vendredi 2 décembre 2022

Gustave Flaubert. Madame Bovary, moeurs de province. Paris, imprimé pour la Société du Livre d'Art, par l'Imprimerie nationale, 1912. 52 eaux-fortes en couleurs par Henri Jourdain. Superbe exemplaire parfaitement établi par Joli fils en maroquin décoré et doublé.



FLAUBERT, Gustave. JOURDAIN, Henri (illustrateur).

Madame Bovary, mœurs de province. Eaux-fortes en couleurs de Henri Jourdain.

Paris, imprimé pour la Société du Livre d'Art, par l'Imprimerie nationale, 1912

1 volume in-4 (28,5 x 21,5 cm) de (8)-375-(1) pages. 52 eaux-fortes en couleurs tirées autour du texte en différentes tailles.

Reliure strictement de l'époque plein maroquin bleu nuit, dos à nerfs, caissons encadrés de filets dorés enchevêtrés, plats encadrés d'un large jeu de filets dorés entrecroisés, double-filet doré sur les coupes, doublures de maroquin havane encadrées d'un jeu de filets droits, gardes de tabis bleu nuit et de papier marbré, tranches dorées (reliure signée JOLY FILS). Superbe exemplaire très frais. Intérieur très frais avec les décharges habituelles en regard des eaux-fortes (assez peu prégnantes).



Nouvelle édition.

Tirage unique à 150 exemplaires seulement tous sur papier vélin de cuve filigrané au nom de la Société.

Celui-ci, un des 20 exemplaires réservés aux membres correspondants de la Société du Livre d'Art.













Il ne faut pas s'attendre à voir dans les illustrations de ce volume Madame Bovary ou les personnages du roman de Flaubert. En effet, Henri Jourdain (1863-1931) était un illustrateur et peintre spécialiste des paysages. Ce sont donc 52 vues de la nature, autant de petits tableaux très détaillés des environs de Rouen, des lieux même du roman qui se trouvent parsemés ici au fil des pages. L'ensemble est superbe et très original. Tout Madame Bovary est donc ici rejetée dans l'imagination du lecteur qui ne voir jamais figuré aucun personnage du roman.

"J'ai le regard penché sur les mousses de moisissure de l'âme. Il y loin de là aux flamboiements mythologiques et théologiques de Saint Antoine. Et de même que le sujet est différent, j'écris dans un tout autre procédé. Je veux qu'il n'y ait pas dans mon livre un seul mouvement, ni une seule réflexion de l'auteur." (Lettre de G. Flaubert à Louise Colet, 8 février 1852).

"Madame Bovary n'a rien de vrai. C'est une histoire totalement inventée ; je n'y ai rien ni de mes sentiments, ni de mon existence. L'illusion (s'il y en a une) vient au contraire de l'impersonnalité de l'œuvre. C'est un de mes principes, qu'il ne faut pas s'écrire. L'artiste doit être dans son œuvre comme Dieu dans la création, invisible et tout puissant ; qu'on le sente partout, mais qu'on ne le voie pas." (Lettre de G. Flaubert à Mlle Leroyer de Chantepie, 18 mars 1857).

La première édition en volume de Madame Bovary publiée en 1857 est aujourd'hui un des livres les plus recherchés de la littérature française du XIXe siècle.​


Superbe exemplaire en maroquin doublé de l'époque, condition la plus désirable.

Prix : 4.800 euros

jeudi 1 décembre 2022

Une aventure de Casanova illustrée par Sylvian Sauvage. Exemplaire réimposé in-4 (grand format) tiré à 75 exemplaires, avec les gravures en couleurs et une double suite et décomposition des couleurs. Très bel exemplaire dans une luxueuse reliure signée de l'époque.


CASANOVA, Giacomo. SylvainSAUVAGE, illustrateur.

UNE AVENTURE DE CASANOVA. Histoire complète de ses amours avec la belle C. C. et la religieuse de Muran. Compositions de S. Sauvage gravées avec la collaboration de E. Feltesse.

Se trouve, 16, rue Cassini [chez l'artiste], Paris, 1926

2 volumes réimposés in-4 (23,5 x 19,5 cm, le texte est justifié 14 x 7 cm, 156-(1) et 124-(2) pages, 33 compositions gravées dont 2 premiers plats de couvertures, 2 frontispices, 2 pages de titre, 13 hors-texte, 12 en-têtes et 2 culs-de-lampes tirés hors-texte. Les deux suites sont reliées à la fin de chaque volume.

Reliure de l'époque plein maroquin lie de vin, dos à quatre nerfs doubles, encadrement intérieur de maroquin de même couleur décoré d'un jeu de fers dorés rocaille, tête dorée, non rogné (reliure signée J. QUEREUIL). Fine reliure de l'époque en excellent état. Intérieur très frais.


Tirage à 543 exemplaires.

Celui-ci, un des 75 exemplaires sur papier d'Auvergne, le texte ayant été réimposé sur le format in-40 couronne, avec les gravures en couleurs, au repérage, contenant une suite de la décomposition des planches, la suite des planches en noir.


Sylvain Sauvage (1888-1948) excelle dans ce livre et donne toute la mesure de son talent. Superbe illustration Art Déco par un maître du genre qui illustrera Pierre Louÿs, le Marquis de Sade, Henri de Régnier, Voltaire, La Fontaine, Anatole France et bien d'autres encore. Les décors sont raffinés, les visages expressifs d'un simple trait, les scènes sont souvent joyeusement et délicatement érotiques, toutes de suggestion, sans avoir besoin de forcer jamais l'imagination.













