mardi 20 avril 2021

Vicomte de Morel-Vindé. Essai sur les constructions rurales économiques (fermes), contenant leurs plans, coupes, élévations, détails et devis établis aux plus bas prix possibles. 1824. 36 planches de constructions diverses (plans, coupes, élévations, etc.).

M. le Vicomte de Morel-Vindé

[AGRICULTURE - MATERIEL ET INFRASTRUCTURES DES FERMES]. Essai sur les constructions rurales économiques, contenant leurs plans, coupes, élévations, détails et devis établis aux plus bas prix possibles ; par M. le Vicomte de Morel-Vindé, pair de France, chevalier de la Légion d'Honneur, membre de l'Institut (Académie Royale des Sciences), du Conseil Royal, et de plusieurs sociétés d'agriculture. Les détails de constructions et devis ont été faits, avec l'approbation de l'auteur, par M. A. L. Lusson, Architecte.

Imprimerie de Madame Huzard, A Paris, chez A.-L. Lusson, architecte, chez Madame Huzard, imprimeur-libraire, chez Bance, marchand d'estampes et Carilian-Goeury, libraire, 1824

1 volume in-folio (42,5 x 27,5 cm) de 1 feuillet de titre, 1 feuillet de table des chapitres et avis important, III pages d'avertissement, 31 pages de texte et 36 planches (plusieurs figures par planche pour certaines). Collationné complet.

Cartonnage de l'époque plein papier rose. Mors partiellement fendus, encore solide. Intérieur frais. Quelques rousseurs sans gravité à quelques planches. Beau papier dans l'ensemble.

Edition originale et unique édition.

Bien complet des 36 planches hors-texte.

Ce volume contient les chapitres suivants : Habitation du journalier sans propriété ni tenure (devis total à 2945 fr. 80 c.) - Habitation du petit propriétaire, tenancier, ou métayer (devis total à 6202 fr. et 52 c.) - Dépendance de l'habitation détaillée pour le petit propriétaire ou métayer (devis total à 3611 fr. et 40 c.) - Habitation pour le propriétaire ou le fermier d'une exploitation considérable (devis total à 13122 fr. et 98 c.) - Grande grange, écurie, vacherie, etc ( devis à 10531 fr. et 19 c.) - Les mulotins (sorte de petite grange où l'on battait des gerbes) (devis à 431 fr. et 50 c.) - Greniers à grains, hangars, foenières (fenils ou greniers à foin) (devis à 5885 fr. et 56 c.) - Bergerie (devis à 4713 fr. et 08 c.) - Plan général de la ferme - Note sur les vacheries et écuries, bricole et brouette normande - Plan du gerbier sur poteaux, exécuté à La Celle Saint-Cloud, département de la Seine et Oise.







Charles-Gilbert, vicomte Morel de Vindé était magistrat, agronome, littérateur et homme politique. Il est né le 20 janvier 1759 à Paris où il est mort le 19 décembre 1842. Conseiller des enquêtes au Parlement de Paris en 1778), il se consacre pendant la Révolution à des travaux d'agronomie. En 1819, Morel Vindé est appelé à faire partie du conseil de l'Agriculture, auprès du ministère de l'Intérieur. Il est, en 1820, nommé vicomte, pair de France héréditaire. On lui doit plusieurs ouvrages très intéressants sur ce sujet : Modèle d'un bail à ferme, 1799 - Mémoire sur l'exacte parité des laines mérinos de France et d'Espagne, 1807 - Mémoire et Instructions sur les troupeaux de progression, 1808 - Plans et détails d'une nouvelle construction rurale pour servir de grange , 1813 - Quelques observations rapides sur la théorie des assolements, 1822 - Considérations sur le morcellement de la propriété territoriale en France, 1826 - Théorie sur la population, 1829. Il avait publié par ailleurs plusieurs ouvrages de littérature (légère) dans sa jeunesse.

Morel-Vindé est convaincu que l’agriculture est le principal fondement de toute économie politique et que l’agriculteur est « un industriel forçant la nature vivante à produire abondamment et au plus bas prix possible », il fait partie de ces nombreux propriétaires agronomes qui appliquent les sciences positives à l’art agricole. Sa fortune et sa position sociale éminente lui permettent de transformer ses propriétés « en fermes d’expériences et d’exemples » et de modéliser de nouveaux types de bâtiments ruraux. 

