mardi 7 avril 2020

Abbé Bergier. L'Origine des Dieux du paganisme ; et le Sens des Fables découvert par une explication suivie des Poésies d'Hésiode. 1767. Edition originale. Bel exemplaire finement relié vers 1815.



Nicolas-Sylvestre Bergier.

L'Origine des Dieux du paganisme ; et le Sens des Fables découvert par une explication suivie des Poésies d'Hésiode. Par M. Bergier, docteur en théologie, principal du collège de Besançon, associé à l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de la même ville.

A Paris, chez Humblot, 1767

4 parties en 2 volumes in-12 (17 x 10,5 cm) de XV-407 et IV-479 pages.

Reliure demi-basane maroquinée rouge à grain long, dos lisses ornés aux petits fers, plats de papier rouge maroquiné à grain long, chaînette dorée en encadrement des plats, roulette dorée sur les coupes (reliure exécutée vers 1815-1820). Fine reliure en excellent état de conservation. Infimes frottements. Intérieur très frais.


Edition originale.


Nicolas-Sylvestre Bergier (1718-1790) est issu d'une famille originaire de Darney, à l'époque paroisse relevant du diocèse de Besançon, Bergier est ordonné prêtre en mars 1743, puis devient docteur en théologie le 5 octobre 1744 à Besançon. Il poursuit ensuite ses études à Paris. En 1749, il est nommé curé de la paroisse franc-comtoise de Flangebouche puis, en 1765, principal du collège de Besançon avant de devenir chanoine de Notre-Dame de Paris en 1769. À partir de 1771, il est en outre confesseur de Madame Adélaïde, fille de Louis XV. Il se distingua d’abord à deux reprises comme lauréat de l’Académie de Besançon, l’un pour une pièce d’éloquence, l’autre pour une dissertation historique. Instruit dans les langues anciennes et modernes, il tourna toutes ses idées vers la critique sacrée, la mythologie et l’histoire, et se voua à la défense du christianisme attaqué par les philosophes. Il écrivit de nombreux ouvrages contre les philosophes des Lumières, entre autres. Il s'en prend particulièrement à Rousseau, dont il dénonce les contradictions de la pensée dans Le Déisme réfuté par lui-même (1765). Dans sa Réfutation du système de la nature, ou Examen du matérialisme (1771), il s'en prend cette fois à d'Holbach. Bergier est l'auteur principal des trois volumes consacrés à la Théologie par l'Encyclopédie méthodique, publiés de 1788 à 1790. Bergier fut l'ennemi de Voltaire, Rousseau, d'Holbach et bien d'autres philosophes des Lumières. Bergier pourrait fut sans doute le plus philosophe des anti-philosophes. Grimm dans la Correspondance littéraire du 15 avril 1767 estime qu’il "est un homme très supérieur aux gens de son métier" mais ajoute perfidement : "C’est dommage que sa bonne foi lui fasse exposer les objections de ses adversaires dans toute leur force, et que les réponses qu’il leur oppose ne soient pas aussi victorieuses qu’il se l’imagine".


 

Son Origine des dieux du paganisme et le sens des fables, publié en 1767, est un ouvrage rempli d'érudition. Le deuxième volume est tout entier consacré aux Remarques sur la Théogonie et aux Remarques sur le Bouclier d'Hercule (et aux Remarques sur les Travaux et les Jours).

Il existe au moins deux tirages de cet ouvrage à la même date, tous deux parus sous l'adresse d'Humblot, avec une mise en page différente et des ornements différents. Dans les deux cas l'approbation est du 5 novembre 1766 et signée Genet, docteur en Sorbonne.

Bel exemplaire finement relié.

Prix : 395 euros