mercredi 9 août 2017

Princesse de Montauban, Charlotte de Bautru de Nogent (1641-1725). Lettre autographe au Régent (5 septembre 1720). "Après m'être présentée plus de dix fois dans vos cabinets et m'être fait annoncer à votre Altesse Royale, je n'ai pas pu parvenir à l'honneur de la voir. [...]"


PRINCESSE DE MONTAUBAN, Charlotte de Bautru de Nogent (1641-1725).

Lettre autographe signée adressée au Régent de France, Philippe d'Orléans (1674-1723), 1 page 1/4 (18 lignes). La signature est incluse dans le texte à la fin de la lettre. Datée du jeudi 5 septembre 1720.

La Princesse de Montauban, âgée de 79 ans, demande audience au Régent de manière insistante. "Après m'être présentée plus de dix fois dans vos cabinets et m'être fait annoncer à votre Altesse Royale, je n'ai pas pu parvenir à l'honneur de la voir. Ne sachant plus à quel saint me vouer, j'espère que vous trouverez bon Monseigneur que je vous demande par écrit un demi quart d'heure d'audience [...] (à propos de la vente de l'Hôtel de la Chancellerie revendue en avril 1720 au Régent) - confiée entièrement en vos bontés continuez les moy donc je vous supplie Monseigneur j'en n'ay grand besoin et de vos graces étant dans un état des plus violents mon respect ne me permet pas de vous dire davantage de crainte de vos ennuyer [...]".

« C'étoit une bossue, tout de travers, fort laide, pleine de blanc, de rouge et de filets bleus pour marquer les veines, de mouches, de parures et d'affiquets, quoique déjà vieille, qu'elle a conservés jusqu'à plus de quatre-vingts ans qu'elle est morte. Rien de si effronté, de si débordé, de si avare, de si étrangement méchant que cette espèce de monstre, avec beaucoup d'esprit et du plus mauvais, et toutefois de l'agrément quand elle vouloit plaire. Elle étoit toujours à Saint-Cloud et au Palais-Royal quand Monsieur y étoit, à qui l'on reprochoit de l'y souffrir, quoique sa cour ne fût pas délicate sur la vertu. Elle n'approchoit point de la cour et personne de quelque sorte de maintien ne lui vouloit parler quand rarement on la rencontroit. Elle passoit sa vie au gros jeu et en débauches, qui lui coûtoient beaucoup d'argent » (Mémoires de Saint-Simon).

Elle fut mariée deux fois. Une première fois le 14 décembre 1664 avec Nicolas d'Argouges, Marquis de Rasnes et d'Asnebec, Gouverneur d'Alençon (23 avril 1663), décédé le 13 juin 1678. Mariée avec Jean Baptiste Armand prince de Montbazon de Rohan-Guéméné, Prince de Montauban, décédé avant 1704. A propos de l'affaire même qui occupe la Princesse de Montauban dans ce courrier au Régent, il est établit qu'elle revend au Régent, le 17 avril 1720, l'Hôtel de la Chancellerie, en s'en réservant l'usufruit viager. Elle se fait si souvent solliciteuse que Dubois finit par donner directement à l'une de ses demandes cette réponse plus que discourtoise : —Allez vous faire f...... Mme de Montauban se hâte de s'en plaindre au régent, qui est trop galant homme pour donner tort à une dame, mais qui en passe plus encore à l'ancien cuistre dont il met à profit les talents politiques. — Chère madame, répond-il, que voulez-vous ? Dubois a ses moments d'humeur ; mais c'est, au fond, un homme de bon conseil.

BEAU DOCUMENT.

Prix : 650 euros

vendredi 4 août 2017

Alfred Delvau. Les Heures Parisiennes (1882). 25 eaux-fortes par E. Benassit (1866). Exemplaire bien relié provenant de la bibliothèque de l'écrivaine-libraire-éditrice Régine Deforges.


Alfred DELVAU. Emile BENASSIT (illustrateur).

LES HEURES PARISIENNES. 25 eaux-fortes.

Paris, G. Marpon et E. Flammarion, 1882

1 volume in-8 (18,7 x 14,3 cm) de (4)-238-(1) pages. 25 eaux-fortes hors-texte tirées sur papier vergé teinté. Une eau-forte pour chaque heure de la journée et un frontispice.

Reliure légèrement postérieure mais dans le goût des reliures de la fin du XIXe siècle, demi-chagrin rouge à coins, tête dorée, non rogné, dos orné, légèrement passé. Intérieur frais, page de titre un peu roussie, une mouillure à l'angle de quelques feuillets à la fin du volume (les gravures sont intactes).

