mardi 23 juillet 2024

Histoire de Napoléon Buonaparte, depuis sa naissance, en 1769, jusqu'à sa translation à l'île Sainte-Hélène, en 1815. Par une société de gens de lettres. [Jean-Pierre GALLAIS]. A Paris, chez L. G. Michaud, imprimeur-libraire, 1817-1818 [i.e. 1814-1815-1818]. 4 volumes in-8. Reliure strictement de l'époque plein veau. Edition originale remise en vente avec de nouveaux titres et quelques additions et changements. Très bel exemplaire parfaitement conservé dans sa jolie reliure d'époque aux attributs de la révolution et de l'Empire. Ouvrage très peu commun complet de tous les volumes et en belle reliure de l'époque.


[Jean-Pierre GALLAIS]

Histoire de Napoléon Buonaparte, depuis sa naissance, en 1769, jusqu'à sa translation à l'île Sainte-Hélène, en 1815. Par une société de gens de lettres. [Histoire du 18 brumaire]. Bonaparte | Napoléon | Révolution | Empire.]

A Paris, chez L. G. Michaud, imprimeur-libraire, 1817-1818 [i.e. 1814-1815-1818]

4 volumes in-8 (21 x 13 cm) de CXX-106, 160 ; 176-[5 à 166] ; 610 et (4)-379-(1) pages. 4 portraits gravés au trait placés en frontispice de chaque volume (Bonaparte, Cambacérès, Fouché et Davoust). Collationné complet pour cette édition malgré la pagination anarchique (voir ci-dessous).

Reliure strictement de l'époque plein veau glacé granité caramel beurre salé, dos lisses ornés aux petits fers dorés spéciaux (attributs de la Révolution et de l'Empire), roulette dorée en encadrement des plats, roulette dorée en encadrement intérieur des plats, doublures et gardes de papier marbré coordonné à la marbrure des tranches. Très belle reliure restée fraîche malgré quelques légères éraflures sur les plats (peu visibles) et quelques coins frottés ou légèrement émoussés. Intérieur très frais.


Edition originale remise en vente avec de nouveaux titres et quelques additions et changements.

On lit dans une notice (Quérard) qu'il s'agit de la réunion, sans qu'il y ait eu réimpression, des cinq parties de l'Histoire du 18 brumaire" (parue entre 1814 et 1815 avec des volumes parus en 1817) de Jean-Pierre Gallais (et un anonyme pour la quatrième partie). Ce n'est cependant pas tout à fait exact. Nous avons pris le temps de bien comparer les deux ouvrages et si le texte est effectivement en grande partie celui de l'Histoire du 18 brumaire par Gallais, certaines parties ont été refaites comme l'introduction qui est de 120 pages. Les tables et les titres de certains chapitres ont également été changés. L'ouvrage s'achève avec la seconde abdication de Napoléon et son exil sur l'île de Sainte-Hélène. On trouve à la fin du dernier volume une série de pièces justificatives qui touchent aux années 1815 à 1817.







Ce livre doit être considéré comme un pamphlet, une histoire à charge de Napoléon Bonaparte depuis son accession au pouvoir jusqu'à sa chute. Jean-Pierre Gallais était né à Doué près de Saumur en 1756. D'abord religieux bénédictin, il professa la philosophie puis jeta son froc aux orties et devint un des soldats de la phalange de publicistes soudoyés par la cour pour la défense du trône et de l’autel. Il prit part à la rédaction du Journal général et publia plusieurs pamphlets, dont l’un, intitulé : Appel à la postérité sur le jugement du roi (1793), coûta la vie au libraire Weber et valut à Gallais quelques mois d’incarcération. Rendu à la liberté après le 9 thermidor, il fut l’un des rédacteurs de La Quotidienne et du Censeur des journaux, n’échappa que par la fuite à la proscription du 18 fructidor, recommença bientôt à écrire dans les feuilles royalistes, et eut, après le 18 brumaire, la direction du Journal de Paris, qu’il conserva jusqu’en 1811. Rallié à Bonaparte, il avait obtenu, en 1800, la chaire d’éloquence à l’Académie de législation. En 1809, il sollicitait, mais en vain, la place de censeur de la librairie. Après la deuxième Restauration, il devint le correspondant littéraire des empereurs d’Autriche et de Russie. Gallais fit partie de ses nombreuses girouettes qui tournèrent avec le vent. Si l'on se fie à la critique et aux bibliographes, les ouvrages historiques de Gallais, médiocres sous tous les rapports, pleins de passion et d’inexactitudes, n’ont eu qu’une vogue de parti. Néamoins pour avoir parcouru ces volumes il faut reconnaître à Gallais le mérite d'avoir réuni de nombreuses pièces intéressantes servant à l'histoire "partisane" de Napoléon Bonaparte et de l'Empire. Gallais meurt en octobre 1820 à l'âge de 64 ans. La biographie universelle de Michaud consacre un long article à ce publiciste laborieux.