Référence : Valérie Nègre, « La ferme comme laboratoire ou l’architecture expérimentale de Charles Gilbert de Morel-Vindé (1759-1842) », In Situ [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 12 juillet 2013, consulté le 20 avril 2021.

Très bon exemplaire de cet ouvrage très intéressant et peu commun.

Prix : 1.100 euros


vendredi 16 avril 2021

Olive Schreiner. Rêves (Dreams). Superbe édition illustrée par Carlos Schwab (Carloz Schwabe). Un des 100 exemplaires sur Japon avec suite sur Chine, imprimé pour l'artiste illustrateur et dédicacé par lui. Rare.


Olive SCHREINER. Traduction de Madame H. Mirabeaud Thorens.

RÊVES. Traduction de Madame H. Mirabaud Thorens. Préface de Mademoiselle Marie Diemer. Illustrations de Carlos Schwab.

Paris, Ernest Flammarion, s.d. (1912)

1 volume in-4 (30 x 24 cm) de XII-148-(1) pages, en feuilles sous chemise à rabats en toile verte, pièce de titre au dos. 42 compositions (culs-de-lampe-bandeaux, vignettes) de Carlos Schwabe gravées sur bois dont l'illustration de couverture et 20 hors-texte. Suite complète de tous les hors-texte sur Chine. Traces de lacets de soie verte (usés). Chemise en bon état avec quelques frottements. Intérieur parfait, sans rousseurs.

Tirage à 1.100 exemplaires dont 100 exemplaires sur Japon avec suite sur Chine (les 30 premiers avec un dessin original de l'artiste). (Les exemplaires sur Japon sont à l'adresse de la librairie A. Blaizot).

Celui-ci, 1 des 100 exemplaires sur papier du Japon.

Exemplaire imprimé spécialement au nom de l'illustrateur Carlos Schwab.

Exemplaire de dédicace offert par l'illustrateur à "mon très cher et bon" René Jandon ce tout petit témoignage de ma profonde et reconnaissante amitié" (janvier 1913).

Ouvrage gravé et imprimé par Richer et Cie successeurs de Ch. Gillot, 79, rue Madame, Paris, Décembre 1912.


Ce volume contient : Préface -- La Joie perdue -- La Chasseur -- Trois rêves dans le désert (Sous un Mimosa) -- Les Jardins du Plaisir -- Dans une Chapelle en ruines -- Un rêve d'Abeilles sauvages -- Les Dons de la Vie -- Le Secret de l'Artiste -- Dans un Pays lointain -- Il me sembla ... -- Les Rayons du Soleil se jouaient sur mon lit.


« La romancière sud-africaine Olive Schreiner (1855-1920), auteur de la célèbre 'Histoire d'une ferme africaine' [1883] reste à peu près inconnue en France, alors qu'elle a depuis longtemps le statut de classique dans les pays anglo-saxons. C'est à Londres, où elle fréquentait les milieux de la gauche radicale qu'elle fit paraître en 1890 la présente allégorie socialiste et féministe. L'absurde préface de Marie Diémer tente de la faire passer pour une espèce de dame d'œuvres confite en dévotion - elle qui était socialiste marxiste, féministe radicale, résolument athée, et allait figurer parmi les premiers adversaires de l'apartheid au sein du noyau fondateur de l'African National Congress. Rêves est un morceau d'écriture dans la veine symboliste et utopiste qui inspirait à la même époque des auteurs comme Edward Carpenter, dont le Towards Democracy suggérera à Gide ses Nourritures terrestres » (F. Lasquin).





"Ce beau volume, illustré avec ferveur par Carlos Schwab, a gardé sous la plume de sa traductrice toute sa saveur d'idéalisme un peu dogmatique." (Elsässer hefte, Cahiers alsaciens, 1913).

Bien qu'exécuté en 1912 ce volume est une œuvre symboliste ancré dans les années 1890, moment de la rédaction du texte.



Très bon exemplaire du tirage sur Japon avec suite sur papier de Chine.

Exemplaire imprimé spécialement au nom de l'illustrateur Carlos Schwab

Prix : 1.650 euros

mercredi 14 avril 2021

Choderlos de Laclos. Les Liaisons dangereuses. Illustrations de Sylvain Sauvage (1930). Tirage à 175 exemplaires seulement. Superbe livre illustré moderne Art Déco. Superbe exemplaire finement relié en maroquin par A. Taffin.

