jeudi 24 novembre 2016

Esotérisme Occultisme : La Superstition du Temps, reconnue aux Talismans, figures Astrales, et statues fatales. Avec la Poudre de Sympathie soupçonnée de Magie, par François Placet (1672 pour 1668). Très rare.



[PLACET, François]

LA SUPERSTITION DU TEMPS, reconnue aux Talismans, figures Astrales, et statues fatales. Avec la Poudre de Sympathie soupçonnée de Magie. Et un appendix des véritables moyens dont on pourrait s'entre-parler, nonobstant la distance du lieu et suivant lesquels, plusieurs tant Saints que Prophanes, ont communiqué avec leurs Amis absens et éloignés de plus de cent lieues.

A Paris, Chez François Clousier le fils, 1672 [i.e. 1668]

1 volume in-12 (15 x 8,5 cm - Hauteur des marges : 14,5 cm) de (24)-226 pages. Page de titre intermédiaire comprise dans la pagination (p. 131) pour La Poudre de Sympathie soupçonnée de Magie (pp. 131 jusqu'à la fin).

Reliure de l'époque plein veau brun, dos à nerfs. Reliure usagée avec manque au dos (caissons effacés et/ou avec manque, petite pièce de cuir de réparation en queue, coins et coiffes usés), solide. Intérieur en bon état, petites galeries de vers marginales sans atteinte au texte. Complet.

ÉDITION ORIGINALE DE 1668 AVEC UN TITRE DE RELAIS A LA DATE DE 1672.

La première page de titre portant la date de 1668 et l'adresse des libraires Alliot, était ainsi composée : LA // SUPERSTITION // DU TEMPS, // Reconnüe aux Talismans, figures // Astrales, & Statües fatales. // Contre un Livre Anonyme intitulé // LES TALISMANS // JUSTIFIEZ. // Avec la Poudre // DE SYMPATHIE // Soupçonnée de Magie. // Par le R. P. F. François Placet, // Religieux de l'Ordre de Prémontré, // & Prieur de Bellozanne. // [petit croix de Malte] // A PARIS, // Chez la Veuve GERVAIS ALLIOT, & GILLES ALLIOT, Libraire Juré, Rüe S. Jacques, à l'Image S. Nortbert, proche S. Yves. // [filet mince] // M. DC. LXVIII. // Avec Approbation & Permission.

Une comparaison minutieuse avec l'exemplaire de la Bnf coté FRBNF31119611 permet d'établir avec certitude que notre exemplaire daté 1672 avec l'adresse de François Clousier est du premier tirage daté 1668, avec pour seule différence le remplacement de la page de titre. Il s'agit dont de la même édition, présentée ici avec titre de relais (sans mention du nom de l'auteur). Le nom de l'auteur se trouve pourtant quelques pages plus loin dans l'approbation. Certains catalogues mentionnent une édition à la même adresse mais portant la date de 1667. Nous n'avons pu vérifier cette édition sur l'exemplaire mais il semble, avec une collation strictement identique (XXIV-226 pp.), qu'il s'agit du même livre. L'approbation étant datée du 2 février 1667 et la permission du 9 mai 1667, il est plus que probable que quelques exemplaires aient été imprimés avec la date de 1667.

Ce curieux volume s'ouvre sur une épître à Monseigneur Charles d'Orléans, comte de S. Pol. L'auteur se propose de détruire l'erreur et la superstition, de faire triompher la vérité, en luttant contre les idées du Livres anonyme intitulé Les Talismans. Dans un deuxième ouvrage il se charge de détruire les idéologies véhiculées dans un autre ouvrage intitulé La Poudre de Sympathie victorieuse.