Provenance : avec la signature de M. Coulon sur le premier volume et un numéro d'ordre (époque).

Ouvrage très peu commun complet de tous les volumes et en belle reliure de l'époque. Nous n'avons pas réussi à en localiser un seul exemplaire complet dans les bases de données en ligne (librairies).

Très bel exemplaire parfaitement conservé dans sa jolie reliure d'époque aux attributs de la révolution et de l'Empire.

Prix : 1.250 euros

lundi 22 juillet 2024

Casanova | Une Aventure d'Amour à Venise. Edition illustrée d'aquarelles originales de Gerda Wegener gravées sur bois par G. Aubert et à l'eau-forte en couleurs par André Lambert. Le Livre du Bibliophile, Georges Briffaut éditeur, Paris, s.d. (1925-1927). Exemplaire de la biliothèque de l'auteure romancière sulfureuse Renée Dunan (1892-1936), avec son ex libris saphique gravé. Rare et recherché.



CASANOVA DE SEINGALT | GERDA WEGENER, illustratrice | André LAMBERT, graveur

Une Aventure d'Amour à Venise. Edition illustrée d'aquarelles originales de Gerda Wegener gravées sur bois par G. Aubert et à l'eau-forte en couleurs par André Lambert.

Le Livre du Bibliophile, Georges Briffaut éditeur, Paris, s.d. (1925-1927)

1 volume grand in-4 (28 x 21,7 cm), broché de XIV-164-(3) pages. Avec 8 eaux-fortes en couleurs hors-texte gravées par André Lambert d'après les aquarelles originales de Gerda Wegener. Avec 27 bandeaux, lettrines et culs-de-lampe d'après les aquarelles de Gerda Wegener et gravées sur bois par G. Aubert. Couverture rempliée imprimée en noir, rouge et bistre avec une vignette gravée sur bois tirée en bistre (identique à la page de titre). Dos cassé, papier fort. Exemplaire qui mérite une reliure de qualité.

Premier tirage.

Tirage à 500 exemplaires dont 22 exemplaires sur Japon ancien, 25 exemplaires sur Japon impérial et 454 exemplaires sur vélin d'Arches.

Celui-ci, un des exemplaires hors-commerce marqué H.C. à la plume (réservés à l'artiste, à l'éditeur, et à leurs amis), tiré sur vélin d'Arches.

Exemplaire de la biliothèque de l'auteure romancière sulfureuse Renée Dunan (1892-1936), avec son ex libris gravé (voir photo ci-dessous).



Cet ouvrage est le dixième de la collection "Le Livre du Bibliophile" et a été achevé d'imprimer pour le texte et les bois par Coulouma, maître imprimeur à Argenteuil, H. Barthélémy étant directeur, le 11 janvier 1927. Maurice Alaterre, taille-doucier a tiré les eaux-fortes de février 1925 à janvier 1927. La préface est signée R. V.

Les exemplaires de tête possèdent en plus deux eaux-fortes dites découvertes (plus libres), qui ne se trouvent pas ici.

Certains exemplaires ont été brochés en deux volumes, sans doute pour palier à l'épaisseur du papier vélin d'Arches qui rend le brochage en un seul volume très fragile.