NOUVELLE ÉDITION.


Tirage à petit nombre sur papier de Hollande (il a été fait un tirage de luxe à 100 exemplaires sur Whatman et Japon).

Provenance : Exemplaire de la bibliothèque de Régine Deforges (1935-2014). Vente Régine Deforges (février 2015).

La première édition date de 1866 (Paris, Librairie Centrale). Cette première édition comportait les mêmes gravures éditées par J. Lemer et imprimées par Delâtre à Paris.

La planche intitulée Minuit comporte bien le petit amour dénudé (partie basse de l'estampe) qui a été effacé dans les exemplaires ordinaires sur ordre de la censure.

"Il y a des villes qui dorment, comme d'honnêtes bourgeoises, pendant tout le temps consacré au sommeil, - c'est-à-dire pendant la nuit. Elles ne s'en portent peut-être pas mieux, mais assurément elles ne s'en portent pas plus mal, la régularité dans les habitudes étant le commencement, le milieu et la fin de l'Hygiène.Mais Paris, qui n'est pas une ville comme une autre, et qui s'en enorgueillit parce qu'il y a de quoi, Paris ne dort jamais - que d'un œil."


Alfred Delvau est le fils d'un maître-tanneur du faubourg Saint-Marceau : il racontera son enfance parisienne en 1854 dans Au bord de la Bièvre : impressions et souvenirs. Il écrit dans La Réforme, en 1846 ; on le retrouve dans Le Triboulet, en janvier 1848, puis dans le Journal pour rire. Il est le secrétaire particulier de Ledru-Rollin, et, en 1848, fonde L’Aimable faubourien. Journal de la canaille avec Poulet-Malassis, son ami le plus proche sans doute, et Antonio Watripon. Le 23 juin 1848, lors des insurrections, les trois hommes avaient essuyé ensemble le feu des barricades, rue des Mathurins. Alfred Delvau a donné une Histoire de la révolution de Février (1850) et rassemblé Les Murailles révolutionnaires (1851). Durant l'intermède de la Deuxième République, Alfred Delvau écrit à deux reprises au ministre de l’Intérieur en demandant des secours. Sous le Second Empire, il gagne sa vie en participant, notamment, à des travaux lexicographiques. Il a déjà rejoint l'équipe du Dictionnaire universel de Maurice Lachâtre en 1854. Il collabora au Figaro. Il produisit un Dictionnaire de la langue verte et un Dictionnaire érotique, lequel lui vaudra des poursuites judiciaires. Il est l'auteur d'ouvrages sur Paris et son histoire. Il est l'un des auteurs du pastiche Le Parnassiculet contemporain qui se moque des poètes parnassiens. (source : Wikipédia).

BEL EXEMPLAIRE.

Prix : 250 euros


jeudi 3 août 2017

Alfred Delvau (collectif). Les Murailles Révolutionnaires (février 1848). Edition originale (1852). Bon exemplaire de cet ensemble de tracts, bulletins, affiches, etc.


Alfred DELVAU. [COLLECTIF].

LES MURAILLES RÉVOLUTIONNAIRES [RÉVOLUTION DE 1848]. Collection complète des professions de foi, affiches, décrets, bulletins de la république, fac-simile de signatures (Paris et les Départements).

Paris, J. Bry, 1852

2 volumes in-4 (27,5 x 21 cm) de 480 et [481 à 956] pages.

Reliure de l'époque demi-basane bleue de l'époque (frottée), dos ornés. Coiffes usées. Un coin cassé. Reliures solides. Intérieures très frais.



L'Avant-Propos est signé Alfred Delvau. Cette première édition ne contient aucun des portraits annoncés sur le titre. Nombreuses affiches et placards avec fond colorié à l'aquarelle.



La seule et unique véritable révolution depuis 1789 au nom du peuple français et pour le peuple français. De nombreux placards, billets, affiches commencent par ces mots : Citoyens de Paris [...] Au nom du Peuple Français [...] Travailleurs [...] etc. On sent le grondement d'un peuple aux abois qui prend son destin en mains. Il faudra attendre la Commune de Paris en 1871 pour retrouver une telle ferveur.



"Ces Murailles Révolutionnaires, au bas desquelles nous mettons notre nom obscur, sont une oeuvre immense, gigantesque, unique surtout, sans précédent, croyons-nous, dans l'histoire des livres. Oeuvre collective qui a pour auteur monseigneur tout le monde [...] C'est l'histoire la plus vraie, la plus originale, la plus éloquente de la Révolution de Février ; le panorama le plus animé des journées si diverses et si émouvantes dont nous avons été tous les acteurs et les témoins. [...]" (Alfred Delvau, extrait de la Préface).

