mardi 6 juillet 2021

Brillat-Savarin. Physiologie du gout par Brillat Savarin, illustrée par Bertall, précédée d'une notice biographique par Alph. Karr. Dessins à part du texte, gravés sur acier par Ch. Geoffroy. Gravures sur bois, intercalées dans le texte, par Midderigh. (Paris, G. de Gonet, 1848). Très bel exemplaire du cartonnage éditeur avec fers spéciaux.

BRILLAT-SAVARIN (Jean-Anthelme) - BERTALL (illustrateur).

Physiologie du gout par Brillat Savarin, illustrée par Bertall, précédée d'une notice biographique par Alph. Karr. Dessins à part du texte, gravés sur acier par Ch. Geoffroy. Gravures sur bois, intercalées dans le texte, par Midderigh.

Gabriel de Gonet éditeur, [Paris, 1848] [Paris, Typographie de A. Lacour].

1 volume in-8 (24 x 15,5 cm) de (4)-XXIV-416 pages. 7 gravures sur acier hors-texte tirées sur Chine appliqué sur papier vélin fort. 1 portrait gravé sur acier tiré sur Chine appliqué.

Cartonnage éditeur pleine percaline bleu nuit, plats estampés à froid en encadrement avec grand fer doré spécial appliqué au centre du premier plat, fer spécial doré au centre du second plat, dos orné en long de fers dorés rocaille, gardes et doublures de papier glacé jonquille, tranches dorées. Reliure signée Lenègre dans la plaque dorée du premier plat (fers dessinés par Haarhaus). Reliure en excellent état, très fraîche. les coins et les coiffes sont parfaitement conservés. Intérieur très frais avec quelques rares rousseurs (la majeure partie du volume est sans rousseurs). Belle impression sur beau papier vélin satiné.

Premier tirage des savoureuses illustrations de Bertall.

Très recherché dans ce cartonnage éditeur avec fers spéciaux.

Nous avons repéré deux couleurs différentes pour ce cartonnage éditeur à savoir bleu nuit et noir. De même il existe des variantes dans le décor du dos. Il existe aussi une version polychrome de ce cartonnage avec les hors-texte aquarellés.

Ces cartonnages sont recherchés en bel état et les volumes doivent être dépourvus de rousseurs (souvent très présentes). Notre exemplaire fait partie de ces exemplaires de choix.

"La gourmandise est un des principaux liens de la société ; c'est elle qui étend graduellement cet esprit de convivialité qui réunit chaque jour les divers états, les fond en un seul tout, anime la conversation, et adoucit les angles de l'inégalité conventionnelle. C'est elle aussi qui motive les efforts que doit faire tout amphitryon pour bien recevoir ses convives, ainsi que la reconnaissance de ceux-ci, quand ils voient qu'on s'est savamment occupé d'eux ; et c'est ici le lieu de honnir à jamais ces mangeurs stupides qui avalent avec une indifférence coupable les morceaux les plus distingués, ou qui aspirent avec une distraction sacrilège un nectar odorant et limpide." (extrait).












La première édition de ce célèbre ouvrage a été achevée d'imprimer à la fin de l'année 1825 (elle porte la date de 1826). Une deuxième édition voit le jour en 1828, puis en 1833, 1834, 1838, etc. 

La Physiologie du Goût, ou Méditations de Gastronomie Transcendante ; ouvrage théorique, historique et à l’ordre du jour, dédié aux Gastronomes parisiens, par un Professeur, membre de plusieurs sociétés littéraires et savantes, a paru pour la première fois au début de 1826 en 2 volumes in-8, non illustrés. Le livre connut un succès immédiat, suscita l'enthousiasme de Balzac mais aussi la jalousie de certains comme Carême et le mépris de Baudelaire. Brillat-Savarin voulait faire de l'art culinaire une véritable science d'où un certain pédantisme dans les explications. Il se livre à une analyse très poussée de la mécanique du goût. Il discourt sur la maigreur et l'obésité, sur l'influence de la diète sur le repos, le jeûne, l'épuisement et la mort. Il traite son sujet comme une science exacte, en remontant des effets aux causes. Mais il est aussi un conteur aux innombrables anecdotes, un défenseur de la gourmandise, au style élégant et non dépourvu d'humour. Les meilleures pages de la physiologie du goût concernent les observations de Brillat-Savarin sur certains aliments et préparations : le pot-au-feu et le bouilli, la volaille et le gibier, les truffes, le sucre, le café et le chocolat. Le 2 février 1826, il n’y avait que quelques mois que La Physiologie du Goût avait paru lorsque le célèbre gastronome, ayant pris froid dans les caveaux de Saint-Denis, à la cérémonie expiatoire en l’honneur de Louis XVI à laquelle il assistait en qualité de conseiller à la Cour de cassation, fut emporté par une pneumonie.





Qui se dit gastronome et ne connaît pas Brillat-Savarin doit s'immoler de suite à l'eau de vie de poire ! Sans doute l'une de nos plus célèbres figures épicuriennes françaises ! Sa Physiologie du goût est tant un régal pour l'amateur de bonne chair que pour l'amateur d'écritures savoureuses. Le style de cet écrivain est inimitable. Balzac lui-même l'a louangé.

Référence : Vicaire I, 927-928. Notre exemplaire a le feuillet préliminaire V correctement imprimé (Brivois n'indique en rien en quoi cela donne une indication de premier tirage ou non). Les gravures hors-texte de cette édition sont toutes de qualité équivalentes à ce que nous avons pu constater, seule la qualité du papier (et la qualité de conservation de celui-ci) change selon les exemplaires.

Ce cartonnage (et ce titre) était absent de la vente Gans (1995), pourtant si riche en cartonnages romantiques de qualité.


Superbe exemplaire, rare et recherché dans cette condition.

Prix : 1.250 euros