"The prolific Paris-based publisher Georges Briffaut knew a good and marketable illustrator when he met one, and following the success of Les délassements de l’Éros he commissioned Gerda Wegener to produce illustrations for a luxury edition of the selected memoirs of one of the most infamous lovers of all time, Giacomo Casanova, Chevalier de Seingalt (pronounced Saint-Galle in the French fashion) – after his exile from Venice to France in 1757 he often signed his works Jacques Casanova de Seingalt. Gerda produced ten finely-detailed paintings which were beautifully rendered and embellished by master engraver André Lambert. All but the most costly 25 copies included just eight of the ten illustrations." (HonestErotica)

Le prolifique éditeur parisien Georges Briffaut, après le succès des délassements de l'Éros, chargea Gerda Wegener de réaliser des illustrations pour une édition de luxe des mémoires de l'un des amants les plus célèbres de tous les temps, Giacomo Casanova, chevalier de Seingalt, après lors de son exil de Venise en France en 1757, il signa souvent ses œuvres Jacques Casanova de Seingalt. Gerda Wegerner a réalisé dix peintures finement détaillées qui ont été magnifiquement rendues et embellies par le maître graveur André Lambert. Tous les exemplaires, sauf les plus chers, ne comprenaient que huit des dix illustrations. Une aventure d'amour à Venise a été publiée dans un tirage limité et numéroté à 500 exemplaires, dont 25 comprenaient une série distincte d'illustrations en état préparatoire et les dix premiers tableaux originaux.

Le texte est extrait des mémoires de Casanova décrivant sa relation avec « MM », une religieuse du couvent de Murano.










Cette édition est magnifiquement illustrée par Gerda Wegener, utilisant probablement sa femme, Lili Elbe comme modèle. Gerda Wegener (1886-1940) était une artiste danoise travaillant dans les styles Art déco et Art nouveau, connue pour ses représentations érotisées de femmes, sa reconsidération pionnière du regard féminin dans le portrait et ses arrière-plans étonnamment décadents qui sont bien illustrés ici. En 1925, Wegener a représenté la France à l'exposition universelle de Paris où elle a reçu deux médailles d'or et une de bronze. Gerda Wegener était marié à sa collègue artiste Lili Elbe (ils s'étaient rencontrés à l'Académie royale des beaux-arts du Danemark à Copenhague). Les deux ont vécu à Paris à partir de 1912, où Elbe était l'un des modèles les plus fréquents de Wegener. Elbe est également connue pour avoir été l'une des premières personnes "transgenre" à avoir subi une chirurgie de réassignation sexuelle et comme le sujet du roman The Danish Girl de David Ebershoff et du film de 2015 du même nom.

Provenance : exemplaire provenant de la bibliothèque de l'auteure Renée Dunan (1892-1936) avec son très bel et grand ex libris érotique saphique gravé (un des deux modèles connus de ce type) réalisé à la gravure au sucre (voir photo). Cette provenance est d'autant plus intéressante dans ce volume illustrée par Gerda Wegener, femme libre s'il en était. Renée Dunan a écrit : « Il faut oser dire n'importe quoi ! La morale est ailleurs que là où on l'imagine. » et aussi : « Qu'est-ce qu'un homme ? une virilité.. Mais combien faut-il de temps pour qu'une femme habile fasse de la plus fière des verges mâles... un chiffon ? ». Certaines sources indiquent que Renée Dunan aurait pu être un homme ... un certain Georges Dunan ou plutôt Georges Dunan aurait été son mari et aurait usurpé son identité pour publier des ouvrages sous son som après sa mort. En résumé René/Georges Dunan reste un mystère ! Etait-il un homme ? Etait-il une femme ? ... ce qui changerait bien des choses ! quant à l'interprétation de son œuvre littéraire. Tout semble encore à ce jour très flou dans sa biographie, même si depuis quelques années les choses avancent bien sur son histoire littéraire tant que personnelle. Cet ex libris saphique à son nom ajoute au mystère et sa rareté fait qu'on ne l'a pas encore rencontré ailleurs que sur ce volume ... qui trouvait parfaitement et logiquement sa place dans sa bibliothèque dont on ne sait rien. On connait un autre ex libris saphique de taille similaire et réalisé également grâce à la technique dite de "gravure au sucre" (il était apposé sur un volume du Dialogues des Courtisanes de Lucien illustré par Emile Berchmans (Edition Boudet, Librairie Lahure, Paris, s.d. (vers 1900), volume que nous avons eu également dans notre librairie). 

Un des ouvrages parmi les plus recherchés de cette illustratrice emblématique de la période Art Déco.

Provenance (Renée Dunan) des plus intéressantes qui soit pour ce titre très recherché des bibliophiles.