Provenance : Ex libris gravé de la famille Regnault de Beaucaron (Aube).

BON EXEMPLAIRE DE L'EDITION ORIGINALE.

Prix : 350 euros



mercredi 12 juillet 2017

Octave Uzanne. Visions de Notre Heure. Choses et Gens qui passent. Notations d'Art, de Littérature et de Vie Pittoresque (1897-1898). 1 des 50 exemplaires sur papier de Chine. Rare.


LA CAGOULE [Octave UZANNE].

VISIONS DE NOTRE HEURE. CHOSES ET GENS QUI PASSENT. Notations d'Art, de Littérature et de Vie Pittoresque. 1897-1898.

Paris, Chez Henry Floury, 1899

1 volume grand in-8 (25,5 x 14 cm), broché, VIII-279-(1) pages. Frontispice gravé sur bois par Eric Forbes-Robertson, couverture illustrée par H. P. Dillon. Très bon état. Rares rousseurs. Petite fente en haut du mors supérieur, sinon le papier du dos n'est pas fendu.


ÉDITION ORIGINALE.

TIRAGE A 710 EXEMPLAIRES.

CELUI-CI, 1 DES 50 EXEMPLAIRES SUR CHINE AVEC UN ETAT SUR CHINE EN NOIR DE LA COUVERTURE DE DILLON (broché replié au début du volume).

Il a été imprimé de ce volume 650 exemplaires sur papier vélin teinté, 50 exemplaires sur Chine et 10 exemplaires sur Japon.


Le volume s'ouvre par une Confession de La Cagoule, pseudonyme d'Octave Uzanne lorsqu'il écrivait ces chroniques pour l'Echo de Paris entre 1897 et 1898. "On a beau se défendre de la curiosité des hommes, écrit-il, elle finit toujours par nous surprendre. On se masque comme un pénitent, on essaie de demeurer impénétrable sous la cuculle ou le capuchon du trappiste, mais la confrérie est là, qui guette, qui épie, qui intrigue, et bientôt trahi de toute part, le froc mangé aux mites de la badauderie omnivore, le voile se désagrège et tombe, le visage apparaît à nu, le charme du mystère est rompu, il convient de tout confesser." Ces pages sont la compilation de quinze mois successifs où l'auteur-chroniqueur souvent acide, s'est essayé à noter de brèves Visions sur les hommes et les pays parcourus avec pour confident les colonnes de l'Echo de Paris. On y trouve plus d'un portrait intéressant, plusieurs notes d'importance pour l'histoire littéraire et artistique de ces deux années : Oscar Wilde, Aubrey Beardsley, Mallarmé, James Whistler, Huysmans, Alphonse Daudet, Louis Michel, William Nicholson, Félicien Rops, etc. On y trouve aussi ses impressions de voyage en Angleterre (Londres), dans le midi de la France, en Belgique, etc.


TRÈS BON EXEMPLAIRE DE CE TIRAGE RARE.

Prix : 400 euros


mardi 11 juillet 2017

1935 Catalogue de Papiers Peints anciens A. Perrotin Paris XVe Rare 150 papiers décorés polychromes. Superbe documentation pour décorateur d'intérieur ou designer contemporain. Rare. Bel état.


[Catalogue de papiers peints anciens]

Les Beaux Papiers Peints Français à la portée de tous.

A. Perrotin. 51, Boulevard Garibaldi. Paris (XV).

Nouveautés 1935.

23 x 13 cm.

150 papiers peints différents.

Numéro de référence au verso de chaque feuillet. Certains sont mentionnés "lavable".







Très bon état.

Rare. Documentation de premier ordre pour décorateur d'intérieur et designer.

VENDU - Prix : 350 euros



samedi 1 juillet 2017

Lucette Chanial. Nos amies les Fleurs (1943). Livre pour enfants illustré. 11 compositions en couleurs. Rare.


CHANIAL, Lucette.

NOS AMIES LES FLEURS. Texte et images par L. Chanial.

Editions X. Mappus, Le Puy, s.d. (1943)

1 volume in-4 cartonné (24,5 x 18 cm), 12 feuillets non chiffrés dont 11 compositions hors-texte en couleurs. Texte imprimé en bleu. Premier plat imprimé d'une composition en couleurs servant de titre. Page de titre imprimée en bleu. Légères traces au cartonnage, extérieurement resté assez frais, intérieur parfait, sans traces de manipulation.

