vendredi 3 décembre 2021

Vincente Blasco-Ibanèz. Sonnica la courtisane (1928). 60 eaux-fortes par Maurice de Becque. Tirage à 200 exemplaires sur vélin pur fil.

VICENTE BLASCO-IBANEZ (texte traduit de l'espagnol par Jean Carayon) / Maurice DE BECQUE, illustrateur.

SONNICA LA COURTISANE. Ouvrage illustré de soixante eaux-fortes en couleurs de MAURICE DE BECQUE.

A Paris, chez Maurice de Becque, peintre-graveur, 1928

1 volume grand in-4 (28,5 x 23 cm), broché, couverture crème imprimée or, (4)-IV-313-(5) pages. 60 eaux-fortes en couleurs dont 12 hors-texte et 48 vignettes dans le texte (mi-page, culs-de-lampe, bandeaux). Très bon état. Brochage solide.

Édition bibliophilique imprimée à seulement 270 exemplaires.

Celui-ci, un des 200 exemplaire sur vélin pur fil Lafuma.

Les eaux-fortes ont été imprimées par Monnard, imprimeur en taille-douce à Paris. Seuls les exemplaires de tête possèdent une suite de 6 planches libres tirées en camaïeu (qui ne se trouve pas ici).










Sonnica la cortesana (Sonnica la courtisane) a paru pour la première fois en 1901. Vicente Blasco Ibáñez est né à Valence en Espagne en 1867 dans une famille bourgeoise. Il publie son premier livre en 1887 : Fantasías. Il fonde dans le même temps différents journaux républicains et révolutionnaires. Contraint à l'exil il rejoint Paris en juillet 1890 où il rencontre les naturalistes. Amnistié il rentre en Espagne en 1891. Entre 1892 et 1893 ses activités politiques lui valent d'être emprisonné. Empreint de naturalisme et d'analyse sociale il publie successivement : Arroz y Tartana (1894) ; Flor de mayo (Fleur de mai) (1895) ; La Barraca (Terres maudites) (1899) ; Entre naranjos (Dans les orangers) (1900) ; Sonnica la cortesana (Sonnica la courtisane) (1901) ; Cañas y Barro (Boue et roseaux) (1902). En 1897 il a été banni de la ville de Valence et rejoint Madrid. Il voyage beaucoup entre l'Espagne, Paris et l'Argentine. Il meurt dans sa villa de Menton en janvier 1928. Conformément à sa volonté, sa dépouille reviendra à Valence en 1933, après la proclamation de la République. À l’avènement du franquisme, ses livres seront interdits, ses biens saisis et sa famille persécutée.

Cette édition d'artiste due au talent de Maurice de Becque est un hommage à l'écrivain espagnol. Le récit de Sonnica la courtisane se passe au temps d’Hannibal (vers 219-218 av. J.-C.), à Sagonte, près de Valence. Un récit remplit de guerres ... et d'amour !




Références : Carteret, Trésor du bibliophile, IV, p. 73 : "“Edition recherchée et cotée”" ; Benezit I, p. 955 ; Dutel, Bibliographie des ouvrages érotiques publiés clandestinement en français entre 1920 et 1970, n°2423 (pour les planches libres).

Très bon exemplaire de cet illustré moderne remarquable.

Prix : 650 euros









jeudi 2 décembre 2021

Gabriel Bonnot de Mably. Entretiens de Phocion sur le rapport de la morale avec la politique. Traité utopiste sur l'égalité et la justice sociale (1783). On y trouve les prémisses des théories pré-communistes. Bel exemplaire finement relié à l'époque.

MABLY (Abbé Gabriel Bonnot de)

ENTRETIENS DE PHOCION, SUR LE RAPPORT DE LA MORALE AVEC LA POLITIQUE. Traduits du grec de Nicoclès, par M. l'abbé Mably.

Se trouve à Paris, chez Bailly et Lamy, 1783. De l'imprimerie de Benoît Morin, rue St-Jacques.

3 volumes in-18 (128 x 80 mm) de LVIII-(2 bl.)-132 pages ; (4)-(2 bl.)-128 pages et (6)-paginé 129 à 260.

