 x 19,5 cm) de XLIV-226-(4) pages. 15 vignettes d'en-tête à l'eau-forte et 6 culs-de-lampe.

Reliure strictement de l'époque bradel plein maroquin orange, dos lisse orné en long (encadrement de filets dorés avec feuillage dans les angles en tête et en pied), pièce de titre et pièce de millésime de maroquin noir, double-filet doré sur les coupes, doublures de maroquin bleu richement orné d'un encadrement de dentelle dorée "à la Du Seuil", filets dorés en encadrement intérieur, premières gardes de moire bleue coordonnée, gardes de papier peigne. Relié sur brochure, non rogné, couvertures de brochage conservées en parfait état. (reliure signée CH. MAGNIER ET SES FILS). Reliure en excellent état, très fraîche. Quelques ombres et légères traces au maroquin, sans aucune gravité. Intérieur superbe. Quelques rousseurs sur les épreuves tirées sur papier du Japon ancien (voir détail du tirage de luxe ci-dessous).

Tirage au format in-8 en grand papier (215 exemplaires).

Celui-ci, un des 15 exemplaires sur papier du Japon, enrichi de 4 états supplémentaires des eaux-fortes d'Adolphe Lalauze outre le tirage définitif dans le texte (soit 5 états des gravures) pour chacune des 21 eaux-fortes (105 gravures). La première épreuve (sur Japon ancien) est numérotée (2/10) et contresignée conjointement par Damase Jouaust et Adolphe Lalauze.

Les 4 états supplémentaires sont sur papier du Japon ancien, Chine, vélin fort, Japon Impérial.


Ce volume fait partie de la collection dite "Petite Bibliothèque Artistique" publiée par Damase Jouaust, regroupant les auteurs classiques anciens (Voltaire, Molière, Beaumarchais, La Fontaine, etc.). Elle comprendra au total 110 volumes. 


Ces volumes étaient tirés en petit papier (format in-12) et en grand papier (format in-8). Le prix de vente de Quinze Joies de Mariage, broché, était très élevé (30 francs en petit papier sur Hollande contre 100 francs en grand papier sur Japon comme ici).




La reliure qui recouvre notre exemplaire est quant à elle, typique de ce qu'on pouvait faire de mieux en 1887 pour recouvrir une édition de bibliophilie. Charles Magnier (1821-1904) fut l'un des grands relieurs parisiens entre 1853 et 1904. C'est justement le 1er janvier 1887 que la maison devint "Charles Magnier et ses fils". Ses trois enfants, Ernest, Henri et Paul Magnier travaillèrent alors ensemble, avec leur père. Son chiffre d'affaires était alors de l'ordre de un million de francs de ce temps (somme énormissime s'il en est). La maison Magnier s'éteignit seulement en 1956 après plusieurs successions familiales. L'activité de la maison était autant industrielle (cartonnages éditeurs, reliures de séries) que spécialisée dans les reliures de bibliophilie. Notre exemplaire est un exemplaire parfait de ce que cette grande maison savait faire de mieux dans ce dernier domaine.




Notre exemplaire marque à lui seul ce que pouvait être la bibliophilie dans les dernières années du XIXe siècle. Une prestigieuse maison d'édition de luxe associée à l'une des plus grandes maison de reliure d'art. Damase Jouaust est mort en 1893, après avoir vu sa réussite éditoriale tourner à la catastrophe financière. Il fut alors obligé de vendre l'intégralité de son stock à l'éditeur Flammarion pour une somme dérisoire. Les éditions "Jouaust" restèrent et restent encore aujourd'hui comme un marqueur essentiel de la bibliophilie de la fin du XIXe siècle.


Superbe exemplaire du très rare tirage sur Japon, admirablement relié en maroquin doublé par Magnier et ses fils.

Prix : 2.650 euros