ÉDITION ORIGINALE.


Joli livre d'enfants publié au Puy (Auvergne) par les soins de Lucette Chanial, pour le texte comme pour l'illustration.

Le texte est daté de l'hiver 1942-1943 à Polignac-Le Puy. Ce volume a été imprimé par J. Le Henaff à St-Etienne. Il est pourvu comme il se doit pour l'époque d'une référence de dépôt auprès de la censure.


C'est dans le Catalogue Collectif des Bibliothèques de France que nous avons découvert le prénom de l'auteure-artiste : Lucette. Nous avons pu retrouver trace d'une esquisse biographique dans un bulletin d'histoire locale du Velay. On y lit : "Lucie-Marie-Fernande dite Lucette CHANIAL, née à Saint-Etienne (Loire) le 19 juillet 1908, décédée célibataire au Puy au tout début de 1997 (elle y habitait au 60, rue des Farges). Elle est la descendante d’une ancienne famille de Cayres. On retrouve un Gilles-Armand Chanial, maire de Cayres, en 1835-38 : il était alors correspondant de la Société d’Agriculture du Puy. Son père aussi a dû être maire. Une des vieilles bâtisses classées de Chacornac est la ferme Chanial dont j’ai dit quelques mots dans la première partie de cette note. Elle fut professeur d’enseignement secondaire (école libre). Poète à ses heures, elle collabora dans les années 1950 à la revue de poésie et d’histoire locale d’Albert Boudon Lashermes, Terroirs, qui disparut en 1956. Après 1956 elle adhéra à la Société Académique du Puy. Elle aurait par ailleurs laissé manuscrit un recueil de poésies intitulé « Paysages et chants de chez nous », recueil composé vers 1943." (in Le Souffle de la Neira, Jean-René Mestre, mars 2012). Rien n'est dit sur son talent d'illustratrice pourtant évident à la lecture de ce petit livre très bien illustré. Par ailleurs nous avons retrouvé la trace (sans le voir) d'un autre volume sans doute équivalent à celui-ci, intitulé "Nos amies les Saisons", publié en 1945.


Nos Amies les Fleurs se divise en 11 petits textes, chacun présentant des enfants et une fleur en particulier (Les perce-neige, Les fleurs des prés, Les fleurs des arbres, Les fleurs à oignons, Le mois de mai, le petit jardin, Les fleurs des champs, La Fête de maman, Le temps des colchiques, Les dernières fleurs, Le rêve de Noël).

BON EXEMPLAIRE DE CE JOLI LIVRE POUR ENFANTS.

ÉDITION LOCALE CERTAINEMENT IMPRIMÉE A PETIT NOMBRE ET DEVENUE RARE.

Prix : 60 euros


jeudi 29 juin 2017

Marquise de Sévigné. Lettres de Madame de Sévigné. Premier texte (1725). Réimpression Jouaust à 350 exemplaires. Bel exemplaire relié plein chagrin moderne.


SÉVIGNÉ, Marie de RABUTIN CHANTAL, Marquise de. QUEUX DE SAINT-HILAIRE, Marquis.

LE PREMIER TEXTE DES LETTRES DE MADAME DE SÉVIGNÉ. Réimpression de l'édition de 1725 publiée par le marquis de Queux de Saint-Hilaire.

Paris, Librairie des Bibliophiles (D. Jouaust imprimeur), 1880

1 volume in-12 (18,5 x 12 cm) de XIV-109-(1) pages.

Reliure moderne plein chagrin poli vert sombre, dos à nerfs orné de fleurons dorés, filets perlés dorés sur les nerfs, premier plat orné d'un encadrement à la Duseuil, tête poncée, autres tranches non rognées, relié sur brochure, couverture conservée (les deux plats). Parfait état. Intérieur très frais imprimé sur papier vergé teinté.

ÉDITION ORIGINALE.

TIRAGE A 350 EXEMPLAIRES.

CELUI-CI, 1 DES 320 EXEMPLAIRES SUR VERGÉ.


Première édition que l'on peut trouver dans le commerce de ce premier essai d'édition publié initialement en 1725 et connu à seulement quelques rares exemplaires.

La première édition des lettres de Mme de Sévigné date de 1725 et a été donnée subrepticement en une mince plaquette de 75 pages regroupant seulement quelques lettres pour la plupart incorrectement retranscrites et fragmentaires (31 fragments). Cette première édition rarissime et quasi mythique n’était connue qu’à 2 ou 3 exemplaires à la fin du XIXe siècle, il ne semble pas qu’on en est répertorié d’autres depuis. C'est cette toute première édition qui est reproduite ici.