Références : Carteret IV, 92 : "Édition recherchée et appréciée" ; Mahé I, 424. 

Ouvrage recherché de la période Art Déco.

Bijou bibliophilique ici dans le majestueux format in-4 et joliment relié à l'époque.















Très bel exemplaire.

Prix : 3.800 euros

Charles Maurras. Le beau jeu des reviviscences. Un après-midi d'hiver à Clairveaux. Gravure de Jean Traynier. 1952. Un des 6 exemplaires de tête sur Japon nacré. Superbe reliure signée Semet et Plumelle.


MAURRAS, Charles. TRAYNIER, Jean (illustrateur).

Le beau jeu des reviviscences. Un après-midi d'hiver à Clairveaux. Gravure de Jean Traynier. (avec un poème inédit imprimé en tête et intitulé "Aux Réviviscences, odelette").

A Paris, Pour un Groupe de Bibliophiles, s. d. (1952) [achevé d'imprimer le jour de l'Annonciation, vers le 25 mars 1952]

1 volume grand in-8 (26 x 17 cm) de 45-(1) pages. Frontispice gravé à la pointe sèche sur cuivre par Jean Traynier.

Reliure strictement de l'époque plein maroquin gris anthracite, dos lisse, titre doré en long, encadrement intérieur de même maroquin souligné de deux double-filets dorés, doublures et gardes de papier gris à motif, tranches dorées sur brochure, couverture conservée, étui bordé recouvert de papier granité et doublé de feutre (reliure signée SEMET ET PLUMELLE). Parfait exemplaire.


Edition originale.

Tirage à 187 exemplaires seulement.

Celui-ci, un des 6 exemplaires sur Japon nacré, premier papier.

Exemplaire auquel on a joint un tirage à part de la gravure sur Chine (reliée in in fine sous couverture imprimée). Le tirage relié en frontispice est sur Japon nacré.









Charles Maurras est né à Martigues le 20 avril 1868. Journaliste, essayiste, homme politique et poète français, membre de l'Académie française. Écrivain provençal appartenant au Félibrige et agnostique dans sa jeunesse, il se rapproche ensuite des milieux catholiques et antidreyfusards. Autour de Léon Daudet, Jacques Bainville, et Maurice Pujo, il dirige le journal L'Action française, fer de lance du mouvement homonyme, d’inspiration royaliste, nationaliste et contre-révolutionnaire qui devient le principal mouvement intellectuel et politique d'extrême droite sous la Troisième République. Sa doctrine prône une monarchie héréditaire, tout en se revendiquant antisémite, antiprotestante, antimaçonnique et xénophobe. Bien qu’antigermanique, il soutient le régime de Vichy, l'instauration d'une législation antisémite et la création de la milice. Poursuivant la publication de L'Action française sous l'occupation allemande, il réclame l'exécution de résistants. Arrêté à la Libération, il est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité et à la dégradation nationale en raison de ses articles. Il est gracié pour raisons de santé en mars 1952. Son parcours et sa pensée jouent un rôle important dans les courants de pensée de droite et d'extrême droite en France. Ses dernières années, passées en grande partie à la prison de Clairvaux, furent aussi l'occasion d'une introspection sur la question de la Résistance ou du traitement infligé aux Juifs pendant la guerre. Maurras meurt le 16 novembre 1952.

"Après qu’il a publié son second manifeste de demande de révision de son procès, Charles Maurras est gracié par le président Vincent Auriol, peu de temps avant sa mort. Après sa mise en liberté, l’écrivain peut abandonner le combat de sa libération, bien qu’il eût souhaité qu’il fût différent, et consacrer les derniers mois de sa vie à sa postérité littéraire, l’autre élément constitutif de la défense de son image. La survivance de la figure littéraire de Maurras permet d’objecter à l’image du politicien manipulateur, alors communément admise hors des cénacles militants, celle du poète, du doux félibre, amoureux du siècle classique compromis malgré lui dans les combats partisans. Nous avons vu cette dualité de postures antithétiques qui alimentait déjà les débats houleux de son procès. Malgré l’échec de cette première tentative de littérarisation, qui se conclut par sa condamnation à la prison à perpétuité abrogée en grâce médicale, le vieux Maître n’abandonne pas, tout au contraire, le combat de sa postérité d’homme de lettres, qu’il n’a eu de cesse de préparer en prison." (Julien Cohen. in Esthétique et politique dans la poésie de Charles Maurras. Littératures. Université Michel de Montaigne - Bordeaux III; Universitat de Barcelona, 2014).

Le beau jeu des reviviscences sont le recueil de ses pensées alors qu'un après-midi de l'hiver 1950-1951, il recevait ensemble, à Clairvaux, ses neveux, Mademoiselle Hélène Maurras et M. Jacques Maurras, qui sont aussi ses enfants adoptifs. Propos "aussi fidèlement rapportés que possible, ou à peu près "ont été les paroles du prisonnier" (imprimé au dernier feuillet du volume. Maurras revient sur ses jeunes années, ses souvenirs d'enfant, d'adolescent, sa vie à Martigues, des visages familiers, son père, etc.

Le frontispice de Jean Traynier montre Martigues, "la Venise de Provence" avec des barques au premier plan donnant sur l'étang de Berre. 







Superbe et précieux exemplaire parfaitement établi à l'époque par Semet et Plumelle du très rare tirage de tête sur Japon nacré.

Prix : 3.500 euros