mardi 13 octobre 2020

Le Kama Sûtra illustré par Génia Minache (1960). Un des 16 exemplaires de tête avec double suite (noir et couleurs) et une aquarelle originale d'un des 16 hors-texte. Reliure peinte. Superbe exemplaire.


Aquarelle originale signée


VATSYAYANA. [Michel Dubessy éditeur du texte]. Génia MINACHE (illustratrice)

KAMA SÛTRA. Nouvelle édition intégrale établie par Michel Dubessy, agrégé de l'université. Illustrations de Génia Minache.

Aux éditions du Fleuve - Lyon, s.d. (1960) [de l'imprimerie Daragnès]

1 volume grand in-8 (26 x 17,5 cm). Non paginé (140 feuillets y compris les 16 hors-texte et planche double).

Reliure éditeur peinte (décalcomanie polychrome - grande peinture d'après un dessin de Génia Minache sur le premier plat - décor polychrome au deuxième plat - titre doré au dos en long avec décor polychrome), simili-parchemin, doublures et gardes de papier velours (suédine) bleu pétrole, tranches dorées. Les suites et le dessin original sont conservés sous une chemine à dos de simili parchemin (plats de velours vert). Sans emboîtage.

Tirage à 917 exemplaires tous sur vélin pur fil d'Arches.

Celui-ci, un des 16 exemplaires de tête comportant l'aquarelle originale d'une illustration pleine page, une suite en couleurs et une suite en noir.

La mise en couleurs a été exécutée par les Ateliers de l'Ibis à Paris.













Ce Kama Sûtra dans sa version intégrale contient les chapitres suivants : De l'acquisition du Dharma, de l'Artha et du Kama. Des arts et sciences qu'il faut étudier. Des différentes sortes de femmes. De l'union des sexes. Des différentes unions. Des différentes sortes d'amour. Des contacts. Du baiser. Des pressions, marques ou griffures d'ongles. Des morsures. Des différentes positions. Des manières de frapper et des bruits s'y rapportant. De la femme qui joue le rôle de l'homme. Des l'Auparishtaka ou union buccale. De la manière de commencer et de terminer l'union. De l'acquisition d'une femme. Du mariage. Comment inspirer confiance à la jeune fille. De la façon de faire sa cour et de manifester ses sentiments par des actes et des signes extérieurs. De ce que doit faire l'homme pour conquérir la jeune fille et de ce que doit faire la jeune fille pour conquérir l'homme et se le soumettre. De certaines formes de mariage. Des épouses légitimes. Du mode de vie d'une femme vertueuse et de son comportement en l'absence de son mari. De l'attitude de la plus ancienne épouse. Des femmes des autres. Des caractéristiques des hommes et des femmes. De la façon de faire connaissance avec une femme et des moyens de la séduire. De la façon de connaître les sentiments d'une femme. Du rôle d'une entremetteuse. De l'amour que peuvent porter les gens en place aux femmes des autres. Des femmes du harem royal. Des courtisanes. Des raisons qui amènent une courtisane à se livrer à son commerce. De la courtisane qui joue le rôle de l'épouse. Du moyen d'obtenir de l'argent d'un homme. De la façon de renouer avec un ancien amant. Des différentes sortes de gain. Des différentes sortes de gain et de perte. De la parure personnelle. Des divers moyens d'exciter le désir.

"Par l’union avec les hommes, la lubricité, le désir ou la passion des femmes sont satisfaits, et le plaisir qu’elles en ressentent est appelé leur satisfaction. » Les disciples de Babhravya, d’un autre côté, disent Que le sperme des femmes continue à tomber du commencement à la fin de l’union sexuelle ; et cela doit être, car si elles n’avaient pas de sperme, il n’y aurait pas d’embryon. Ici encore on objecte : Au début du coït la passion de la femme est moyenne et elle a peine à soutenir les vigoureuses poussées de son amant ; mais par degrés sa passion s’accroît jusqu’à ce qu’elle n’ait plus conscience de son corps, et alors enfin elle éprouve le désir de cesser le coït. Cette objection, toutefois, est sans valeur ; car même dans les choses ordinaires qui se meuvent avec une grande force, comme une roue de potier, ou une toupie, la motion, pour commencer, est lente, mais par degrés devient très rapide. De même, la passion d’une femme s’étant graduellement accrue, elle éprouve le désir de cesser le coït quand tout son sperme est écoulé. Et il y a là-dessus un verset dont voici le texte : « L’émission du sperme de l’homme a lieu seulement à la fin du coït, tandis que le sperme de la femme s’écoule d’une manière continue ; et quand le sperme de l’un et de l’autre est tout entier écoulé, alors ils éprouvent le désir de cesser le coït. » Enfin, Vatsyayana est d’avis que le sperme de la femme s’écoule de la même façon que celui de l’homme." (extrait)

What else ? Tout est dit ou presque.

Exemplaire à l'état de neuf du tirage de tête avec double suite et dessin original d'un hors-texte.

Prix : 850 euros