Les bibliographes considèrent donc comme véritable seconde édition originale, celle de Rouen publiée en 1726 par les soins du fils de Roger de Bussy-Rabutin (cousin indiscret de la Marquise). On a beaucoup tergiversé pour savoir s’il s’agissait du fils aîné (Amé-Nicolas de comte Bussy-Rabutin) ou bien du cadet, futur évêque de Luçon, abbé de Bussy. Cette édition furtive a été désavouée par la petite-fille de Mme de Sévigné, Mme de Simiane, fille de Mme de Grignan. Cette édition fait concurrence en terme de rareté à celle publiée la même année à La Haye chez Gosse et Neaulme (édition que nous proposons également en condition d'époque - voir notre catalogue). Les éditions suivantes de 1726, 1728 et 1733 sont également peu communes et reprennent avec des variantes la première édition dite de Rouen en gros caractères. Seule l'édition de La Haye, très rare, apporte de nouvelles lettres (qui se retrouvent dans l'édition de 1728 et 1733 comme nous venons de le voir ci-dessus). Il faudra attendre 1734-1736 avec l'édition pourtant mutilée donnée par les soins du Chevalier Perrin pour avoir à disposition plusieurs centaines de nouvelles lettres. Les éditions de 1806 (Grouvelle), l'édition de 1818, puis l'édition de 1862, données par Monmerqué, puis Charles Capmas (supplément "Lettres inédites" de 1876), donneront un panorama complet du génie épistolaire de la marquise de Sévigné.


BEL EXEMPLAIRE DANS UNE PLEINE RELIURE.

Prix : 200 euros


mercredi 28 juin 2017

E. Bénézet. Des Tables tournantes et du Panthéisme (1854). Des esprits de l'au-delà, sciences occultes et autres manifestations surnaturelles d'outre-tombe. Bon exemplaire.


BENEZET, E.

DES TABLES TOURNANTES ET DU PANTHEISME, par E. Bénézet.

Paris, Sagnier et Bray, 1854

1 volume in-8 (23 x 15,5 cm), broché, VI-188-(3) pages. Couverture jaune imprimée. Exemplaire extérieurement défraîchi, intérieur en très bon état imprimé sur bon papier vélin. Rares rousseurs. Usures à la couverture (bas du dos déchiré, salissures).

ÉDITION ORIGINALE.

La table des matières indique le contenu de cet ouvrage très intéressant : Exposé des faits, Manifestations extraordinaires, Quelques réflexions au sujet des faits rapportés, Des sources de la vérité, Origine de la superstition, Les trois races, Doctrine diabolique, Le panthéisme, Rapports entre le panthéisme et le polythéisme, Propagation de l'erreur, Le but des manifestations actuelles du démon, Le livre de M. Victor Hennequin.

"Les phénomènes des Tables Tournantes auront leur place parmi les événements qui ont signalé l'année 1853 ; car ces phénomènes ont une très-haute importance au point de vue philosophique ; ils peuvent produire une révolution dans les opinions du siècle, et les ramener à un ordre d'idées longtemps poursuivi par les railleries et les sarcasmes des lettrés. Le moyen-âge n'a pas été, comme on se plaît à le croire, une époque de ténèbres et d'ignorance. On y trouve, au contraire, une foule d'esprits éminemment penseurs, des chercheurs infatigables de la vérité, qui aimaient la science pour elle-même, et qui passaient leur vie au milieu des travaux les plus ingrats et des plus pénibles privations. Ce qui distingue les chercheurs du moyen-âge de ceux de nos jours, c'est le point de départ. [...] Le phénomène des Tables parlantes, en nous révélant d'une manière inattendue l'existence d'un monde invisible, en reconstruisant, pour ainsi dire, notre foi en dehors des simples inspirations de la raison humaine, semblent destinés à nous faire remonter le cours des siècles écoulés. Les sciences physiques n'ont rien à gagner à ces manifestations ; elles pourraient y perdre, si les savants, tentés par l'appât des découvertes faciles, abandonnaient les pénibles labeurs d'une recherche patiente, pour demander aux intelligences de l'autre monde les lumières qu'il leur a été donné d'acquérir par eux-mêmes. Les résultats d'une telle intelligence pourront devenir favorables à la philosophie, si, par une salutaire réaction, les aberrations de quelques-uns ramènent les autres aux vérités positives de la révélation [...] Mais si, après avoir vraiment interrogé la raison, la philosophie interroge le père du mensonge, par les moyens qui lui sont offerts ; si, après n'avoir cru qu'à elle-même, elle a foi en Satan, elle pourra creuser un tombeau à l'intelligence, et faire revivre à toutes les folies du Paganisme. Tel est le danger que les phénomènes des Tables parlantes m'ont fait redouter, et cet écrit a pour but de prouver qu'il n'est pas chimérique." (extrait de la Préface).