Choderlos de Laclos (auteur). Sylvain Sauvage (illustrateur/éditeur).

Les Liaisons dangereuses ou Lettres recueillies dans une société et publiée pour l'instruction de quelques autres. Avec des figures de S. Sauvage gravées sur cuivre avec la collaboration de D. A. Maillart.

Chez Sylvain Sauvage, Paris, 1930

2 volumes in-folio (33,5 x 26,5 cm), en feuilles, 211 et 218-(1) pages. 50 compositions en couleurs par Sylvain Sauvage. Couvertures imprimées en noir et rose (premier plat).

Reliure strictement de l'époque plein maroquin lie de vin de Bordeaux (le Bourgogne était un peu trop lourd à digérer sur cette histoire légère). Jeu de cinq filets dorés concentriques en encadrement des caissons au dos et en encadrement des plats, large roulette dorée en encadrement intérieur des plats, tête dorée, non rogné pour les autres tranches. Reliure signée A. Taffin. Exemplaire parfait.

Tirage unique à 175 exemplaires seulement.

Celui-ci, un des 165 exemplaires sur papier de Montval.

Exemplaire auquel on a ajouté un tirage sur soie avec remarque relié dans le volume.

Achevé d'imprimer par Pierre Bouchet pour le texte et par Paul Haasen pour les gravures, le 29e jour de septembre 1930.







Ce serait trop peu dire que dire que ce livre est une merveille. Un texte extraordinaire imagé par l'un des plus grands illustrateurs de la période Art Déco donnent un résultat à la mesure du mariage du sublime et du beau.

"Bible du libertinage pour certains, le livre s'impose surtout comme chef-d’œuvre du roman d'analyse, comme un des romans les plus abstraits et les plus intelligents. Aussi l'audace des Liaisons Dangereuses ne consiste-t-elle ni dans la débauche facile au langage cru, ni dans la perversité au premier degré ou la jouissance de faire le mal propre à Sade, mais dans l'art de dire ou plutôt de l'écrire pour un connaisseur admiratif et un peu vexé, placé en position de voyeur comme le lecteur" (Laurent Versini, BnF, En français dans le texte , n° 174).






Ce roman épistolaire retrace les aventures amoureuses de la marquise de Merteuil et de son ancien amant, le vicomte de Valmont. La marquise, voulant se venger d’un amant infidèle alors promis à la fille d’une cousine, Cécile de Volanges, fait en sorte que le Vicomte déshonore cette dernière avant le mariage. Ce que le Vicomte accomplit, alors même qu’il tente de séduire une femme reconnue pour sa vertu : la présidente de Tourvel. Celle-ci tente de rester fidèle à son époux mais le Vicomte parvient à la piéger pour la faire mourir d’amour. Cécile de Volanges, quant à elle, est amoureuse du chevalier Danceny, son maître de solfège. Mais, la marquise de Merteuil le prend pour amant, par toutes sortes d'intrigues. Elle provoque ainsi un duel entre le Vicomte de Valmont, qui cherche à retrouver ses faveurs - déstabilisé par ses mésaventures dues à Cécile de Volanges et Tourvel, et le jeune chevalier Danceny, qui parviendra à tuer le Vicomte, tourmenté de regrets d’avoir condamné la présidente de Tourvel. Il remet alors au chevalier toute la correspondance qu’il a tenue avec la marquise de Merteuil afin que celle-ci soit révélée non comme une femme des plus vertueuses de tout Paris, ainsi qu'elle le laissait croire, mais comme une dangereuse intrigante.









Un livre en tous points magnifique ici somptueusement relié en maroquin. Le fond et la forme réunis ici au service de l'amour des beaux livres.

Exemplaire parfait des plus désirables (presque autant que Mademoiselle de Volanges).

Prix : 4.900 euros





mardi 13 avril 2021

Les Œuvres de Mr Le Noble. 1718. 18 volumes (sur 19). La Pierre de Touche Politique, Dialogues (Pasquinades), Les Travaux d'Hercule, L'Ecole du Monde, Uranie, Les Promenades, etc. Bel exemplaire de cette rare édition.

LE NOBLE (Eustache).

Les Œuvres de Mr Le Noble.