Reliure strictement de l'époque plein veau blond glacé, dos lisses ornés aux petits fers dorés, pièces de titre et tomaison de maroquin havane, tranches dorées, triple-filet doré en encadrement des plats, roulette dorée en encadrement intérieur des plats, doublures et gardes de papier à la colle rose. Reliures très bien conservées restées très fraîches. A noter une légère éraflure sur un plat et quelques légers frottements, petit manque au bas d'un mors et à un coin, sans gravité. Intérieur très frais, imprimé sur beau papier fort.

Nouvelle édition.


La première édition de ce traité utopiste sur l'égalité et la justice sociale a paru en 1763 (1 vol. in-12). C'est un des plus importants ouvrages de l'abbé Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785). Historien, philosophe moral et politique, Mably, qui était le frère de Condillac, donne ici sous la forme fictive d'un dialogue entre Phocion (Mably lui-même) et Aristias (le marquis de Chastellux - cette hypothèse est parfois remise en question), développe l'idée suivant laquelle le bonheur des nations est fondé sur le progrès des mœurs et non sur le progrès technique. Mably prône le mépris des richesses et une société égalitaire que le politique doit s'attacher à rendre vertueuse. On y trouve les prémisses des théories pré-communistes développées plus tard dans De la législation (1776).





Dans cette nouvelles édition, de belle facture, il est curieux de noter que le titre du premier volume ne porte aucune tomaison alors qu'il se termine bien par les mots "Fin du tome premier". Les deuxième et troisième tomes sont en pagination continue (on trouve ainsi souvent cet ouvrage relié en 2 volumes seulement, mais c'est bien trois pages de titre qu'il faut). Par ailleurs, autre curiosité, nous avons trouvé trace d'un exemplaire relié en 2 volumes par Derome avec l'adresse de Bailly sur les titres mais sortant de l'imprimerie de Didot (exemplaire sur vélin), voir Bulletin de la librairie Morgand et Fatout, n°11.490 (maroquin vert de Derome, 2 vol., 200 francs). Il en existait au moins six exemplaires imprimés sur peau de vélin et référencés par Van Praet (n°29 du catalogue Van Praet - ex. de la bibliothèque privée de Louis XVI - Mc-Carthy - Bibliothèque de M. R. Paris - un autre d'une bibliothèque vendue en 1809 - etc).

Références : Tchemerzine-Scheler IV, 249b ; INED, 2992 ; Cioranescu, 41171. (Première édition).


Provenance : de la bibliothèque d'Etienne de Canson avec son ex libris, de la bibliothèque du château de la Rivoire (Ardèche - Vivarais). Etienne de Canson est né le 9 août 1805 à Vidalon (Davézieux selon une autre source - Ardèche) et mort le 26 septembre 1860 à Vanosc (château de la Rivoire). Son nom complet est Barou de la Lombardière de Canson. Son père, industriel et inventeur, Étienne Barou de la Lombardière de Canson, est le fils de Barthélemy Barou de la Lombardière. Anne Jacques Barthélemy Barou de Canson de la Lombardière, qui tenait le mas de Vanosc de ses ancêtres, le laissa lors de son décès à son fils Étienne de Canson, pour lui faciliter l'administration des papeteries de Vidalon, immédiatement contiguës. Marié le 30 vendémiaire an VII (21 octobre 1798) avec Alexandrine de Montgolfier, Anne Jacques Barthélemy Barou de Canson devient ainsi le gendre d'Étienne de Montgolfier. La mort de son beau-père mit Etienne de Canson à la tête des usines de fabrique de papier de Vidalon, qu'il sut porter à un très haut degré de prospérité en y apportant de nouvelles améliorations. Nommé Pair de France le 11 octobre 1832 par Louis-Philippe, il siégea parmi les partisans du gouvernement jusqu'à la révolution de février 1848.




Bel exemplaire très bien conservé dans de jolies reliures de l'époque et de provenance intéressante.

Prix : 950 euros

mercredi 1 décembre 2021

Gabriel Legouvé. Le mérite des femmes et autres poésies (1825). Très beau spécimen de reliure romantique décorée dans le goût de Thouvenin, Duplanil ou Simier (peut-être de l'atelier de Janet, libraire et relieur). Superbe.

LEGOUVE (Gabriel).

Le mérite des femmes, et autres poésies, par Legouvé. Nouvelle édition augmentée de poésies inédites.

Paris, Louis Janet, 1825

1 volume in-18 (13,8 x 8,8 cm) de (6)-xvi-282-(2) pages. Les feuillets vii-viii et ix-x de l'éloge de Legouvé ont été oubliés par le relieur. Vignette gravée sur acier par Rouargue sur le titre frontispice. 5 gravures sur acier hors-texte d'après Devéria et gravées par Lecomte et Bonvoisin.