Référence : Dorbon, 5443.

BON EXEMPLAIRE.

Prix : 180 euros

Henri de Montherlant. Un désir frustré mime l'amour (1928). 1/12 ex. avec suite. Rare tirage de tête. Bel exemplaire broché.


MONTHERLANT, Henri de. MADRASSI, L. (portrait). SIMEON (illustrateur).

UN DÉSIR FRUSTRÉ MIME L'AMOUR. Portrait de l'auteur par L. Madrassi. Eaux-fortes originales et bois de Siméon.

Collection Les Images du Temps, Editions Alpina, 1928

1 volume in-8 (19,5 x 14,5 cm), broché, 108-(1) pages. 1 fac-similé du manuscrit autographe dépliant broché en tête, 1 frontispice (portrait de l'auteur), 4 eaux-fortes hors-texte et 8 petits bois (lettrines et vignettes). Coffret cartonné. Suite sous pochette papier. Excellent état. Petite fente en pied du dos, sans conséquence.

ÉDITION ORIGINALE.

TIRAGE NUMÉROTÉ.

CELUI-CI, 1 DES 12 EXEMPLAIRES SUR VERGÉ DE RIVES CONTENANT UNE SUITE DES ILLUSTRATIONS SUR JAPON (3 ETATS POUR LES HORS-TEXTE, 1 TIRAGE A PART POUR LES BOIS).

Exemplaire marqué G. Tirage le plus rare après l'exemplaire unique.


Très belle édition de ce texte sur l'amour frustré, l'amour platonique, sur le désir, désir du désir, "autosuffisance narcissique d’un désir alimenté par son intentionnelle privation". Très beau texte de cet auteur contesté à la qualité d'écriture incontestable.


"Je voudrais décrire aujourd'hui le visage de la bête féminine. Mais je l'ai oublié. Voici quels traits de la bête me son restés dans la mémoire. Elle avait des marques de petite vérole, et la chevelure poisseuse comme celle des gitanes. Les mouches, affolées par sa saleté puissante, tourbillonnaient autour d'elle." (extrait).

TRÈS BON EXEMPLAIRE DU RARE TIRAGE DE TÊTE AVEC SUITE.

Prix : 250 euros


vendredi 23 juin 2017

J. Prevost. Un Tour en Irlande (1847). Évocation de l'Irlande historique et géographique de l'époque. Bel exemplaire.


PREVOST, J. (LE COMTE JOSEPH D'AVEZE).

UN TOUR EN IRLANDE. Paysages. Antiquités. Scènes de mœurs. Coutumes. Traditions. Légendes. Biographies. etc. Deuxième édition.

Paris, Librairie d'Amyot, 1847

1 volume in-8 (22,5 x 13,5 cm) de 444 pages.

Reliure anglaise de l'époque signée Hollings. Demi-veau brun, dos à faux-nerfs richement orné, pièce de titre de maroquin rouge, tranches marbrées. Quelques rousseurs. Reliure légèrement frottée, coins légèrement usés, un coin déformé, dos très décoratif, intérieur très frais.

Deuxième édition, la première sous ce titre de ce livre initialement paru en 1845 chez Curmer sous le titre l'Irlande au XIXe siècle.


Ouvrage qui se présente sous la forme de 20 longues lettres adressées à divers correspondants. "J. Prevost visita l'Irlande dans les années 1840 à la veille de la Grande Famine. Il nous laisse des comptes rendus fort détaillés de ses périples aux quatre coins du pays. Sur l'évocation de l'Irlande historique et géographique de l'époque, il greffe des portraits fort vivants des Irlandais eux-mêmes, allant de Daniel O'Connell à la paysannerie. Ses écrits sont imbus d'une admiration sans bornes pour l'Irlande et les Irlandais, ainsi que, de façon symétrique, d'une critique parfois féroce de l'Angleterre, source pour lui des nombreux maux de l'Irlande. Il conviendrait, sans doute, de situer ces textes dans le contexte de l'identité de Prévost lui-même : citoyen français, grand admirateur des idéaux de la Révolution française et critique acharné de l'Angleterre, ennemie de tous temps de sa patrie bien-aimée." (Grace Neville, traduction).


