jeudi 9 janvier 2020

Les Quinze Joies de Mariage (1887, Jouaust). Un des 15 exemplaires sur Japon avec 5 états des eaux-fortes d'Adolphe Lalauze. Superbe exemplaire en maroquin doublé décoré.


Anonyme [Antoine de La Sale ou de La Salle].

Les Quinze Joies de Mariage. Avec des notes et un glossaire, par D. Jouaust et une préface de Louis Ulbach. Eaux-fortes par Ad. Lalauze.

Paris, Librairie des Bibliophiles [D. Jouaust éditeur imprimeur], 1887

1 volume in-8 (22,7 x 19,5 cm) de XLIV-226-(4) pages. 15 vignettes d'en-tête à l'eau-forte et 6 culs-de-lampe.

Reliure strictement de l'époque bradel plein maroquin orange, dos lisse orné en long (encadrement de filets dorés avec feuillage dans les angles en tête et en pied), pièce de titre et pièce de millésime de maroquin noir, double-filet doré sur les coupes, doublures de maroquin bleu richement orné d'un encadrement de dentelle dorée "à la Du Seuil", filets dorés en encadrement intérieur, premières gardes de moire bleue coordonnée, gardes de papier peigne. Relié sur brochure, non rogné, couvertures de brochage conservées en parfait état. (reliure signée CH. MAGNIER ET SES FILS). Reliure en excellent état, très fraîche. Quelques ombres et légères traces au maroquin, sans aucune gravité. Intérieur superbe. Quelques rousseurs sur les épreuves tirées sur papier du Japon ancien (voir détail du tirage de luxe ci-dessous).

Tirage au format in-8 en grand papier (215 exemplaires).

Celui-ci, un des 15 exemplaires sur papier du Japon, enrichi de 4 états supplémentaires des eaux-fortes d'Adolphe Lalauze outre le tirage définitif dans le texte (soit 5 états des gravures) pour chacune des 21 eaux-fortes (105 gravures). La première épreuve (sur Japon ancien) est numérotée (2/10) et contresignée conjointement par Damase Jouaust et Adolphe Lalauze.

Les 4 états supplémentaires sont sur papier du Japon ancien, Chine, vélin fort, Japon Impérial.


Ce volume fait partie de la collection dite "Petite Bibliothèque Artistique" publiée par Damase Jouaust, regroupant les auteurs classiques anciens (Voltaire, Molière, Beaumarchais, La Fontaine, etc.). Elle comprendra au total 110 volumes. 


Ces volumes étaient tirés en petit papier (format in-12) et en grand papier (format in-8). Le prix de vente de Quinze Joies de Mariage, broché, était très élevé (30 francs en petit papier sur Hollande contre 100 francs en grand papier sur Japon comme ici).




La reliure qui recouvre notre exemplaire est quant à elle, typique de ce qu'on pouvait faire de mieux en 1887 pour recouvrir une édition de bibliophilie. Charles Magnier (1821-1904) fut l'un des grands relieurs parisiens entre 1853 et 1904. C'est justement le 1er janvier 1887 que la maison devint "Charles Magnier et ses fils". Ses trois enfants, Ernest, Henri et Paul Magnier travaillèrent alors ensemble, avec leur père. Son chiffre d'affaires était alors de l'ordre de un million de francs de ce temps (somme énormissime s'il en est). La maison Magnier s'éteignit seulement en 1956 après plusieurs successions familiales. L'activité de la maison était autant industrielle (cartonnages éditeurs, reliures de séries) que spécialisée dans les reliures de bibliophilie. Notre exemplaire est un exemplaire parfait de ce que cette grande maison savait faire de mieux dans ce dernier domaine.




Notre exemplaire marque à lui seul ce que pouvait être la bibliophilie dans les dernières années du XIXe siècle. Une prestigieuse maison d'édition de luxe associée à l'une des plus grandes maison de reliure d'art. Damase Jouaust est mort en 1893, après avoir vu sa réussite éditoriale tourner à la catastrophe financière. Il fut alors obligé de vendre l'intégralité de son stock à l'éditeur Flammarion pour une somme dérisoire. Les éditions "Jouaust" restèrent et restent encore aujourd'hui comme un marqueur essentiel de la bibliophilie de la fin du XIXe siècle.


Superbe exemplaire du très rare tirage sur Japon, admirablement relié en maroquin doublé par Magnier et ses fils.

Prix : 2.650 euros