Reliure strictement de l'époque plein veau aubergine, dos à faux-nerfs orné aux petits fers et filets dorés et à froid, plats ornés d'encadrements dorés et à froid avec plaque centrale dorée, tranches dorées, encadrement intérieur composé d'un filet doré et d'une roulette grecque à froid, charnières en veau de même couleur. Etui de papier marbré coordonné au papier des doublures et gardes de la reliure, emboîtage de même. La reliure a été parfaitement conservée par son étui cartonné d'origine et conservé en très bon état. La reliure n'est pas signée mais correspond aux meilleures productions d'un Thouvenin, d'un Duplanil ou d'un Simier (la reliure pourrait sortir de l'atelier de reliure de Janet qui possédait son propre atelier de reliure en plus d'être libraire). Rousseurs plus ou moins importantes selon les feuillets. Une tâche dans la marge intérieure de quelques feuillets. Exemplaire imprimé sur papier vélin.

Véritable best-seller de la période romantique, Le mérite des femmes contient diverses poésies et des notes.

Ce petit ouvrage purement romantique a souvent été bien relié à l'époque, fidèle compagnon des jeunes femmes et jeunes filles de bonne famille. Les exemplaires parfaitement conservés tels que celui-ci méritent d'être recherchés.

Provenance : de la bibliothèque A. Vautier avec son ex libris en couleurs (photo). La bibliothèque d'Antoine Vautier, spécialisée en littérature et belles reliures, a été vendue entre 1971 et 1977. Antoine Vautier fut secrétaire-adjoint des la Société des Cent Bibliophiles.










Très beau spécimen de reliure romantique.

Prix : 850 euros

mardi 30 novembre 2021

Binet-Sanglé. La Folie de Jésus (1910-1915). 4 volumes in-8. La Bible de la folie de Jésus ! Ensemble complet des 4 volumes parus. Le quatrième volume est de la plus grande rareté. Bon exemplaire.

BINET-SANGLÉ (Docteur).

LA FOLIE DE JÉSUS. Son hérédité, sa constitution, sa physiologie (tome I). Ses connaissances, ses idées, son délire, ses hallucinations (tome II). Ses facultés intellectuelles, ses sentiments, son procès (tome III). Sa morale, son activité, diagnostic de sa folie (tome IV et dernier).

Paris,  A. Maloine, 1910-1912 (tome I à III).

Chez l'auteur, à Alger, 1915 (tome IV).

4 forts volumes in-8 (21,5 x 15,5 cm environ) de XXI-372, XI-516, XII-537-(2) et XII-489-(2) pages. Les tomes I, II et III sont brochés. Le tome IV et dernier est relié demi-basane rouge de l'époque. Les volumes brochés sont en bon état avec quelques usures d'usage aux couvertures, le papier est parfois jauni avec quelques rousseurs. Les brochages restent solides. Le tome IV et dernier est imprimé sur un papier qui a jauni (reste très acceptable) et la reliure de ce dernier volume présente quelques usures (épidermures) et est mal tomé (tome 3). Le tome II est imprimé sur papier glacé au kaolin (meilleur papier). Le tome I porte sur la couverture la mention de "troisième édition, revue et augmentée" et de "sixième mille". Le tome II porte sur la couverture la mention de "cinquième mille" (mention de "quatrième mille" sur la page de titre). Le tome III ne porte aucune mention d'édition. Le tome IV et dernier ne porte aucune mention d'édition.

Edition en grande partie originale.

Seul le tome I est en troisième édition "corrigée et augmentée" (édition définitive). Les autres volumes sont en édition originale avec mention de tirage uniquement pour le tome II.

Le tome IV et dernier, publié à compte d'auteur alors que Binet-Sanglé se trouve à Alger, est de la plus grande rareté.