"Un Tour en Irlande, a work of 444 pages, consists of a series of twenty letters of varying length, the earliest of which is dated 8 September 1843, reputedly sent from Ireland by Prévost to a series of high-status personages in Paris. These include journalists like ‘M. le Directeur de la Revue de Paris’ and ‘M. le Rédacteur du Constitutionnel’ and other eminent public figures like ‘M. d’Hérambault, membre de la Chambre des Députés’, ‘M. F. Halevy, membre de l’Institut’, ‘M. E. Herbet, sous-directeur des Affaires Étrangères, ex-consul de France à Dublin’, ‘M. Gustave de Beaumont, membre de l’Institut et de la Chambre des Députés’ and ‘M. le baron Taylor’. The final letter is to no less a personage than Victor Hugo himself (described grandiloquently as “pair de France, membre de l’Académie Française”, Un Tour en Irlande, p. 406). These letters recount the author’s extended tour of Ireland (he states his intention of devoting several weeks to the north and west alone, Un Tour en Irlande, p. 292) which started in Dublin in September 1843. He indicates the precise time of his earlier departure from London: 29 August at 10 h 30 (Un Tour en Irlande, p. 2). He winds his way to Cork, Limerick, the midlands, Belfast, Londonderry (as he calls it), Sligo before abruptly setting down his pen in Galway. L’Irlande au dix-neuvième siècle recounts a tour of Ireland that started in Cork and ended also in the West. The conclusion includes a short list of details covering midland and mid-northern counties summarily dismissed as “plusieurs comtés moins intéressants que ceux que nous avons parcourus” (L'Irlande au dix-neuvième siècle, p. 125). Included in this second work are sixty-two full-page prints of Irish landscapes attributed to W.H. Bartlett." (Grace Neville).


Référence : Grace Neville, "Cette contrée méconnue et si souvent outragée” : Towards an analysis of the writings of J.-J. Prévost, a traveller in mid-nineteenth century Ireland ", Cycnos, Volume 15 n°2, mis en ligne le 09 juillet 2008.

BEL EXEMPLAIRE DE CET OUVRAGE PEU COMMUN.

Prix : 250 euros


mercredi 21 juin 2017

Bouquineurs et Bouquinistes. The Book-Hunter in Paris (1893) by Octave Uzanne. With a Preface by Augustine Birrell. (illustrations par Emile Mas). First printing (Londres). Bel exemplaire.


Octave UZANNE

THE BOOK-HUNTER IN PARIS. Studies among the bookstalls ans the days by Octave Uzanne. With a Preface by Augustine Birrell. (illustrations par Emile Mas).

Elliot Stock, London, 1893

1 volume in-8 (23,5 x 17 cm) de XII-232-(3) pages. Nombreuses petites vignettes en noir dans le texte.

Reliure éditeur pleine toile marron avec vignette contrecollée sur le premier plat. Exemplaire très frais. Petite fente de la toile à l'extrémité du mors inférieur, coins légères marqués, bonnes coiffes, charnières intérieures fragiles. Papier vélin teinté. 

FIRST PRINTING, FIRST EDITION.


Il s'agit du premier tirage pour l'Angleterre. Un tirage à 25 exemplaires seulement porte l'adresse de McClurg à Chicago. Tous les volumes sortent des presses de Londres. Il existe pour cette édition des cartonnages de couleur rouge, bleue, vert et marron (2 types référencés).