"[...] La vertu des talismans et des amulettes a été soutenue par Alexandre d'Aphrodisée, Porphyre, Marcile-Ficin et la plupart des philosophes de l'école de Platon. Gaffarel a fait un traité exprès pour en prouver l'efficacité, et les défendre de l'imputation qu'on leur faisait de tenir à la magie. D'autres écrivains les attaquèrent avec véhémence. Il faut lire à ce sujet un ouvrage du R. P. Placet, intitulé : la Superstition du temps reconnue aux talismans, figures astrales et statues fatales avec la poudre de sympathie soupçonnés de magie. C'est plaisir que de le voir s'évertuer contre les magiciens, suppôts du démon, messagers d'enfer, qui infectent et contaminent le monde par leurs inventions diaboliques. [...]" (Salgues, Des erreurs et des préjugés, tome II, éd. 1815, p. 413)

"Ceux qui deffendent les Talismans & la Poudre de Sympathie, leur attribuent de merveilleux effets. Ils disent que par le moyen d'un Talisman,c'est à dire, d'une Figure qui représente quelque Astre sur un Metal qui luy corresponde, un Général d'Armée, par exemple, avec la figure de Mars, mettra tous ses ennemis en déroute. Un Courtisan avec l'image du Soleil se conciliera les bonnes grâces du Prince, & obtiendra toutes les faveurs qu'il pourra souhaitter. Les joueurs gagneront au jeu tout ce qu'ils voudront avec une Médaille de Mercure. Les Marchands s'enrichiront en moins de rien ; & il n'y a pas jusqu'aux coupeurs de bourses qui ne puissent voler subtilement avec le même Caractère. Les Dames avec l'image de Venus augmenteront leurs beautez, & leurs attraits feront si puissans, que les Hommes n'y pourront résister. Les Malades seront guéris de tous maux ; & les Goutteux verront leurs douleurs appaisées par le pouvoir merveilleux de ces Talismans.
Pour ce qui est de la Poudre de Sympathie, ils disent qu'elle est capable de guérir toutes sortes de blessûres, sans qu'il soit nécessaire de l'appliquer sur la playe. Par exemple, si un homme a esté blessé à Paris, il suffit de ramasser avec un linge quelques goutes du sang qui sort de sa playe ; & pourvû qu'on envoye ce linge à celuy qui sçait le secret de la Poudre, à quelque distance qu'il soit, il jettera sa Poudre sur ce linge, & les bons effets qu'elle y produira dans l'instant, se communiqueront tout aussi-tost par sympathie à la playe ; & ainsi le blessé guérira en peu de temps fans le secours d'aucun onguent.
L'Auteur de cet Ouvrage prétend qu'il y a de la superstition d'ajoûter foy à toutes ces promesses, & que si l'on a veu quelques fois des effets surprenans qu'on attribuoit aux Talismans & à la Poudre de Sympathie, il y avoit un Pacte secret avec le Diable, & que toutes ces Figures extérieures ne servoient qu'à mieux couvrir la Magie. Il combat ces erreurs par l'autorité de l’Écriture, & par les Pères de l'Eglise. II vient ensuite aux raisons naturelles ; & il tâche de faire voir la foiblesse & la contradiction de leurs principes. Mais il n'y a point de meilleur moyen, pour démonter tous ces faiseurs de Talismans, que de leur dire qu'ils en devroient faire pour eux-mêmes, afin de s'attirer l'estime des Sçavans, de gagner la faveur des Grands, & se retirer de l'extréme nécessité où ils sont réduits pour l'ordinaire" (Journal des Savants, 1672, pp. 146-147).

L'histoire scientifique a retenu de François Placet qu'il figure parmi les précurseurs de la théorie de la dérive des plaques continentales. C'est dans son ouvrage également publié en 1668 intitulé "la corruption du grand et du petit monde", qu'il écrit qu'avant le déluge l'Amérique n'était pas séparé et que tous les continents étaient réunis en un seul bloc. L'effondrement du continent nord-atlantique donna naissance à l'atlantique nord et sépara l'Amérique de l'Europe. C'est ce texte qui est à l'origine de la théorie des ponts continentaux. 

Aucun exemplaire actuellement en vente sur les différents catalogues en ligne (24 novembre 2016).

Références : Journal des Savants, 1672 ; Caillet, Manuel bibliographique des sciences psychiques ou occultes, 8.715 (qui se trompe sur la date en donnant 1667 au lieu de 1668) "Traité singulier contre les pratiques cabalistiques et contre les charlatans qui en font usage" ; Guaïta et sa bibliothèque occulte, n°842 "Très rare" (édition donnée à la date de 1667) ; Dorbon, 3.678 ; Bibliothèque Leber, n°1.218.

BON EXEMPLAIRE DE CE LIVRE TRÈS RARE, EN CONDITION DE L’ÉPOQUE.

Prix : 1.800 euros