VENDU

samedi 20 juillet 2024

Les Dames Galantes de Brantôme, illustrées de 44 par Raoul Serres (1940-1945) dont 4 planches refusées réservées aux exemplaires de tête. Exemplaire enrichi des 4 aquarelles originales pour les 4 planches refusées et une aquarelle originale pour un frontispice. Avec suite en noir. Bel exemplaire.


Aquarelle originale signée


BRANTÔME, (Pierre de Bourdeilles, dit) | Raoul SERRES, illustrateur

Les Dames Galantes de Pierre de Bourdeille, Seigneur de Brantôme. Aquarelles de Raoul Serres.

La Belle Edition, Paris, s.d. (vers 1940)

2 volumes in-4 (24,7 x 19,2 cm) brochés de 271-(2) et 258-(3) pages. Avec 40 aquarelles de Raoul Serres dont 2 frontispices et 38 compositions dans le texte, le tout colorié au pochoir par les ateliers Beaufumé. Etuis et emboîtages cartonnés de l'éditeur (légères usures). Volumes parfaitement conservés. Le brochage du deuxième tome est distendu. Ensemble frais.

Nouvelle édition illustrée.

Tirage à 1200 exemplaires tous sur vélin de Lana.

Celui-ci, un des exemplaires de tête accompagnés d'une suite en noir de toutes les illustrations de Raoul Serres y compris les 4 planches refusées réservées aux 150 premiers exemplaires en deux états (en noir et en couleurs).

Exemplaire unique auquel on a ajouté les 4 aquarelles originales définitives pour les 4 planches refusées (planches plus libres).

Avec l'aquarelle originale définitive pour le frontispice du premier volume. Soit un ensemble de 5 aquarelles originales signées.


Aquarelle originale signée

Cette "Belle édition" a été publiée sous la direction de Robert Meiffredy et a été tirée sur les presses de l'imprimerie Durand, à Chartres (Blin, Directeur), pour la typographie, et les aquarelles ont été reproduites par Duval et coloriées à la main (pochoir) dans les ateliers de Maurice Beaufumé.

On ne présente plus ce texte classique divisé en sept discours comme suit : Discours premier : Sur les dames qui font l'amour, et leurs maris cocus. Discours deuxième : Sur le sujet qui contente plus en amours ou le toucher, ou la vue, ou la parole. Discours troisième : Sur la beauté de la belle jambe et la vertu qu'elle a. Discours quatrième : Sur l'amour des dames vieilles et comme aucunes l'aiment autant que les jeunes. Discours cinquième : Sur ce que les belles et honnêtes dames aiment les vaillants hommes, et les braves hommes aiment les dames courageuses. Discours sixième : Sur ce qu'il ne faut jamais parler mal aux dames et la conséquence qui en vient. Discours septième : Sur les femmes mariées, les veuves et les filles, à savoir desquelles les unes sont plus chaudes à l'amour que les autres. La langue de Brantôme avait le sel d'une langue propre à décrire les jeux de l'amour. « Toute belle femme s'estant une fois essayée au jeu d'amour ne le désapprend jamais ». (« Les vies des dames galantes »). « Si tous les cocus et leurs femmes qui les font se tenoyent tous par la main et qu'il s'en pust faire un cerne, je croy qu'il seroit assez bastant pour entourer et circuire la moitié de la terre ». (« Les vies des dames galantes »). En 1584, à l'âge de 44 ans environ, Brantôme perdit son maître François d'Alençon, duc d'Anjou, héritier éventuel de la couronne de France. Il allait trahir son roi, quoi qu'il en eût dit, et passer au service de l'Espagne quand une vilaine chute de cheval le contraignit à l'immobilité deux années dans sa propriété. Ainsi il se retira « perclus et estropié » de la cour et « songea à ses amours et aventures de guerre, pour autant se contenter ». Il dicta ses mémoires aux frères Matheaud et rassembla des poèmes pétrarquisants. Ainsi pendant les trente dernières années de sa vie, Bourdeille se retira dans ses terres, partagea son temps entre sa maison de Bourdeilles, l'abbaye de Brantôme, le château de la Tour-Blanche et sa dernière demeure de Richemont. Il se consacra alors à l'écriture et expia ainsi une vie passablement agitée, vagabonde et amoureuse. Il écrivit, comme en se jouant, les Mémoires qui l'ont immortalisé. Ses mémoires souvent légers, plaisent surtout par leur style sans artifices. La Vie des Dames Galantes est la partie la plus légère de son oeuvre. Ses écrits ne furent publiés, de manière posthume, qu'en 1655 pour la première fois, dans une édition imparfaite et incorrecte. Il faudra attendre le XVIIe siècle pour que sa réputation ne s'étende (Edition de Leyde, chez Jean Sambix, 1665-1666, en 9 volumes, réédités en 1722 chez Jean Sambix le jeune. Il y a eu des éditions en 1740, puis encore en 1779. La première édition scientifique sera donnée en 1822 par Monmerqué puis en 1858 (terminée en 1895 en 13 volumes dans la Bibliothèque Elzévirienne) par Louis Lacour.