"These vocal days, when there are books about almost everything under the sun, no one need wond er that so quaint a fraternity as the stall-keepers on the quays of the Seine should have a volume all to themselves. They have a place in French history, these men; their trade, which by the beginning of the seventeenth century had learnt to cluster round the Pont Neuf, has traveled through vicissitudes peculiar to itself, and survived revolutions destructive of interests vaster than its own; these humble vendors of old books have been proclaimed as nuisances, obstructing the highway, denounced as receivers of stolen goods, and informed against as cheapeners of the well-housed stock of the authorized booksellers who kept shop, and paid rent, rates, and taxes. M. Uzanne makes us acquainted with the precise terms of royal edicts and decrees leveled at the heads of these open-air traders, who, however,as was indeed befitting, seem usually to have had friends at Court, who managed to prevent such an administration of the law as must have exterminated the whole tribe." ; Selected chapters: The Stall-keepers of To-day. Characters and oddities -- No prevalent type - The shoeblack as bookseller - Chevalier -- Corroenne -- Vaisset -- Gallandre -- Rigault and the Revue des Buloz -- Antoine Laporte -- Humel -- Jacques -- Chanmoru -- His projects for the reform cf the bookstalls--His notices to customers and others--A reminiscence of the siege of Paris--Jean Frollo on Chanmoru--A new way of beginning -- A find and a bargain--Schanne on another new departure -- Ferroud -- Rosselin -- The dealer in spectacles -- Tisserand -- Book-hunters and Book-huntresses. Characters and faces -- The chase is the image of war -- The passion in different forms -- Delights of book-hunting -- -The scarcity of bargains, and the reason why - - The art of dressing a stall -- Certain books for certain classes -- The book-huntress -- -Learned ladies -- The student -- Gausseron's experience -- The woman of fashion never goes book-hunting -- The priests -- The casuals -- The wealthy collecto r -- Hunting by catalogue -- Amddde Pommier -- Some noted book-lovers -- Hippolyte Rigault on the love of books -- Bibliophile Jacob as described by Du Seigneur -- His store-room -- Pere Rembrandt -- Fillet's enormous library -- Boulard's 300,00 0 books -- General Pittid -- Chantelauze -- Champfleury -- Feuillet de Conches -- Michel Chasles -- Captier -- Xavier Marmier -- His will -- Anatole France -- Fontaine -- Comte de Toustain -- Mouton- Duvernet -- Delzant and his books on happ iness -- Du Desert -- Making up sets -- Droz and the Templars -- Humbert -- Huysmans -- A batch of book-hunters -- Grand-Carteret -- Demand for specimens of good printing -- Dr. Nicholas -- Chineurs -- Guffroy -- Morel, otherwise Chipo teau -- The humbler book-hunters -- The Book-stealers. Notes and observations -- The lowest depths of thieving -- Breaking into the boxes -- Thefts in the daytime -- Robbery made easy -- The thief's devices -- A conspiracy among the book-binders -- Jules Levy's mistake -- The ' incomplete copy' swindle -- People who require watching -- The Physiology of the Bookstall-keeper. His origin and his career -- The old class of stall-keepers -- The introduction of the fixed boxes etc."


Ce volume a paru la même année que l'édition originale française : Bouquinistes et Bouquineurs, Physiologie des Quais de Paris, du Pont Royal au Pont de Sully (Paris, Ancienne Maison Quantin, 1893). Ce volume avait été imprimé à 1.600 exemplaires. Octave Uzanne dresse ici un historique anecdotier des bouquinistes de Paris, notamment ceux encore en activité ou qui l'ont été après la second Empire. Octave Uzanne aura retenu bien souvent des anecdotes graveleuses voire douteuses concernant bon nombre de ces hommes du livre, pour certains rudement traités. C'est le bouquiniste-bibliographe Antoine Laporte (maltraité plus qu'à son tour) qui répondra à ce livre par un pamphlet intitulé "Les bouquinistes et les quais de Paris tels qu'ils sont : Réfutation du pamphlet d'O. Uzanne." (Paris, chez tous les bouquinistes des Quais, 1893).


BEL EXEMPLAIRE DANS SON CARTONNAGE ÉDITEUR TRÈS BIEN CONSERVÉ.

Prix : 250 euros


Pierre Valdagne et Balluriau. Les Minutes Parisiennes. 4 heures. L'Essayage. 1 des 108 exemplaires sur Chine. Rare.


VALDAGNE, Pierre. BALLURIAU, illustrateur.

LES MINUTES PARISIENNES. 4 HEURES. L'ESSAYAGE. Illustrations de Balluriau gravées sur bois par Beltrand et Dété.

Paris, Librairie Ollendorff, 1901

1 volume in-12 (16,5 x 12,2 cm), broché, 123 pages. Illustrations dans le texte et hors-texte en noir. Excellent état. En grande partie non coupé. Aucune rousseurs. Couverture illustrée par Auguste Lepère.

ÉDITION ORIGINALE.

TIRAGE DE LUXE A 136 EXEMPLAIRES.

CELUI-CI, 1 DES 108 EXEMPLAIRES SUR PAPIER DE CHINE.

Il a été tiré 28 exemplaires sur papier du Japon.


Les essayages des dames parisiennes. Belle dames et bonnes cocottes. Femmes du monde et femmes légères, les maris et les amants qui attendent patiemment, etc.

BON EXEMPLAIRE DU TIRAGE SUR PAPIER DE CHINE.

Prix : 120 euros