vendredi 20 mai 2022

Nicolas-Edme Rétif de la Bretonne [Restif de la Bretone]. Le Quadragénaire ou l'Age de renoncer aux passions ; Histoire utile à plus d'un lecteur. 1777. Très bon exemplaire en reliure d'époque, bien complet de 15 figures et des 6 feuillets de revue des ouvrages de l'auteur.


Nicolas-Edme Rétif de la Bretonne [Restif de la Bretone]

Le Quadragénaire ou l'Age de renoncer aux passions ; Histoire utile à plus d'un lecteur. Première et seconde partie.

A Genève et se trouve à Paris, chés la Veuve Duchêne, 1777

2 parties reliées en 2 volumes in-12 (17 x 10,5 cm environ) de 244 et 244 pages (+6 feuillets non chiffrés). 15 figures hors-texte.

Reliure de l'époque demi-basane caramel, plats de papier bleu uni, dos lisse, filets dorés, pièces de titre en maroquin havane, tomaison noircie, tranches rouges, doublures et gardes de papier blanc. Exemplaire très frais conservé dans sa première reliure. Exemplaire bien complet des 6 feuillets de Revue des ouvrages de l'auteur qui manquent presque toujours à la fin du volume (légèrement rogné dans les marges avec légères atteintes aux manchettes). Reliure bien conservée malgré quelques frottements et traces du temps, sans gravité. Le faux-titre du premier volume a été relié par erreur après le feuillet de titre.


Edition originale et unique édition du premier ouvrage illustré de Rétif de la Bretonne.


"On a prétendu faire entendre aux Agréables, qu'à l'âge de 40 ans ils doivent renoncer à leurs prétentions, et revenir de leur ivresse ; s'ils ne veulent pas que le mépris et le persiflage amère flétrissent les myrrhes et les rose dont leur front est couronné. Si le vice a pu leur faire illusion dans la jeunesse, cette illusions cesse pour le Quadragénaire ; la vertu seule, l'union respectable des époux, ayant pour base les avantages solides de la raison, l'arrangement des affaires, peuvent lui procurer un bonheur réel et durable. [...] Le Quadragénaire est par lettres. Après un court Avant-propos, qui indique le sujet de l'ouvrage, commence la correspondance d'une jeune personne raisonnable, avec un homme âgé de 40 ans, dont elle désire devenir l'épouse. Dans les premières lettres, elle laisse entrevoir modestement et peu à peu son intention : mais dès qu'elle est suffisamment connue, elle emploie tous les moyens, pour déterminer un homme sensé, timide, et qui connait trop bien son siècle, pour vouloir hasarder le bonheur de la fille d'un ami, et le sien propre, par un imprudent mariage. [...] Elise (c'est le nom de la demoiselle), en fille sensée, persiste dans le plan de conduite qu'elle s'est tracé : elle épouse le Quadragénaire, dont elle ne peut douter qu'elle ne soit adorée, et elle est heureuse avec lui, en continuant d'être raisonnable, c'est à dire en se circonscrivant dans les soins de son ménage, en fermant l'oreille et l'entrée de sa maison aux jeunes muguets, et à tout être inutile. L'ouvrage est terminé par une revue très-abrégée des différents états, dans laquelle on se propose d'éclairer les parents, sur celui qu'ils doivent préférer pour s'y choisir un gendre. [...]." (extrait de la Revue des ouvrages de l'auteur, rédigée par Rétif de la Bretonne lui-même).








En réalité ce sont les amours déguisées de Rétif de la Bretonne lui-même avec Virginie qu'il nous raconte pour la première fois dans ce roman une fois de plus en grande partie autobiographique. Ses amours avec Virginie seront aussi contés dans La Malédiction paternelleMonsieur Nicolas et Mes Inscripcions. En incorrigible coureur de jupons, Rétif essaye, par ce livre, de se convaincre d'être raisonnable arrivé 40 ans, cesser de penser qu'on peut encore se faire aimer à cet âge, sans se faire berner par la pernicieuse femina










C'est le premier livre de Rétif orné de belles illustrations. C'est la veuve Duchêne elle-même qui proposa à Rétif les services d'un jeune artiste de 24 ans, André Dutertre, élève du peintre Vien. Les gravures ont été gravées par Bacquoy et Berthet (seules deux sont signées).

Rétif indiquait cet ouvrage comme épuisé dans un catalogue de ses ouvrages en 1788.

Références : Rives Childs n°XVII, p. 245-246 ; Paul Lacroix (Bibliophile Jacob), n°XVIII, p. 145-147 : "ce roman singulier est très rare".