Aquarelle originale signée



Aquarelle originale signée



Aquarelle originale signée





"Peu d’écrivains, sans doute, ont aimé les femmes autant que notre abbé commendataire, leur chair blanche, leur bouche, leurs jambes. Aucune limite n’est pour lui concevable au déduit. Il semble qu’il ne peu pas s’arrêter de parler de l’amour, de l’amour physique ; il en fait d’ailleurs la démonstration à la fin de maints paragraphes en s’exclamant qu’il en a assez dit, qu’il lui faut s’arrêter, que trop, c’est trop ; mais il ne le peut et il en rajoute : encore une histoire de lit, encore une anecdote grivoise ! Pour lui, l’amour et le désir commandent tout : « Il n’y a de loi qu’un beau cul ne renverse ! » " (Madeleine Lazard)








Belle édition dont les exemplaires de tête avec suite, planches refusées et aquarelles originales doivent être recherchés par les bibliophiles avisés.

Prix : 1.800 euros

jeudi 4 juillet 2024

Oeuvres diverses du Sieur D * * * avec le Traité du Sublime ou du Merveilleux dans le Discours, traduit du Grec de Longin. A Paris, chez Claude Barbin, 1674 [de l'imprimerie de Denys Thierry]. Edition en grande partie originale. Très belle impression en caractères italiques avec de nombreux ornements gravés. Bel exemplaire de cette importante édition dans le format in-quarto.


Sieur D *** [Nicolas BOILEAU DESPREAUX]

Oeuvres diverses du Sieur D * * * avec le Traité du Sublime ou du Merveilleux dans le Discours, traduit du Grec de Longin.

A Paris, chez Claude Barbin, 1674 [de l'imprimerie de Denys Thierry]

2 parties en 1 volume in-4 (25,2 x 18,3 cm | Hauteur des marges : 245 mm) de (6)-178-(2) et (12) puis paginé de (3) à 102-(10) pages, dont un frontispice gravé par P. Landry pour la première partie et un autre frontispice dessiné et gravé en 1674 par François Chauveaau (placé en regard du Traité du Sublime). Collationné complet. Léger grattage sur le titre.

Reliure plein maroquin janséniste vert sombre, dos à nerfs, toutes tranches dorées, dentelle dorée en encadrement intérieur des plats, doublures et gardes de papier marbré (reliure exécutée dans le courant du XXe siècle). Excellente reliure de belle facture pourtant non signée. Dos passé, intérieur très frais (exemplaire légèrement lavé conservant toute la beauté du tirage et le velouté du papier).


Edition en grande partie originale.

C'est la première édition de Boileau à porter le mot Oeuvres sur le titre. Elle contient 9 satires, 4 épitres, l'Art poétique en vers, les quatre premiers chants du Lutrin et le Traité du Sublime et du Merveilleux dans le discours, traduit du grec de Longin, suivi de Remarques. Avec des tables. 

Cette édition contient également un Avis au lecteur et une Préface au Traité du Sublime. Notre exemplaire est bien complet des deux extraits du privilège (le premier placé après la page 178 et le second placé à la fin du volume après la table, dans les deux cas la date d'achevé d'imprimer pour la première fois est celle du 10 juillet 1674. On sait par la mention au verso du tout dernier feuillet que ce volume sort des presses de Denys Thierry, imprineur rue Saint Jacques à l'Enseigne de la Ville de Paris.









Très belle impression en caractères italiques avec de nombreux ornements gravés.

