lundi 4 novembre 2019

Valmont de Bomare. Reliure aux armes. 1776. Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle, contenant l'histoire des animaux, des végétaux et des minéraux, celle des corps célestes, des météores et des autres principaux phénomènes de la nature ; avec l'histoire et la description des drogues simples tirées des trois règnes, le détail de leurs usages dans la médecine, dans l'économie domestique et champêtre, et dans les arts et métiers, etc. Bel exemplaire.


[RELIURE AUX ARMES] Jacques-Christophe Valmont de Bomare.

Dictionnaire raisonné universel d'histoire naturelle, contenant l'histoire des animaux, des végétaux et des minéraux, celle des corps célestes, des météores et des autres principaux phénomènes de la nature ; avec l'histoire et la description des drogues simples tirées des trois règnes, le détail de leurs usages dans la médecine, dans l'économie domestique et champêtre, et dans les arts et métiers, etc. Par Valmont de Bomare, démonstrateur d'histoire naturelle avoué du gouvernement, censeur royal, directeur des cabinets d'histoire naturelle, de physique, etc. de S. A. S. M. le Prince de Condé (à Chantilly), etc. Troisième édition, revue et considérablement augmentée par l'auteur.

A Lyon, chez Jean-Marie Bruyset, 1776

9 volumes in-8 (17,6 x 11,5 cm) de plus ou moins 600 pages par volume (collationné complet).


Reliure pleine basane fauve marbrée de l'époque, dos à nerfs ornés aux petits fers dorés, tranches rouges mouchetées, armoiries au centre des plats (non identifiées). Quelques minimes accidents aux reliures (quelques coins frottés ou émoussés, quelques extrémités de coiffes abîmées, petites usures sans conséquences). Ensemble resté très frais, intérieur pratiquement sans rousseurs. Quelques cicatrices de mouillures marginales sans conséquences.

Troisième édition.


Fils d’un avocat au parlement de Normandie, Valmont de Bomare (1731-1807) commence ses études chez les jésuites de sa ville natale et fait de rapides progrès dans la langue grecque. Son père le destine au barreau mais les inclinations du jeune Valmont le portent à l’étude de la nature. Il commence par apprendre l’anatomie sous le chirurgien en chef de l’Hôtel-Dieu de Rouen, Claude-Nicolas Le Cat, et s’adonne ensuite à la pharmacie et à la chimie. Monté, en 1750, à Paris où il est accueilli par Buffon, Daubenton, Réaumur, Nollet, Rouelle, D'Holbach, D'Alembert et Diderot, qui l’aideront à suivre la carrière à laquelle il se destinait, il se consacre, pendant plusieurs années, à l’étude des sciences naturelles. Il nourrit pour ce domaine une telle passion qu’il conçoit dès ce moment l’idée de donner des cours d’histoire naturelle. Il communique ce projet au marquis d’Argenson, alors ministre de la Guerre, qui lui donne la commission de voyager au nom du gouvernement. Valmont visite les principaux cabinets de l’Europe, examine les ateliers métalliques, les gisements des mines et la profondeur de leurs excavations, pour rassembler les éléments et les matériaux de ses leçons. Il propose à son retour, en 1756, un cours sur les différentes branches de l’histoire naturelle, cours renouvelé jusqu’en 1788. En 1767, il devient membre de la Société royale d’agriculture de Paris. En 1769, il accepte la direction du cabinet de physique et d’histoire naturelle du prince de Condé à Chantilly. Son premier ouvrage est le Catalogue d’un cabinet d’histoire naturelle, ébauche du Dictionnaire universel d’histoire naturelle (1764), auquel l’Europe fait le meilleur accueil, sans approche nouvelle, mais avec le mérite de la clarté et de la compréhension, à propos duquel Michaud a écrit : « On doit à la publication de ce Dictionnaire la marche rapide de l’histoire naturelle. Il a singulièrement contribué à en propager le goût et l’étude. Il a servi de type à tous les ouvrages de ce genre qui ont paru depuis, sans que leurs auteurs aient payé à Valmont de Bomare le tribut de reconnaissance qu’ils lui devaient. Son livre a sur les leurs le mérite de l’unité ; il est dicté par le même esprit : sa pensée, toujours noble, toujours hardie, porte le cachet de la loyauté, d’une sage philosophie. S’il lui échappa quelques erreurs, elles sont moins de son fait que de celui de son temps. Il a débrouillé le chaos ; il a ouvert la marche, il a imprimé le mouvement ; et sans lui, nous attendrions peut-être encore les découvertes importantes qui ont signalé l’aurore du dix-neuvième siècle. Ceux qui sont venus après lui sont bien loin d’avoir rendu les mêmes services. Leurs dictionnaires sont verbeux ; les articles n’y sont point en harmonie les uns avec les autres ; et en général, les objets microscopiques y occupent une place disproportionnée avec les êtres les plus grands de la création. » Un grand nombre de sociétés savantes, dont les académies de Caen, de La Rochelle et de Rouen, l’admirent dans leur sein. Il eut même de pressantes invitations pour donner des cours en Russie et au Portugal mais il refusa toutes ces offres, ne pouvant se résoudre à quitter son pays. En 1793, il fut appelé à l’Institut comme membre associé et, peu après, il fut nommé professeur d’histoire naturelle à l’École centrale et censeur des études au lycée Charlemagne, fonctions qu’il remplit avec le plus grand zèle jusqu’à sa mort. Il fut inhumé au cimetière du Père-Lachaise. 



Provenance : Exemplaire relié à l'époque aux armes d'un amateur issu de la noblesse de France dont les armoiries poussées sur l'ensemble des 9 volumes sur chaque face n'ont pas été référencées par OHR. L'identification reste donc à faire. Le propriétaire était marquis.


Bel exemplaire bien conservé dans une reliure aux armes d'un marquis de l'époque.

Très rare en reliure armoriée de l'époque.

Prix : 2.950 euros