Que dire de cet ouvrage si ce n'est que c'est sans aucun doute le plus fou jamais écrit sur Jésus ou plutôt sur Ieschou bar-Iossef le galiléen, dénommé roi des juifs et auto-proclamé fils de dieu, prophète et visionnaire apocalyptique ? La Folie de Jésus du docteur Binet-Sanglé ce n'est pas moins de trois mille six cent grammes de recherches folles au sujet d'un fou tel que nous le décrit l'auteur. Depuis la constitution physique de Jésus, l'histoire de son nom, ses frères, ses sœurs, ses particularités physiologiques, ses connaissances, ses délires, ses hallucinations, ses facultés intellectuelles, ses sentiments, son procès, et enfin son parcours de prophète et un diagnostic psychiatrique posé sur l'homme Jésus, tout concourt, selon Binet-Sanglé, à faire de Ieschou bar-Iossef alias Jésus de Nazareth, l'un des plus grands, sinon le plus grand, psychotique, névrosé, psychopathe et dégénéré qu'aura vu naître toute la chrétienté. S'appuyant sur des éléments scientifiques qu'il décortique et mélange à l'envie, Binet-Sanglé par loin, très loin, dans les confins de la folie humaine qu'il semble maîtriser à la perfection.

Que retenir de ce monument d'anti-religion pseudo-scientifique (ou pas) ? Que penser de son auteur ?

Charles Binet-Sanglé est né à Clamecy dans le département de la Nièvre en 1868. Admis à l'école du service de santé militaire de Lyon le 24 octobre 1889, Il soutient sa thèse de médecine, consacrée à la médecine légale, en 1892 à la faculté de Lyon sous la direction du professeur Alexandre Lacassagne, médecin qui fonde en France l'anthropologie criminelle, directeur des Archives d'anthropologie criminelle et qui occupait depuis 1878 la chaire de médecine légale de la Faculté de médecine de Lyon. Considéré comme un esprit brillant par ses supérieurs, il ne fait guère montre de l'esprit militaire qu'il aurait du avoir, et son anticléricalisme lui est très souvent reproché. De médecin stagiaire en 1892, il est ensuite employé à l'hôpital Bégin de 1907 à 1912 (date de la publication des trois premiers tomes de sa Folie de Jésus). Il sert ensuite en Algérie puis en Egypte. Passé médecin-chef en 1916 (hôpital de Salonique de l'armée d'Orient), puis nommé à Rabbat (Maroc) en 1918, il est affecté ensuite à nouveau à l'hôpital Bégin à Paris en avril 1919 où il occupe le poste de médecin-chef. Il devient médecin-principal de Paris en 1924. On lui doit de nombreux articles scientifiques concernant la psychologie et l'anthropologie. Il s'est fait remarqué bien évidemment par cette monumentale Folie de Jésus qui lui valut un succès de scandale. Les milieux conservateurs et cléricaux (et scientifiques) se liguèrent contre lui et firent en sorte de réduite la portée de ses travaux scientifiques. Binet-Sanglé, tout comme Freud à la même époque, expliquait le besoin de religion comme un signe pathologique. La Folie de Jésus est une mise en application scientifique des théories rationalistes en vertu desquelles tout abandon de sa puissance individuelle à une « croyance » est le symptôme d'une pathologie d'ordre physiologique. Dans Le Haras humain (édition originale de 1918, Albin Michel), il développe une théorie anthropologique mondiale qui s'appuie sur la nécessité d'une éducation nouvelle fondée sur une sélection des individus présentant le meilleur potentiel relativement à leur rôle social futur. L'éducation et l'enseignement qui sont envisagés pour le « haras humain » s'inspirent très directement des principes pédagogiques de Paul Robin, pédagogue et chef de file du courant néo-malthusien en France, auquel Le Haras humain se réfère très explicitement. Influencé par l'hygiénisme et l'anthropologie criminelle (en particulier l'école de Lyon dont le chef de file était Alexandre Lacassagne), défenseur résolu des idées néomalthusiennes, Binet-Sanglé peut, à ce titre, être rattaché à la LRH (la Ligue de Régénération humaine fondée par Paul Robin) et à l'eugénisme élitiste qu'elle défendait. Étant proche des idées émancipatrices des néomalthusiens, notamment au sujet de la limitation des naissances, il prend position en faveur de la contraception et de la légalisation de l'avortement. Il s'intéressa également à l'euthanasie (dite « eugénique négative » en opposition à l'« eugénique positive » du Haras humain) et au « suicide assisté » (L'Art de mourir, défense et technique du suicide secondé, Albin Michel, 1919). Binet-Sanglé meurt en 1941 à Nice. Il n'avait rien publié depuis 1931.