La publication des Satires de Boileau en 1666 fit scandale. Jeune, peu connu, vivant encore dans l’ombre de son frère Gilles, le poète voulut faire une irruption fracassante dans la République des Lettres. L’émotion publique qu’il suscita fut à la hauteur de ses espérances. Elle devait durer jusqu’à sa mort, entretenue par les éditions successives de ses œuvres et notamment par les Satires X et XII. La Satire X contre les femmes, publiée en 1694, déchaîna un tollé. Quant à la Satire XII sur l’équivoque, œuvre testamentaire, écrite dans les années 1705-1710 et dirigée contre les jésuites, elle fut tout simplement interdite de publication par Louis XIV. La Querelle des Satires pose la question de la possibilité de dire ce qu’on pense être la vérité dans un environnement qui n’est pas prêt à l’entendre par peur et lâcheté, par paresse ou par habitude du mensonge et de la flatterie. C’est pourquoi entre la Querelle du Cid, celle de L’École des femmes, celle des deux Phèdre et celle des Anciens et des Modernes, il faut faire toute sa place à la Querelle des Satires de Boileau, qui d’ailleurs prit part à des degrés divers à toutes les autres querelles. Avec une rare audace au début du règne de Louis XIV, il s’érige en moraliste brusque et péremptoire ; mais plus encore, il se pose en censeur des Lettres, en régent du Parnasse, en nouvel Aristarque. Il fait le tri entre ceux qu’il juge les bons et les mauvais poètes, culbutant sans ménagement nombre d’écrivains qui pensaient pouvoir jouir d’une notoriété tranquille, honorable et sempiternelle. Boileau eut la chance, au milieu des émotions publiques qu’il déchaîna, de pouvoir étayer sa poétique sur les chefs-d’œuvre de Corneille, de Molière et de Racine (voir Nicolas Boileau et la Querelle des Satires par Pascal Debailly in Littératures classiques 2009/1 (N° 68), pages 131 à 144).





Le Lutrin est une célèbre parodie épique de Nicolas Boileau, sous-titrée « poème héroï-comique ». Tandis que les quatre premiers chants en sont antérieurs à l'Art poétique, puisque publiés entre 1672 et 1674, les deux derniers chants en virent le jour en 1683. Tout d’abord intitulé « poème héroïque » (épopée), Boileau y substitua le sous-titre de « poème héroï-comique » en 1698, sur les conseils de ses amis. Son élaboration semble due à une gageure : Boileau aurait cherché à démontrer la possibilité de faire une épopée sur des sujets aussi minces soient-ils (en l’occurrence une dispute entre un trésorier et un chantre du chapitre). Le caractère parodique de l’œuvre est à entendre dans un tout autre sens que pour le Virgile travesti par exemple. Au contraire de Scarron, Boileau ne cherche en effet pas à détourner un sujet sérieux, mais au contraire à bâtir une œuvre sérieuse sur un sujet insignifiant. S’il n’en détourne pas moins quelques canons épiques, en donnant par exemple à son poème un titre évoquant un meuble, en parodiant le fameux cano de l'Énéide de Virgile, en mettant en scène des personnages sans noblesse et des allégories pour le moins originales, comme la Mollesse, il ne sombre jamais dans le grotesque baroque. Critique, le Lutrin l’est aussi : Boileau n’y cache pas sa volonté de moquer quelques œuvres à succès de son temps, mais qu'il n'apprécie pas, comme le Cyrus et la Clélie de Madeleine de Scudéry et d’attaquer « l’abus de l’allégorie, de la mythologie », « le goût du siècle pour l’emphase et le ton ampoulé ».

On chercherait vainement ailleurs tout ce qu'on peut trouver de travers chez l'homme dans les vers de Boileau.

"De tous les animaux qui s'élèvent dans l'air, qui marchent sur la terre, ou nagent dans la mer, de Paris au Pérou, du Japon jusqu'à Rome, le plus sot animal, à mon avis, c'est l'Homme." (début de la Satire VIII).

"Avant donc que d'écrire, apprenez à penser. Selon que notre idée est plus ou moins obscure, L'expression la suit, ou moins nette, ou plus pure. Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément." (Chant I de l'Art poétique, extrait)

Bel exemplaire de cette importante édition dans le format in-quarto.

Prix : 2.500 euros