Très bon exemplaire bien conservé dans sa première reliure. L'illustration de cet ouvrage est charmante.

Prix : 2.800 euros

mercredi 18 mai 2022

Très bel album de photographies anciennes de Turin - Milan - Lac Majeur - Lac de Côme (Italie). Torino. Milano. Como. Laggo Maggiore (Italia). Belle reliure au chiffre en laiton cloisonné d'émaux.

[anonyme - photographe France ou Italie fin XIXe s. TURIN (TORINO) - MILAN (MILANO) - ITALY]

Vers 1890-1895

1 volume in-folio (38,5 x 30 cm)

Album de photographies anciennes d'Italie du nord (Turin - Milan - Lac Majeur - Lac de Côme). 19 tirages argentiques albuminés 25,5 x 19,5 cm contrecollés sur cartons 37,5 x 27 cm montées sur onglets.

Reliure plein maroquin havane à grain fin et poli, dos à nerfs muet, filets à froid en encadrement des nerfs, filets à froid en encadrement des plats, large dentelle dorée en encadrement intérieur des plats, doublures et gardes de moire chocolat au lait, tranches dorées, chiffre qu'on peut lire CM ou MC au centre du plat supérieur avec les lettres en laiton cloisonné d'émaux bleu nuit et bleu ciel (intact). Reliure signée FONTENEY (Paris). Reliure solide et bien conservée malgré quelques taches et frottements sur les plats, coins légèrement frottés, les cartons supports des tirages photographies sont légèrement gondolés. Tirages bien conservés encore bien contrastés. Les photographies sont légendées à l'encre de Chine en italien (à l'exception de la dernière photographie qui n'a pas été légendée).





Voici la liste des photographies dans leur ordre d'apparition dans l'album. Le numéro d'ordre a été ajouté par nous.

1 - Torino (Turin) (Via Cernaya) Monumento ad Alessendro Lamarmora Cassano

2 - Torino - Corso Massumo d'Azeglio - Palazzina Claretta ; architetto Enrico Petiti

3 - Torino - Piazza Carignano (Veduta animata)

4 - Torino - Palazzo Reale - Sala del Trono

5 - Torino - Collina di Superga

6 - Torino - Piazza Carlo Felice

7 - Milano (Milan) Piazza del Duomo

8 - Milano - La Cattedrale

9 - Milano (Cattedrale) Crociera vista dal lato meridionale

10 - Milano - Arco della Pace, costruito col disegno di Cagnola

11 - Milano - Piazza della Scala col Monumento a Leonardo

12 - Milano (Corso Venezzia) Palazzo Ciani, compiuto nel 1861

13 - Milano Ottagono della Galleria Vittorio Emanuele

14 - Arona (Lago Maggiore) il Porto

15 - Isolabella (Lago Maggiore) da levante

16 - Stresa (Lago Maggiore)

17 - Como - Panorama della citta

18 - Bellaggio (Côme) - Veduto dalla riva

19 - La dernière photographie ne comporte pas de légende. A identifier.



Très bel ensemble de grands tirages albuminés concentrés sur Turin, Milan, les bords du lac Majeur et du lac de Côme.

Fléty dans son Dictionnaire des relieurs français de 1800 à 1988 cite trois Fonteney, tous relieurs à Paris. Adolphe Fonteney était relieur 12 rue Vavin (de 1886 à sa mort en 1896). Ernest Fonteney (frère du précédent) était relieur 113 avenue Victor Hugo (fin XIXe début XXe s.). Enfin il y avait un Fonteney relieur 16 rue de Condé en 1900. La signature sur notre relieur ne permet pas de déterminer lequel des trois a fabriqué cette reliure d'album photographique. Nous datons la reliure des années 1885-1895.


7 x 7 cm environ

Provenance : CM ou MC ? nous ne sommes pas parvenus à identifier ce chiffre qui, selon la signature du relieur (Fonteney à Paris) pourrait être français ? mais la légende calligraphiée en italien des tirages laisse penser à une provenance italienne. En tous cas la reliure a été fabriquée en France et plus précisément à Paris. Un luxueux souvenir d'un séjour en Italie entre 1880 et 1890.


Bel exemplaire de cet album unique composé par un amateur-voyageur.

Belle reliure au chiffre.

Prix : 1.650 euros




lundi 16 mai 2022

Les Chansons de Bilitis illustrées de douze eaux-fortes originales gravées par Edouard Chimot. Exemplaire d'artiste offert à Loÿs Delteil (bibliographe de l'estampe et artiste graveur) relié à l'époque par S. David. Bel exemplaire avec double-état des eaux-fortes (noir et couleurs) et trois planches libres ajoutées.