Alors Binet-Sanglé était-il fou ? Binet-Sanglé était-il plus fou que Ieschou bar-Iossef le galiléen ? Chacun se fera sa propre idée à la lecture de ces gros volumes ... (et surtout bon courage ...)

Bon exemplaire, complet du très rare quatrième et dernier volume.

Prix : 950 euros

Aristophane. LYSISTRATA. Compositions gravées sur bois et peintes à la main par l'artiste Maurice L'Hoir (1945). Tirage confidentiel à 33 exemplaires seulement. Bel exemplaire. Superbe livre illustré moderne.


ARISTOPHANE | MAURICE L'HOIR (illustrateur).

LYSISTRATA. Bois gravés en couleurs peints et tirés par Maurice L'Hoir.

Aux dépens d'un groupe de bibliophiles, s.d. (achevé d'imprimer le 31 mars 1945) [Georges Girard imprimeur]

1 volume in-4 (28 x 22,5 cm), 103 pages, en feuilles sous couverture imprimée du titre en grands caractères sur le premier plat. 61 compositions gravées sur bois, peintes à la main et tirées par Maurice L'Hoir, dont une en frontispice et 5 à pleine page, les autres en diverses tailles et formes, dans le texte. Sans emboîtage. Excellent état. Le pourtour de la couverture (encore protégée par son papier cristal d'origine) est légèrement bruni. Quelques légers reports des gravures et une trace de couleur beige au bas d'une page (salissure lors de la mise en couleurs).

Tirage unique à 33 exemplaires seulement.

Celui-ci, un des 20 exemplaires sur vélin d'Arches (sans suite) mais accompagné d'une peinture originale signée (crayon, aquarelle et gouache) de dimensions 16 x 14,5 cm environ. L'ensemble des exemplaire est tiré sur le même papier.






Les bois en couleurs ont été peints à la main et tirés sur la presse à bras par Maurice L'Hoir. Le texte a été imprimé sur les presses de Georges Girard imprimeur et achevé d'imprimer le 31 mars 1945.

Ce que ne montre pas les photographies de cette fiche descriptive ce sont les reliefs très prononcés des bois tirés à la presse à bras et le coloris à la gouache au pinceau d'une grande finesse.









Dans Lysistrata, Aristophane imagine pour les femmes un mot d’ordre efficace : « Pour arrêter la guerre, refusez-vous à vos maris. » Alors qu’Athènes et Sparte sont en guerre, Lysistrata, une belle Athénienne, aussi rusée qu'audacieuse, convainc les femmes d'Athènes — Cléonice, Myrrhinè, Lampito — ainsi que celles de toutes les cités grecques, de déclencher et de poursuivre une grève du sexe, jusqu'à ce que les hommes reviennent à la raison et cessent le combat. La pièce a été créée en 411 av. J.-C. dans la cité d'Athènes, lors des Dionysies ou d'autres festivités moins importantes consacrées à Dionysos, les Lénéennes.

Lysistrata a inspiré de nombreux artistes parmi les plus prestigieux. Citons l'interprétation donnée en 1934 par Pablo Picasso. Avant lui l'artiste décadent anglais Aubrey Beardsley en donne une puissance interprétation également (1896). On peut citer également les interprétations de ce texte classique de l'érotisme grec par Frantisek Kupka, Laszlo Barta, etc. 


L'interprétation de ce texte par Maurice L'Hoir (1902-1970) est très réussie. Les compositions évoluent au fur à mesure de l'avancement dans le texte vers une farandole priapique des plus cocasses. Les femmes et les hommes se poursuivent dans une course folle vers le plaisir, le désir masculin refusé s'inscrivant dans chacune des compositions.


Peinture originale signée


Le tirage confidentiel à 33 exemplaires font de ce très beau livre un livre majeur de la période. Imprimé en pleine guerre, la qualité de l'ensemble (tirage, papier, typographie) est remarquable compte tenu des difficultés rencontrées dans la réalisation et des frais qui ont du être engagés par l'artiste. C'est sans aucun doute possible la plus belle réussite de cet artiste. Le style adopté par Maurice LHoir n'est pas sans rappeler celui des anciens faiseurs de vitraux et l'imagerie naïve des premiers graveurs sur bois.

Et par le texte et par l'interprétation ce volume entre dans la catégorie des curiosa parmi les plus délicats.


Bel exemplaire d'un superbe livre illustré par la gravure sur bois en couleurs.

Prix : 2.800 euros