vendredi 20 janvier 2017

Les Amours pastorales de Daphnis et Chloé par Longus (1745). Exemplaire en maroquin rouge décoré de l'époque. Très bel exemplaire.

LONGUS.

LES AMOURS PASTORALES DE DAPHNIS ET CHLOÉ.

S.l.n.d., 1745

1 volume in-12 (15,5 x 10 cm) de (10)-159-XX pages. 8 figures hors-texte gravées sur cuivre par J.-B. Scotin (4 sont signées), 1 fleuron de titre à l'eau-forte, 4 bandeaux à l'eau-forte (amours jouant dans différentes situations), 1 frontispice gravé (non signé).

Reliure de l'époque plein maroquin vieux rouge, plats décorés "à la dentelle" avec roulettes dorées fleurdelisées, guirlandes et glands, filet doré sur les coupes, dos orné aux petits fers dorés, pièce de titre de maroquin lavallière, roulette dorée en encadrement intérieur des plats, tranches dorées, doublures et gardes de papier peigne. Belle et fine reliure de l'époque très bien conservée. Intérieur frais avec quelques taches sans gravité, petit manque de papier à l'angle d'un feuillet sans atteinte au texte. La gravure hors-texte p. 53 provient d'un autre exemplaire de même édition et de même tirage.

NOUVELLE ÉDITION.



Il s'agit d'une réimpression de l'édition de 1731 (Paris, Coustelier) avec les mêmes gravures par Scotin. Cette édition est joliment imprimée sur beau papier vergé en petits caractères avec de belles marges. A la fin on trouve XX pages de Notes par Lancelot. Curieusement notre exemplaire n'a pas les 4 culs-de-lampe qui devraient s'y trouver (autre tirage ?).

Longus (appelé parfois également Longos) est un auteur grec qui a probablement vécu au iie ou iiie siècle de notre ère, connu pour son roman Daphnis et Chloé. On ne sait pratiquement rien sur Longus. On présume qu'il est né à Lesbos et qu'il a vécu à l'époque d'Hadrien. On lui attribue le roman intitulé Daphnis et Chloé, parfois présenté sous le titre de « Pastorales de Longus ». Dans le bref prologue, l'auteur met en scène la conception de son roman en se montrant inspiré par un tableau vu à Lesbos, dans le bois sacré des Nymphes ; mais ce prologue fait tout autant partie de la fiction que l'intrigue du roman proprement dit, selon un procédé que l'on retrouve dans d'autres prologues de romans grecs (par exemple Leucippé et Clitophon d'Achille Tatius), et on ne peut pas en déduire avec certitude que Longus était lui-même originaire de Lesbos. Le choix de cette île comme cadre de l'intrigue peut tout aussi bien avoir été guidé par une référence à la poétesse archaïque Sappho, qui en était originaire et fait partie des principales inspirations de l'auteur. Il est manifeste, par les allusions présentes dans le roman, que Longus connaissait bien la poésie grecque archaïque (Sappho) et hellénistique, en particulier la poésie pastorale (Théocrite), le théâtre grec antique et la littérature de l'époque romaine (notamment les Bucoliques de Virgile) : il s'en inspire et en joue dans la composition de son intrigue, les noms et caractères des personnages, les descriptions et les symboles présents dans le roman. (source : Wikipédia).

Référence : Cohen, Guide de l'amateur de livres à vignettes du XVIIIe siècle, 269. Bulletin Morgand et Fatout, (1876, n°656, maroquin rouge, 100 francs)

TRÈS JOLI SPÉCIMEN DE RELIURE DÉCORÉE EN MAROQUIN DU XVIIIe SIÈCLE.

Prix : 1.800 euros