A Paris, chez Pierre Ribou, 1718 [Rouen ? Hollande].

18 volumes (sur 19) in-12 (16,5 x 10 cm). Le tome XVIII et avant dernier est manquant. Collationné complet pour les tome I à XVII et XIX. Environ 300 à 500 pages par volumes. Cette édition n'est pas illustrée.

Reliure plein veau brun de l'époque. Dos richement ornés aux petits fers dorés. Ensemble restré très frais et très décoratif. Reliure solide. Quelques légers frottements et petits défauts de reliure sans gravité. Intérieur des volumes très frais (voir ci-dessous le détail du contenu des volumes). Cahiers intervertis (sans manque) entre les tome XI et XIII.

Edition collective posthume donnée par le libraire Pierre Ribou.

Bien que cette édition des Œuvres de Mr Le Noble soit imposante avec ses 19 volumes (nous en proposons 18 - le tome XVIII est manquant), elle est incomplète de plusieurs ouvrages de l'auteur. Il semble qu'elle ait été faite à la hâte ou pour le moins en dépit du bon sens comme l'indique Philippe Hourcade dans son ouvrage intitulé "Entre Pic et Rétif, Eustache Le Noble (1643-1711)" (Paris, Aux amateurs de livres, Diffusion Klincksieck, 1990). Philippe Hourcade indique que Le Noble avait pensé à faire établir une édition de ses œuvres complètes dès le début des années 1700. Mais en 1703 on ne peut encore que se procurer des œuvres séparées de cet auteur. Les libraires Claude Cellier et Jean Moreau possédaient alors en rayon un grand nombre de volumes des ouvrages publiés séparément. C'est finalement le libraire Pierre Ribou qui remporte l'affaire, peut-être avec l'aide de la veuve Le Noble. Ainsi en 1712, 1713, 1714, 1715, paraissent une collection de dix ou douze volumes, pour finir à dix-neuf volumes avec cette édition de 1718, la plus complète.












Le contenu des volumes de cette édition Pierre Ribou de 1718 est le suivant :

Tome I : Zulima, Mylord Courtenay, Ecole du Monde I et II.

Tome II : Ecole du Monde III à IX.

Tome III : Ecole du Monde X à XVI.

Tome IV : Ecole du Monde XVII à XXIV (et non XXII comme l'indique le titre).

Tome V : Histoire de Hollande I.

Tome VI : Histoire de Hollande II. Relation de l'état de Gennes. Abra-Mulé. Ildegerte.

Tome VII : Pierre de Touche Politique I à XI.

Tome VIII : Pierre de Touche Politique XII à XXII.

Tome IX : Pierre de Touche Politique XXIII à XXVIII. Fable du Rossignol. Midas. Renard au Trébuchet. Samaritaine. Paroli. Médaille retournée. Renard démarqué.

Tome X : Travaux d'Hercule I à XIII.

Tome XI : Travaux d'Hercule XIV à XXI. Esprit d'Esope (1694) I à IV.

Tome XII : Epicaris. Pazzi. Promenades I à VIII.

Tome XIII : Promenades IX à XXIII.

Tome XIV : Promenades XXIV et XXV. Contes et Fables. Traductions d'Horace. Epître morale à Damis. Fables LXXIII à LXXIV. Perse. Voyage de Falaize (début).

Tome XV : Voyage de Falaize (suite et fin). Aventures galantes (Avare généreux. Mort marié. Faux Rapt. Fausse comtesse d'Isamberg. Ecole des Sages I et II. Hérésie détruite (Charenton). Triomphe de Madame Deshoulières. Esope (début).

Tome XVI : Esope (suite et fin). Allée de la Seringue. Fradine. Epître morale à Damis. Sonnet à Mme de M. Sonnet contre l'amour. Sonnet pour l'aimable Philis. La rencontre amoureuse. Uranie (début).

Tome XVII : Uranie (suite et fin). Dissertation chronologique.

Tome XVIII : Esprit de David (début) [cette partie manque à notre exemplaire].

Tome XIX : Esprit de David (suite et fin). Nouvelle Traduction en vers des Psaumes de David.