LOUYS, Pierre. CHIMOT, Edouard (illustrateur).

Les Chansons de Bilitis illustrées de douze eaux-fortes originales gravées par Edouard Chimot.

Paris, Editions d'Art Devambez, 1925

1 volume in-4 (25,7 x 20 cm) de VIII-158-(4) pages. 12 eaux-fortes de Chimot tirées en noir + 12 eaux-fortres tirées en couleurs (les mêmes) + 3 eaux-fortes libres supplémentaires reliés in fine.

Reliure strictement de l'époque demi-maroquin groseille à larges coins, dos à nerfs avec auteur, titre et millésime dorés, tête dorée, non rogné, couvertures conservées (reliure signée S. DAVID). Reliure très fraîche. Intérieur très frais.

Tirage à 576 exemplaires.

Celui-ci, un des quelques Exemplaires d'Artiste non numérotés imprimés sur vélin de Hollande avec une double suite des eaux-fortes, et portant envoi dédicace à M. Delteil, avec trois épreuves libres ajoutées (reliées in fine).

Les Chansons de Bilitis est une œuvre poétique publiée à Paris en 1894. L'ouvrage se donne comme une traduction du grec, due à Pierre Louÿs, de l'œuvre d'une poétesse antique du nom de Bilitis, à laquelle sont attribués ces poèmes érotiques et passionnés. L'ouvrage est précédé d'une Vie de Bilitis, retracée par le traducteur et accompagnées de plusieurs pages de notes. En fait, les poèmes sont bien de la main de Pierre Louÿs. Il s'agit d'un ouvrage de pseudo-traduction1. Afin de rendre crédible ses traductions, Pierre Louÿs prend soin d'inclure la description de la découverte des poèmes sur les murs d'une tombe de Chypre par un archéologue allemand qu'il nomme Herr G. Heim. Il inclut également des titres de poèmes non traduits. Lors de sa publication, l'ouvrage parvient à tromper les experts, et s'il ne fait aujourd'hui aucun doute qu'ils sont de la main de Pierre Louÿs lui-même, ces poèmes sont toujours considérés comme importants dans la littérature. Pierre Louÿs a également rédigé une série de poèmes encore plus érotiques, Les Chansons secrètes de Bilitis, qui ne sont publiées qu'après sa mort. L'ouvrage a inspiré plusieurs artistes, et certaines chansons ont été mises en musique par Claude Debussy.







La consécration de Chimot fut son rôle de directeur artistique des Éditions d’Art Devambez. De 1923 à 1931, de son nouvel atelier parisien situé rue Ampère, il supervise l'édition de livres d'art illustrés par des artistes comme Pierre Brissaud, Edgar Chahine, Alméry Lobel-Riche, et Tsugouharu Foujita. Cependant, il se réserva des textes d'exceptions pour les illustrer lui-même, à savoir Les Chansons de Bilitis de Pierre Louÿs (1925), Les Belles de nuit de Maurice Magre (1927), et enfin Parallèlement de Paul Verlaine (1931).

"Pour célébrer la femme, Chimot (1880-1959), va s'inspirer d'œuvres littéraires réalistes ou sulfureuses qui répondent à ses propres aspirations. Leurs poèmes ou leurs textes l'inspirent car ils exaltent la séduction féminine, la passion absolue, le désir exacerbé, il s'y mêle érotisme, beauté sublimée, rêverie, fantasmes, plaisir, triomphe, mais aussi souffrances et humiliations. Derrière l'amour subi ou consenti, il y a une course effrénée à l'oubli. Chimot va devenir le chantre visuel insatiable de la Beauté, de la Volupté et de la Mort." J.-L. Bernard, Édouard Chimot 1880-1959 : bibliographie des œuvres illustrés, 1991.

Provenance : de la bibliothèque de Loÿs Delteil ou Léo Delteil, né le 7 mai 1869 à Belleville (Paris) et mort à Paris le 11 novembre 1927, dessinateur, graveur, lithographe, illustrateur et historien de l'estampe français. On lui doit notamment le Manuel de l'amateur d'estampes des XIXe et XXe siècles (1801-1924), Paris, Dorbon-Ainé, 1925, ouvrage qui fit date et qui reste utile à tous les amateurs d'estampes. « on lui doit en très grande partie la place mondiale de l'estampe originale française du XIXe et XXe siècle » (Blandine Bouret).















Bel exemplaire finement relié à l'époque d'un des beaux livres sensuels illustrés par Chimot.

Provenance intéressante.

VENDU