L'étude matérielle de cette édition composite est d'un grand intérêt et recèle encore bien des mystères. Si tous les volumes portent la date de 1718 et l'adresse de Pierre Ribou, les tomes VII à IX possèdent des pages de titre "à la sphère" (avec les adresses fantaisistes) datées entre 1689 et 1692. La Relation de l'Etat de Gennes est quant à elle datée de 1716 (chez Pierre Ribou). Les tomes X et XI contenant Les Travaux d'Hercule et l'Esprit d'Esope sont quant à eux datés de 1708 à l'adresse Pierre du Marteau. Ces volumes sont-ils des anciens stocks d'impressions hollandaises récupérés par Pierre Ribou ? C'est fort probable. Concernant le plus gros des volumes, nous avons pu retrouver la trace d'un exemplaire d'un des volumes portant sur la page de titre une étiquette collée juste au dessus l'adresse de Ribou et indiquant "imprimé à Rouen et se vend à Paris chez Ribou". La plupart des volumes ont-ils été imprimés en 1718 à Rouen ? C'est donc probable. Cette imposante édition de 1718, bien que mal composée et mal rassemblée par l'éditeur, a le grand mérite d'exister et de donner au public un nombre important de titres de cet auteur. Encore faut-il dire que les exemplaires complets des 19 volumes sont des plus rares. Nous n'en n'avons pas trouvé d'exemplaires complets dans les collections publiques françaises. Certaines bibliothèques privées cataloguées au XIXe siècle la possède mais très rares sont celles qui la possède au complet.






La vie d'Eustache Le Noble est trop compliquée pour en faire ici le résumé, même à grands traits. Nous dirons simplement que Le Noble était né à Troyes en 1643 et qu'il est mort à Paris en 1711. Il est issu d'une honorable famille de robe de Champagne. Il rentre dans la catégorie des infatigables polygraphes. Le Noble a mené très tôt une vie dissolue qui l'a obligé de vendre sa charge de procureur général au parlement de Metz. Il est ruiné. Accusé de faux en écritures, il est enfermé à la conciergerie. Il s'en évade. Il se réfugie alors à l'étranger d'où il écrit et écrit encore libelles politiques et nouvelles historiques, etc. Il sera, jusqu'à la fin, poursuivi par la justice dans diverses affaires. Le Noble s'affiche anti-ultramontain, anti-orangiste et anti-protestant, pour la légitimité du souverain, la politique diplomatique et militaire de Louis XIV. Les premières publications, sous forme de dialogues, sont de petites brochures portant une adresse fictive Londres, Rome, Cologne Leyde etc. La première série intitulée Dialogues sur les affaires du temps paraît entre 1688 et 1690. À partir de janvier 1690, la parution devient mensuelle et le titre change en "La Pierre de touche politique, Dialogues dans la manière de Lucien, mais appliqués aux grands de la terre". Le 28e et dernier numéro paraît en novembre 1691. Bayle trouve dans ces textes « infiniment d’esprit et de lectures ». La prose en est claire, incisive, et fréquemment coupée par des vers qui ne sont pas sans mérite. Les Dialogues ou Pasquinades parurent anonymement entre 1688 et 1691, ce sont des dialogues satiriques entre deux personnages, Pasquin et Marforio. C'est Pasquin qui répond aux questions de Marforio sur la marche du monde.


Provenance : de la bibliothèque de M. Le Long maître des comptes avec son ex libris gravé armorié dans chacun des volumes. Sous cet ex libris il y a un autre ex libris armorié, probablement celui du père de M. Le Long maître des comptes (nous n'avons pas tenté de décoller le dernier exemplaire). Initialement l'ex libris était recouvert dans chaque volume par un papier vergé blanc ancien (XVIIIe s.) pour masquer la provenance (probablement au moment de la révolution). Ce papier blanc a été délicatement retiré dans chacun des volumes laissant apparaître désormais la provenance initiale (ex libris ci-dessus). 

Référence :  "Entre Pic et Rétif, Eustache Le Noble (1643-1711)", pp. 143-146 (Paris, Aux amateurs de livres, Diffusion Klincksieck, 1990) ; Le Bibliomane moderne, La Pierre de Touche Politique du sieur Eustache Le Noble, polygraphe de son état (1689-1692). 36 pages de titres "à la sphère armillaire" avec adresses de libraires fantaisistes. Etat des lieux (en ligne, septembre 2020).

Bel ensemble des plus rares en belle condition d'époque, bien qu'incomplet de l'avant-dernier volume (début de l'Esprit de David).

Prix : 2.500 euros